sherpatrek

09 décembre 2014

NOUVELLE APPLICATION DU SHERPA-TREK

En septembre j'ai acheté une planche "stand up paddle" gonflable, pour faire de la descente de riviére.

j'ai testé sur un bout de durance entre PERTUIS et AVIGNON. 3 jours de descente avec deux bivouacs.

vraiment super, nature sauvage. riviére tranquille avec quelques rapides. des tas d'oiseaux et peu de bipédes. le paradis.

comme le courant est assez calme la plupart du temps, je pouvais même faire le lézard sur la planche, allongé sur le dos la tête sur mon paquetage comme oreiller (2 sacs étanches pour le matos) en regardant défiler les rives.

mon sherpa-trek attaché sur la planche m'a servi à porter le matériel au départ, pour contourner un barrage et pour rejoindre le TGV à avignon.

 

DSCF9389

 

Encouragé par cette expérience, je suis allé à la presqu'ile de giens, et en partant de la bergerie (une plage sur le côté est) je suis allé jusqu'au port de PORQUEROLLES. La mer était calme, pas de courant et grand beau. 5 heures de pagaie (aller retour) debout sur la planche. vraiment super.

Du coup j'ai enchaîné, avec l'intention de descendre l'ardèche depuis AUBENAS. La météo n'était pas favorable: pluie, vent froid et eau glacée. j'ai quand même tenté ma chance. Mais il y avait beaucoup de courant (alerte inondation la semaine précédente) et des super rapides comme je n'en avais jamais pris. le probléme c'est qu'il y avait beaucoup d'arbres arrachés par la crue en travers de la riviére. j'ai dû me mettre à l'eau plusieurs fois pour passer les obstacles. J'avais un shorty trop léger, et au bout de 3 heures j'étais complétement gelé. j'ai profité d'un pont pour sortir, et abandonner l'entreprise. on verra ça l'année prochaine.

 

 

 

Posté par JPTX1 à 20:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 mars 2014

VIDEO

pour voir la video, cliquez sur le lien:   

          http://www.dailymotion.com/video/xsycb_sherpatrek

CONTACT:  cliquez sur "contactez l'auteur" en bas de la colonne de gauche

 

 

SITE:    http://www.sherpa-trek.eu

 

les  treks de ce blog ne sont pas des exploits mais des randos ordinaires pouvant être faites par des gens ordinaires comme vous et moi.

la seule condition: avoir envie de le faire.

Posté par JPTX1 à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mars 2014

LAOS

 J'ai acheté le guide lonely planet il y a 3 mois, mais je ne l'ai pratiquement pas ouvert. je sais quand même que je vais attaquer le LAOS par le nord. Pour le reste on ira à l'impro.

MARDI 14 JANVIER 2014

Tout est près depuis hier soir. Mon sac pèse 3.5 kg. Je pars, le cœur et le dos légers.

10h je prends le bus qui m’emmène à Aix, puis un autre à la gare TGV, enfin le métro à PARIS et j’embarque à Roissy CdG pour l’avion à 21h15 d’une compagnie autrichienne. Transfert d’une heure à VIENNE   et embarquement pour BANGKOK. Tout s’est passé comme sur des roulettes.

MERCREDI 15

Débarquement et passage éclair de la douane. Je change quelques dollars pour les trois  jours en Thaïlande et prends le métro « city line » ultra moderne. Je débarque 3 stations après car je veux passer à l’ambassade lao pour mon visa. Je longe un petit canal qui pourrait être très joli s’il ne servait pas d’égout.

P1080664

 

Je pense que j’ai fait une erreur de trajet car je ne trouve pas l’ambassade. Je finis par prendre un taxi qui m’y dépose. C’est fermé, je reviendrai demain matin. Je trouve un hôtel pas trop loin, très correct et pas cher (7€). A coté il y a un restau coréen de produits de la mer. Les tables sont équipées d’un foyer à charbon de bois sur lequel on pose une sorte de cloche qui sert à la cuisson. Je ne suis pas du tout expérimenté, les serveuses s’en amusent et viennent m’aider. C’est sympa. Je vais me coucher mais n’arrive pas à dormir à cause du décalage horaire (7h)

JEUDI 16

J’arrive à l’ambassade, beaucoup de monde dans la cour mais personne au guichet. J’obtiens mon visa assez rapidement contre 35$ et quelques formulaires. L’ambassade est très loin du centre ville. Je prends un taxi qui me dépose à une station de métro et je vais à la gare. Le métro est ultra moderne mais la gare est une pièce de musée. On dirait un happening de routards.

P1080668

 

Je prends un billet pour CHIANG MAI. Le train part ce soir à 10h, j’ai le temps de faire un tour dans BANGKOK. J’achète une carte de la Thaïlande et une du Laos.

Je vais jusqu’au fleuve et vagabonde dans les quartiers en visitant quelques temples.

P1080679

 

Dans la cour d’un temple je trouve un agent de change. J’y échange des dollars contre des kiats (monnaie lao)

P1080681

 

Je commence à sentir le poids de la fatigue et retourne à la gare me faire faire un massage de pied (1h pour 2,5€) ça  me délasse. Je vais dans un restau avant de m’embarquer dans le train. Juste en face du restau une décoration murale tranche un peu sur le style régional

P1080689

 

P1080690

 

8h30 le train est formé, ma couchette est prête, je m’y installe et m’endors rapidement. Avant de démarrer je suis réveillé par un Stewart qui me demande ce que je veux pour le petit déj de demain matin.

 

VENDREDI 17

Bien dormi, bercé par la voie. Le train roule lentement, la voie est bonne et ne secoue pas trop. Le Stewart d’hier m’apporte mon petit dèj sur un plateau. Assi en tailleur sur ma couchette je déjeune en regardant défiler le paysage. J’occupe la couchette basse c’est la meilleure, une fois la couchette repliée cela fait deux fauteuils se faisant face.

P1080694

 

Des forêts des champs et des villages se succèdent, peu de circulation sur les routes. Je passe un bon moment assis sur le marche pied du wagon.

P1080692

 

Pendant les arrêts des femmes passent avec des paniers et proposent leurs produits. J’achète des tranches de pastèque. Le paysage plutôt plat jusqu'à LAMPANG commence à se transformer en collines jusqu'à CHIANG MAI où le train arrive vers 12h.

Je ne visite pas la ville, mais file directement à l’arrête de bus qui est à 2 km. Ce matin j’ai  décidé de ne pas entrer au Laos par l’itinéraire classique, trop facile, j’ai choisi un poste frontière peu fréquenté :  huai kon. Pour cela je dois passer par NAN au nord est de la Thaïlande. Il y a un bus pour NAN à 18h, je prends mon billet. Il est 14h je cherche un restau, après quelques hésitation j’en trouve un dans le jardin d’un ancien monastère laissé à l’abandon. Ce pourrait être magnifique, mais la déco n’est pas le premier souci du patron qui parle un peu anglais. J’y reste en attendant l’heure du départ, il y a plein d’oiseaux dans les arbres, leur chant couvre presque le bruit de la circulation. Le bus part à l’heure, c’est un bus moderne très confortable, la clim n’est pas trop forte. Il est presque plein, je suis le seul touriste, ça me plais. Il fait nuit et je ne vois pas grand-chose du paysage, je devine des zones agricoles dans un paysage plat. Ce que je vois le mieux est la traversée des villes, beaucoup d’éclairage et des grandes zones industrielles et commerciales je ne trouve pas une grande différence avec la France sauf que l’on roule à gauche.

Arrivée à NAN à 23h30, il n’y a pas grand monde dans les rues, tout est fermé. Je commence à faire la tournée des hôtels. Pas une chambre de libre. En fait à chaque fois je réveille le gardien de nuit qui préfère continuer sa nuit. Je commence à envisager la nuit dans l’arrêt de bus sur mon matelas lorsque je rencontre un groupe de jeunes. Ils parlent un peu anglais, dès qu’ils comprennent mon problème, l’un deux me prend sur sa moto et nous faisons la tournée des hôtels. Après quelques essais nous en trouvons un assez éloigné du centre. Je veux remercier mon motard avec un billet qu’il refuse catégoriquement.

Samedi 18

Heureusement que j’avais mis la sonnerie, j’aurais dormi jusqu'à midi. Après le petit déj je  me renseigne pour les bus. Il y en a un à 12h pour la frontière. En attendant je visite la ville. Des cérémonies sont en cours dans les monastères

P1080696

 

P1080703

 

Les sculptures des temples sont réalisées soigneusement, ce qui n’est pas fréquent.

P1080708

 

 

On sent que la modernité commence à recouvrir la culture ancienne par sa croissance anarchique

P1080704

 

 

Midi, départ pour la frontière à une petite centaine de km. C’est un vieux minibus, nous sommes 4 passagers. L’un d’eux  à travaillé 3 ans en France comme cuisinier, mais il est rentré car « patron pas top ». Il n’a pas dû sortir beaucoup de la cuisine car son français est vraiment très pauvre. La progression vers la frontière passe par des petits villages, le chauffeur collecte toutes sortes de colis. 

P1080712

 

Le paysage devient un peu montagneux. Au bout de 3 heures nous arrivons à la frontière. C’est un petit poste isolé dans la campagne. Un rapide contrôle au poste thaïlandais, une traversée de 200m dans un no man’s land puis un contrôle beaucoup moins rapide au poste lao.

P1080716

 

Je constate que j’aurais pu faire mon visa au poste, mais je n’en étais pas certain. Un tuk tuk m’emmène à l’arrêt de bus de MUANG NGEUN qui est assez loin. Je voudrais aller à HONGSA mais il n’y a plus de bus. Je suis coincé au milieu de nulle part sur un plateau balayé par le vent, j’envisage une nuit dans l’abri bus.

P1080717

 

Avant la nuit quelqu’un m’emmène au village et me dépose dans un guest house pas trop mal. C’est mieux que l’abri bus. Il y a un petit restau à côté, c’est la belle vie.

Dimanche 19

Matinée très fraiche, temps couvert. Je m’habille comme le jour du départ et je pars à la recherche du village. C’est un hameau aux habitations éparpillées, il n’y a pas vraiment de centre. Je trouve un marché couvert et quelques boutiques autour, peu de monde. Les gens ont l’air gelés. Je m’installe dans une échoppe et prends ma première noddle soup de mon séjour. Un bouillon avec des légumes des pates très fines des morceaux de poulet et une assiette de salade : batavia, menthe, cresson et autre. Ça cale bien. Je retourne à la station de bus et prends un billet pour OUDOMXAI (180km), je ne m’arrêterai pas sur le Mékong cette fois. Avant le départ un pick up dépose 8 passagers. Ils sont couverts de poussière et se secouent avec énergie avant de monter dans le bus. 

P1080720

 

La route est assez bonne, le paysage assez vallonné, des champs du maraichage et beaucoup de foret. Nous arrivons sur le Mékong le pont est en construction, le passage du bus se fait sur un bac.

P1080723

 

P1080727

 

J’ai bien fait de ne pas m’arrêter dans ce village, c’est un vrai chantier. La route traverse ensuite de nombreux villages poussiéreux. Les enfants jouent sur le bord de la route frôlés par les voitures et les camions. L’ouverture de certaines maisons donne directement sur la chaussée. Dans le bus l’ambiance est très cool.

P1080734

 

Arrivée à OUDOMXAI à 18h il fait nuit. Je trouve rapidement une guest house à l’écart de la rue. Je paie 50 000kip pour la nuit (5€) c’est le standard au laos, et je vais explorer la ville. C’est une longue avenue coupée au milieu par une rivière, des commerces de part et d’autre et une banque ou j’irai demain échanger des dollars. La frontière chinoise n’est pas loin, beaucoup d’enseignes sont en chinois et, paraît-il, un tiers de la population et chinois. Je fais mon repas avec des bananes cuites et des galettes au miel.

Lundi 20

Nuit tranquille, j’ai regardé le guide, et je vais rester une nuit de plus. Il fait toujours aussi frais. Je passe à la banque, à mon entrée les deux guichetiers se lèvent en me faisant une courbette « saibadiiii » ça fait drôle. Je change 300$. Dans la rue j’examine les étalages. La devanture d’un pâtissier me laisse perplexe, c’est de la pâtisserie chinoise, ça donne envie, non ?

P1080737

 

Après avoir fais le tour de ville, visité une grande surface entièrement chinoise et l’office de tourisme qui ne propose pas grand-chose, je vais louer une moto pour explorer les environs. Je rencontre un couple de français avec une petite fille très blonde. Ils arrivent du Cambodge. Nous partons ensemble. Arrêt dans un village ou nous restons un petit moment. Il y a une école qui fait vraiment partie du village

P1080745

Les villageois sont émerveillés par la blondeur de la petite fille. Ils la prennent en photo, le monde à l’envers ??? De mon côté je m’intéresse aux spécialités locales. Un petit rat grillé ça vous dirait ?

P1080746

Nous continuons la route, puis nous engageons sur une piste qui traverse des rizières et des champs. L’après midi est bien avancé et mes compagnons préfèrent retourner avant la nuit. Je continue seul. J’arrive au fond d’une vallée et j’ai la surprise d’y trouver, en pleine nature, un grand bouddha couché avec tout un bestiaire : biches, tortues, serpents oiseaux….

P1080755

 

A quelques kilomètres de là se trouve un village avec un petit monastère.

 

P1080763

 

 

Le soir commence à tomber, je rentre.J’ai rendu la moto et me rends au sauna de la ville. C’est dans une construction un peu vétuste, le sauna est une boite cubique de 2 mètres de côté, et on est entassés à 6 ou 8 là-dedans. 

P1080768

 

La vapeur est produite par une grosse bouilloire qui se trouve sous le bâtiment. Un garçon alimente le feu en bûches. C’est peu engageant mais ça fonctionne. Les habitués sont un peu étonnés d’y trouver un « falang » mais on essaie de discuter. Il n’y a pas de douche, un seau d’eau tiède et on s’arrose en plein air avec une gamelle.

En sortant je vais sur la grande place et m’achète des brochettes, des légumes et des clémentines et m’installe pour manger sur un banc en observant la vie autour de la place. Une jeune fille passe me dit bonjour « sabadiii » et s’installe sur mon banc. On essaie de discuter, c’est une chinoise, je lui donne 14 ans. Je ne tarde pas à comprendre que c’est une prostituée. Je la décourage, pas question. Elle me fait de la peine on dirait une gamine. Elle me fait comprendre qu’elle fait ça pour manger. Nous partageons le pique nique. Puis elle insiste en disant qu’elle a besoin d’argent. Je lui donne un petit billet puis lui demande de partir. Rien à faire, un pot de colle. De guerre lasse je m’en vais. Elle m’accompagne et de l’autre côté de la place elle me tape sur l’épaule et me montre quelque chose derrière moi. Mon porte feuille ! Tombé de la poche de mon anorak ! Je le ramasse en la remerciant sincèrement, elle s’en va enfin. Arrivé à l’hôtel, je constate que mon porte feuille est vide. Très forte cette petite! elle va pouvoir manger pendant un bon moment. J’ai fait 3 erreurs : toujours ranger le porte feuille dans la poche du pantalon zippé, ne garder dans le porte feuille que l’argent nécessaire à la journée et ne pas se laisser attendrir bêtement.  Ça m’apprendra à me prendre pour le père noël. Je me demande encore pourquoi elle a pris le risque de me « rendre » le portefeuille?

Mardi 21

Matinée froide et brumeuse. Cette nuit je me suis décidé pour monter à PHONGSALI la ville le plus au nord du Laos pour y faire un trek et visiter des villages isolés. Je repasse à la banque pour changer encore 300$. Cette fois je serai plus prudent.  Je me ballade un peu dans la ville, je rencontre un français venu de France en vélo. Il est tout maigre. A la gare routière je constate que le bus pour PHONGSALI est déjà parti et qu’il n’y en a qu’un par jour. Je discute avec un couple de touristes qui attend un bus pour MUANG KHUA pour y faire un trek. Un autre couple arrive pour faire la même chose. Nous décidons de faire équipe pour payer un guide. Je m’embarque avec eux pour le bus de 11h. J’achète un tube de riz rouge pour le voyage. C’est du riz un peu sucré cuit dans un tube de bambou qui s’épluche comme une banane. C’est bon, propre, pratique et ça cale bien. En attendant le départ je vérifie l’état des pneus car ceux du bus d’à côté ne m’inspirent pas confiance.

P1080770

 

La route est assez bonne et le paysage agréable. La route longe une rivière et j’aperçois de temps en temps des gens en train de tamiser le sable : des chercheurs d’or.

P1080776

 

Le trajet dure 4 heures. Un tuk tuk nous conduit au centre du village et nous prenons une gest house. Nous flânons dans le quartier. Une musique très puissante sort d’un restau, des filles sont en train de danser et nous invite à les rejoindre. Mes compagnons n’hésitent pas à se mettre dans l’ambiance.

P1080784

 

 Il me faudra un peu plus de temps, mais je m’y colle quand même.

DSC_0017

 

Je ne m’en suis pas trop mal tiré et ça délasse du bus. A l’office du tourisme nous négocions un trek de 2 jours. Départ demain matin 8h30.  Je trouve un cyber café, j’envoie quelques mails. Notre choix de guest house guidé par l’emplacement près du pont s’avère un peu regrettable car les motos circulant sur le pont en bois font un boucan d’enfer. ça couvre à peine le karaoké de l'autre côté de la rivière. Heureusement au laos on se couche tôt.

P1080780

 

Mercredi 22

On se retrouve tous à 8h30 à l’office de tourisme, il fait frisquet. Il y a Francesca (italienne) et Philip (allemand), Marion et son compagnon martin (français) et notre guide Kamman. Nous embarquons dans un tuk tuk , on est tous gelés.

P1080799

 

 premier arrêt après quelques km pour faire les provisions pour les 2 jours que l’on réparti dans nos sacs à dos. Un autre arrêt dans un village où une fête est en préparation. Nous avons droit à quelques pas de danse et percussion.

P1080790

 

Les préparatifs des galettes pour le soir

P1080803

 

Une mamie paraît un peu absente à tout ça

P1080811

 

Lui il fait le fier pour le moment, mais il ignore qu’il est le gros lot de la soirée. C’est le dindon de la farce.

P1080813

 

En tout cas les enfants sont ravis quoique un peu gelés eux aussi, il jouent aux fléchettes sur une cible tournante.

P1080797

 

Ici le fameux lao lao (alcool de riz) que l’on offre en toutes occasions et qu’il faut boire cul sec pour montrer qu’on n’est pas un rigolo. La recette est plutôt simple, on laisse macérer le riz avec de l’eau dans des grandes poubelles pendant plusieurs jours et après on distille, et ça part direct à la consommation et même à l'exportation, le viet nam est un gros client ici. Il n’y a pas de 15 ans d’âge. je ne sais pas si l'installation est conforme à une norme d'hygiéne ou de sécurité, mais elle n'est pas clandestine, puiqu'elle paie une redevance à l'état sur sa production.

P1080801

 

Nous continuons le voyage en tuk tuk pendant 25 km puis nous traversons la rivière en pirogue

P1080816

 

 

Et le trek commence enfin

P1080817

 

Nous traversons un premier village

P1080833

 

 

Les « grands » s’occupent des petits, papa travaille, maman aussi et il n’y a pas de crèche

P1080834

 

Nous sommes reçus dans une maison, les enfants s’entassent devant la porte pour voir les « falangs"

P1080828

 

 quelques femmes portent encore les vêtements traditionnels, mais cela devient rare.

P1080841

 

A la sortie du village une case abrite quelques fumeurs d’opium (photo Marion). il y a quelques hectares de plantation de pavot dans le secteur bien entendu tout a fait illégales.

P1140825

 

Nous continuons vers un autre village a travers des plantations et un chemin presque de montagne, on est à 1100m. Nous arrivons pendant les préparatifs d’une fête. Les jeunes ont mis leurs beaux vêtements qui n’ont rien de traditionnel. Nous sommes reçus dans une grande case ou nous allons passer la nuit. 

P1080844

 

Nous sommes invités à une collation dans la case du chef ou beaucoup de villageois viennent participer. Le lao lao circule et la bière aussi.

DSC_0279

 

Dehors la sono commence à se faire entendre, les jeunes se rassemblent. Je vois quelques motos, une piste à été ouverte il y a 3 ans, le village n’est plus aussi isolé qu’avant.

 

P1080856

 

 

Nous retournons à notre case d’accueil pour le repas. Il y a beaucoup de monde avec nous. Après le repas nous faisons une sorte de veillée. Martin qui à été scout sort son répertoire et chacun y va de sa petite chanson. Nous faisons même frère jacques en canon. Un exploit. Je tente un peu de bobby Lapointe. Nous nous taillons un bon succès. J’ai une groupie qui ne ma lâche pas, elle est veuve, peut-être un bon parti? Dans un coin un chamane fait des incantations sur un bébé. Notre guide y va de sa chanson. Avant d’être guide il a été moine pendant 15 ans, puis instituteur, mais le gouvernement le payait trop mal. Nous nous installons sur nos matelas pour dormir. Dans leur coin les deux vieux se font une pipe d’opium.

P1080859

J’ai toujours pensé qu’une petite pipe avant de dormir faisait faire de beaux rêves.

JEUDI 23

Je n’ai pas réussi à me réchauffer les pieds, et je n’ai pas dormi. J’aurai dû essayer le calumet des anciens. La nuit était de cristal la voie lactée étincelante. A l’aube ça commence à bouger, préparation du petit déj qui est en fait un repas comme les autres : du sticky rice, de la soupe au poulet de la salade. Une petite dame s’active à son fourneau

P1080871

 

Je prends mon repas au soleil qui me réchauffe, surveillé par ma groupie d’hier qui paraît vraiment désolée de me voir partir. Oui, je sais, un vrai bourreau des cœurs.....

P1080873

 

Nous partons quand même. En passant nous visitons l’école, une petite construction dans un enclos ou les enfants peuvent jouer

P1080886

 

Il y a une douzaine d’enfants bien sages, l’instit n’est pas là. Parti casser la croûte parait-il. 

P1080889

 

J’examine les posters affichés au mur. quelques uns concernent la santé et la nouriture, d'autres le calcul et enfin la géographie. Il y a 3 cartes: une pour l'asie

P1080892

 

une  pour l'antartique et la dernière pour l'amérique du sud. Elle est bizarrement déchirée sur sa partie supérieure. Accidentel, vous croyez?

P1080893

 

Je commence à comprendre pourquoi beaucoup de laotiens ne savent pas ou se trouve la France, pour l’Amérique du nord ce n’est pas la peine, ils ont laissé assez de souvenirs sur le terrain, certains endroits ne sont pas encore déminés.

L’instit n’est toujours pas revenu, ce doit être un gros casse-croûte les enfants se mettent en récré et vont jouer aux boules. C’est l’un des rares héritages de l’occupation française, plutôt sympa. D’ailleurs ils sont champions du monde dans cette discipline aux JO. La seule où ils ont eu une médaille. Si c'est comme ça tous les jours les gamins de cette école deviendront certainement champions du monde.

P1080894

 

Nous quittons le village qui commence à se réchauffer au soleil

 

P1080896

 

Nous redescendons par la nouvelle piste, c’est moins intéressant que l’aller. Mais le village est maintenant accessible aux voitures. Il fait encore frais, la vallée est sous la brume

P1080909

 

Nous croisons un chasseur avec un drôle de fusil. C’est quelque chose entre le mousquet et la sarbacane. un long tube en fer et une toute petite crosse

P1080897

 

le chargement se fait par le tube, d'abord la poudre

P1080902

 

puis de l'étoupe qu'il tasse avec une tige en fer, puis un plomb suivi d'une étoupe tassée et enfin une amorce sous le percuteur

P1080906

 

voilà c'est prêt. il n'y a plus qu'à chercher un gibier assez coopératif pour se laisser approcher, parce que le mousquet ne porte pas à des kilomètres. Et lorsque le chasseur appuie sur la gachette, l'explosion fait un boucan à faire fuir tout ce qui bouge dans un large pèrimètre. Amis chasseurs de france et de navarre prenez en de la graine. ça c'est de la chasse qui respecte la nature. nous reprenons notre descente, arrêt photo souvenir de ce petit groupe très sympa.

P1080917

 

 

nous retraversons la rivière, cette fois sur un pont flottant en bambou. on fait tout avec le bambou.

P1080926

 

 

retour au village en tuk tuk. nous prenons une autre guest house plus loin du pont, mais aussi plus près du karaoké. au restau nous rencontrons une famille qui fait le tour du monde en 2 ans avec 4 enfants de 6 à 15 ans. De temps en temps ils font une séance scolaire. Pour la géo ça devrait aller. ils ont un blog "10fois80jours" Je suis un peu épaté. demain nous descendons la riviére.

VENDREDI 24

j'ai dormi comme un plomb. Même pas entendu le karaoké. j'ai rattrapé la nuit d'hier. je me lève tôt et visite le village encore un peu endormi

P1080930

le bétail se proméne

P1080928

 

 

nous ne sommes pas les seuls à embarquer ce matin

P1080934

 

les bateaux sont très longs et étroits, on est un peu tassés, on se réchauffe.

P1080940

 

le pilote est à l'avant, je suis monté le dernier et suis assis juste derrière lui. je ne tarde pas à comprendre que ce n'est pas une bonne place. Il y a des rapides assez turbulents et je me prends une vague. trempé de la tête au pieds qu'il est le monsieur. le pilote me fait passer une bâche sous laquelle je m'abrite de l'eau, du vent et du froid, avec juste un oeuil qui dépasse pour regarder le paysage. Il y a des moments ou les rapides sont heu... très rapides, on passe vraiment très près des rochers, j'avoue que je surveille les trajectoires de très près. le pilote à l'air très sur de lui, ce qui n'empêche pas de prendre un grosse vague qui lui explose le pare prise. 

P1080951

 

on s'arrête sur la berge, le pilote se débarasse des morceaux de verre et nous on se libère la vessie. de plus on se réchauffe au soleil, tout le monde est gelé. on réembarque sans précipitation

P1080953

 

 

de temps en temps on aperçois un village, dont le seul accès est sans doute la rivière.

P1080961

 

la riviére s'élargit deviens plus calme. Par moments les berges se transforment en montagnes en forme de pain de sucre 

P1080963

 

nous arrivons enfin à MUANG NGOI après plus de 4 heures de bateau. la moitié des passagers débarquent là. l'autre va continuer jusq'à NONG KHIAW, à une bonne heure de bateau.

P1080970

 

le village est constitué de deux petites rues à angles droits. une perpendiculaire à la riviére, l'autre parallélle, ou l'on trouve les commerces pour nous, les touristes. Malgré tout, ça reste très sommaire, et c'est très bien comme ça. Francesca et Philip trouvent une GH sur la rivière, Marion et Martin près du "port" et moi dans la grande rue. Pour finir la journée on va se ballader sur un observatoire pas très loin

P1080974

 

le soleil commence à se coucher. Nous explorons une grotte, heureusement j'avais ma frontale.  Retour au village, nous allons nous installer dans un restau où l'on mange couché. Il y a de la bonne musique, les plats sont corrects, mais je ne suis pas assez couvert et je commence à me geler. ça commence à devenir une habitude. je ne voyais pas l'asie comme ça.

SAMEDI 25

matinée brumeuse, la rue commence à s'animer,  seuls les moines apportent une touche de couleur dans ce monde de grisaille.

P1080984

 

ma GH n'a pas l'air mal, presque un chalet montagnard

P1080989

 

en attendant que ça se lève, ma logeuse m'apporte le petit dej sur ma terrasse 

P1080990

 

la grisaille s'évapore enfin

P1080996

 

nous partons visiter les villages à proximité. Une bizarrerie, il y a un péage pour sortir du village! Nous visitons une grotte au fond de laquelle coule une rivière souterraine 

P1090007

je vois bien que Martin à l'air de penser que j'ai la feuille de vigne prétentieuse

P1150106

 

 

Nous traversons des rizières pour arriver au village. Une cascade est indiquée à une heure de marche, nous allons la voir mais il n'y a pas beaucoup d'eau 

P1090010

 

 

nous rencontrons trois français dont l'un, David, est installé à OUDOMXAI, sa femme travaille dans une ONG, lui s'occupe de sa petite fille Alice, il accompagne un couple d'amis Marie et Erwan qui font la tournée de l'asie sur plusieurs mois.

P1090015

 

 au village nous observons quelques artisans, l'un carde 

P1090018

 

et prépare des bobines de fil

P1090021

 

 

qu'il passe à sa voisine qui tisse

P1090024

 

pendant que d'autres vaquent à leurs occupations quotidiennes

P1090039

 

 

mémé a aperçu la petite alice, ça la met en joie (photo Marion)

P1150198

 

dans la rue les enfants sont occupés avec des jeux universels: la roue

P1090035

 

 

les échasses

P1090041

 

 

nous quittons le village en passant devant cette superbe falaise

P1090046

 retour aux GH et soirée dans un restau indien.

 

DIMANCHE 26

ciel encore couvert ce matin, je viens juste de remarquer les piliers de ce portail, souvenir des américains.

P1090049

 

Philip et francesca sont partis en bateau hier, Martin et Marion ont décidé de partir à pied à NANG KHIAU  en passant par la piste et les petits villages. Ma carte n'est pas précise, j'ai l'impression qu'il y a une vingtaine de km à parcourir. Ils partent un peu tardivement et surtout ils ont chacun un très gros sac bien lourd. ça risque d'être un peu galère. je les accompagne jusqu'à la sortie du village. Je vais les regretter, On se reverra peut-être. je flâne un peu dans la rue du village. une dame ébavure des hélices fondues sur place

P1090050

 

un autre taille du bambou très fin pour faire de la ficelle

P1090051

 

 

la brume fini de se lever sur la rivière

P1090054

 

je vais faire un tour de forêt, voir à quoi ça ressemble. je quitte le village en suivant une piste qui escalade la montagne. En deux heures heures j'ai fait un dénivellé de 600m. je chemin s'est rétréci, il est maintenant à peine visible.

P1090059

en traversant une foret de bambou, il disparaît complètement. En cherchant la trace au sol je me désoriente. Je ne vois plus par où je suis passé. Petit moment d'angoisse, je suis perdu, je tourne en rond dans un espace qui doit être grand comme un terrain de tennis. Ridicule. mais la forêt est tellement dense que la visibilité est très réduite. Heureusement avant d'entrer dans les bambous j'avais mis un repère dans une branche (une bouteille en plastique trouvée sur le sol) je finis par l'apercevoir et retrouve le sentier, et je redescend sans insister. j'ai vu ce qu'est la forêt, ça me suffit. Involontairement, je ne reprends pas exactement le même chemin et me retrouve à batailler dans les buissons dans la descente, pendant un bon moment. je me repère au soleil pour la direction.

P1090060

 

enfin je retrouve le chemin du village, en passant par des feuillages géants

P1090064

 

je suis en sueur et couvert de débris végétaux. je vais prendre une douche, faire ma petite lessive du jour et prendre une bière que je vais siroter au bord de la rivière en attendant le coucher de soleil . Il y a le groupe de français d'hier, ils ont eus la même idée. après le coucher de soleil nous partons ensemble casser une petite croûte.

P1090069

 

 

LUNDI 27

Il est temps de partir, je commence à prendre des habitudes, c'est pas bon. Je vais suivre les traces de Marion et Martin. Comme d'hab c'est la brume fraîche

P1090078

 

le chemin est très facile, je marche d'un bon pas, j'ai tout mon paquetage sur le dos (4 kg avec la bouteille d'eau). quel plaisir que de voyager léger!

P1090081

 

je traverse un village HOY XEN, rien de particulier à signaler, peu de gens beaucoup de volaille et de cochons. je continue le chemin est un peu difficile à trouver car il se partage en biffucations qui mênent à des impasses. Petit à petit je progresse en demandant de temps en temps la direction aux rares paysans que je croise.

P1090085

 

je passe à gué plusieurs fois la petite rivière sans enlever mes chaussures, j'ai les pieds au frais. le chemin grimpe jusqu'a 1000m jusqu'à B PHON KHAM. c'est un village poussièreux sur un plateau qui ne donne pas envie d'y rester. Toutefois je suis interpellé par un garçon qui parle un peu anglais et me propose de manger chez lui. Bon ça fait une pause, je m'installe dans sa case. sa femme prépare un riz aux pousses de bambou. il y a aussi ses enfants sa mére et les voisins à la porte.

P1090098

P1090093

mon hote aimerait que je reste passer la nuit, mais non merci, je file. C'est maintenant une piste pour 4x4 qui ondule sur les sommets entre 1000 et 1100m. il n'y a pas trop d'arbres, l'horizon est dégagé, la vue est très belle. le prochain village PHONSAVANH est au moins à 3 heures de marche.

P1090102

il fait presque nuit lorsque j'arrive au village. un garçon m'interpelle (Van)avec quelques mots d'anglais. je lui demande si je peux dormir au village. Il se renseigne et c'est oui. On se met d'accord sur le prix de l'hebergement et du repas. Il me fait visiter ma chambre. On dirait une cabane à outils de jardin. Elle appartient à un jeune couple, la femme se met en devoir de ranger, et en quelques minutes transforme la cabane en "château" moustiquaire, matelas, drap et couverture. une magicienne. euh enfin presque

P1090112

Elle me prépare ensuite le repas: la même chose que cet après midi, avec une omelette en plus. J'ai mangé, j'ai de quoi dormir, que demander de plus? C'est vraiment la belle vie. Je m'apprête à me coucher car j'ai marché de 8h à 18h avec quelques petits arrêts, je me sent un peu fatigué. Mais une sono infernale vient de se mettre en route. ça vient de la maison d'en face. Pas possible de dormir avec ça. Je sors dans la rue pour regarder les étoiles, que faire d'autre? Quelqu'un me prend par les épaules et me pousse dans l'escalier qui mêne à l'étage d'où vient la musique. On me fait entrer, d'abords je ne vois rien, une petite ampoule d'au moins 25w éclaire la pièce. Puis je vois au moins trente personnes là dedans. au moins trois générations. des ados qui danse autour de la sono, les vieux assis sur des tapis en sirotant le lao lao et des petits qui s'amusent au milieu. Un vrai pub dans le vrai sens du terme. une maison publique ou les voisins viennent se rassembler pour passer la soirée. je me fais petit dans un coin, mais une jeune fille viens me chercher pour danser.  j'ai un peu envie de refuser (fatigué) mais je me dis que je dois faire quelque chose d'original et je la joue John Travolta. Instantanément c'est l'émeute, j'ai tous les jeunes autour de moi qui essaient de m'imiter, les vieux qui sont hilares et aplaudissent, et les petits qui sont au milieu, et la jeune ville qui essaie de garder pour elle son "cavalier". au bout d'un moment je fais la pause et m'assois sur le tapis avec les vieux qui m'invitent au lao lao

P1090106

ma cavalière qui m'apporte plus de bières que je ne peux en boire

P1090107

et les gamins qui sont ravis de voir un "falang" de près

P1090111

plusieurs fois j'essaie de m'esquiver mais ma cavalière me surveille et je dois me remettre à danser. ça dure bien une heure, enfin j'arrive à me sauver dans ma chambre, et me réfugie sous la moustiquaire et m'écroule sur le matelas. Je me croyais seul dans la biquoque, erreur. le couple de jeunes à qui appartient la maison est de l'autre côté de la cloison. Je les entends parler à voix basse, puis il font leur petite affaire vite fait bien fait. ça fait un peu bouger le plancher. dehors la sono est toujours à fond ça ne m'empêche pas de m'endormir en 3 secondes.

MARDI 28

7h la sono redémarre a fond. Il n'y a pas à dire, ils aiment la musique. ça vient toujours de la maison d'hier soir.

P1090116

juste en face de mon chateau

P1090115

mon hotesse me prèpare la noddle soup

P1090119

Van viens me voir et me propose de m'emmener à NONG  KHIAW en camion car il doit y aller pour chercher quelque chose. je ne suis pas intéressé mais lui demande quand même combien il me demande. 200 000kp, somme ridiculement élevée. Il a compris qu'un touriste ça peut rapporter gros. Déjà ce matin il a "oublié" de me rendre la monnaie sur ce que je devais pour la nuit et les repas. je refuse, il me propose la moto pour moitié prix. non je veux le faire à pied. je m'en vais. j'assiste à une opération un peu étonnante: le balayage de la rue en terre.

P1090118

La piste continue à onduler sur les crètes entre 1100 et 1200m j'ai une belle vue panoramique

P1090132

pour l'instant je ne suis pas géné par la circulation, en 2 heures j'ai vu 3 motos, dont l'une m'a proposé de me prendre. je m'arrête dans un abri de paysan pour faire une pose. à ce moment je vois passer le camion de Van. je traverse ensuite plusieurs villages tous identiques, très poussiéreux, mais avec une sono d'enfer. la piste à l'air de se dérouler à l'infini

P1090147

En passant dans un village on me dit qu'un bus va partir pour NONG  KHIAW. Je suis têtu, j'ai décidé de le faire à pied na! Après ce village il y à plus de circulation, des camions qui soulévent des nuages de poussiére. Je comprends pourquoi les villages sont si poussiéreux. Je me fais un masque avec mon écharpe.

P1090154

de temps en temps j'essaie de demander la distance pour aller à NONG  KHIAW. invariablement on me répond "twenty km" peut-être que la ville s'éloigne à mon approche? dans certains village des récoltes attendent d'être collectée par un camion. Ce ne sont pas des balais, mais plantes qui seront transformées en textiles.

P1090160

la piste prend fin à un croisement. c'est maintenant du bitume, je suis content, il n'y aura plus de poussiére, et puis ça indique que j'approche. A tout hasard je demande la distance: "twenty km" je l'aurai parié. je file à grands pas, je surveille l'altimètre qui ne descend pas vite. par contre le soleil lui, descend plus vite. 18h il fait nuit, pas de lune. je prends la frontale. la nuit est si profonde que j'ai l'impression qu'elle avale la lumière de ma frontale, qui d'ailleurs, commence à donner des signes de faiblesse. Là ce n'est pas bon, je me vois mal dans le noir total sur la route. il n'y a plus de voiture. en traversant un village je demande à un motard s'il peut m'emmener. il sent la bonne affaire et me demande un prix très élevé. Comme en plus il sent l'alcool je refuse et continue à pied. Un peu plus tard un motard s'arrête spontanément et m'emmène. En fait c'est encore très loin, je crois que j'aurais dû marcher encore 2 heures. Il me laisse devant une GH. il me demande lui aussi un prix très élevé, je lui en donne la moitié, il ne discute pas. il est 21h, il y a une chambre de libre et juste à côté un restau indien. D'abord la douche, ensuite le restau et dodo. J'ai eu un peu de mal à me lever de ma chaise, un peu fraca quand même, J'aurai marché 12h à bonne allure, je pense avoir fait 50 bornes. Je crois que je vais bien dormir.

MERCREDI 29

Je pensais faire le tour du cadran, et non! réveil à 6h. Même pas fatigué. le seul petit truc à déplorer: j'ai un petit doigt de pied qui n'a plus de peau. Même pas mal! Pendant que je prends mon dej sur la terrasse, je vois passer Erwan. Ils sont arrivés hier et sont installés juste en face. Marion et Martin sont là aussi. tout le monde se retrouve. Nous avons fait le même itinéraire, ils ont passé la nuit dans la bicoque où j'ai pris mon repas (dans ce triste village ou je ne suis pas resté). Puis sur la piste les sacs sont devenus de plus en plus lourds, Marion avait 16kgs, Martin 18 kgs, chapeau.  Ils ont trouvé un camion qui ramassait les "balais" le chauffeur a bien voulu les prendre, et ils ont fait la tournée des villages, sympa aussi. Nous allons louer des motos pour explorer les environs. Ce sont des petites cylindrées (100cm3) quasi neuves. C'est bien nerveux jusqu'à 80 km/h. Nous prenons une piste, de la forêt, des rizières

P1090176

 

après avoir traversé quelques villages, le chemin s'arrête sur la rivière où nous prenons un bain (eau fraîche)

P1090182

 

quelques barques passent de temps en temps, c'est très paisible

P1090184

 

sur le chemin du retour, "l'épiciére" du village accepte de nous préparer un repas

P1090188

 

la piste est très agréable, variée, avec des gués faciles

P1090193

 

bon d'accord je n'étais pas obligé de passer aussi vite, mais c'est vraiment trop fun...

P1150488

 

d'autres s'exercent au passage de gué (photo Marion)

P1150454

 

retour au village dans la soirée, les constructions en bordure de la rivière sont plutôt jolies. On y trouve les GH de luxe, celles où je ne suis pas allé

P1090202

 

nous passons la soirée dans un restau  genre coréen, avec le brasero au milieu de la table. C'est bien ça réchauffe, les soirées sont toujours très fraîches. Une braise est tombée sur le sac de Marion et lui à fait, en se consumant , un trou gros comme une assiette. La pauvre est désolée, un sac tout neuf. Demain nous partirons pour LUANG PRABANG

jeudi 30

toujours temps frais et couvert, je suis habillé comme le jour du départ en france. Nous prenons un tuk tuk qui nous dépose à la station de bus.

Départ à 10h ce n'est pas un bus mais une camionnette avec des bancs de chaque côté de la benne.

P1090212

C'est bien, on est face à face, on peut discuter. La clim est naturelle, et on voit très bien le paysage. ça me plait beaucoup. Par contre c'est vraiment tape cul. D'ailleurs une heure après le départ la banquette d'en face s'écroule, les copains finiront le voyage assis sur le plancher.

P1090213

Mes voisins sont deux jeunes qui arrivent d'un village de 200 habitants sur la rivière où ils ont passés 2 mois envoyés par une asso "adoptez un village".  Lui,  Marcus est étudiant architecture et Charlotte est dans le Design. Ils ont travaillé à la conception et la réalisation de structures scolaire du village. Il viennent à LUANG PRABANG pour essayer de revendre un bateau qu'ils avaient acheté avec l'idée de faire le Mékong. Malheureusement à cette époque (basses eaux) il n'est naviguable que sur 30 km dans cette région. De plus ils ont peut-être un projet de conception pour un hotel. En tout cas ils ont vécu une expérience intéressante dans leur village. Nous arrivons à LUANG PRABANG, Marion et Martin continuent sur VANG VIENG où ils pensent rester quelques jours. on se retrouvera peut-être là bas.

Marcus connait une GH sympa pas loin de l'arrêt de bus. Nous y allons à pied. C'est clean et tranquille, les proprios sympa. On reste. Je vais faire un tour de ville. Rien à voir avec tout ce que j'ai vu avant, c'est presque chicos. Une sorte de Saint Tropez Lao.

P1090261

Je loue un vélo car la ville est assez grande. En passant je trouve Marie et Erwan installés à la terrasse d'un restau. je vois des temples, des grands bâtiments administratifs, l'ancien palais royal....

P1090262

je pousse dans les faubourgs ou je retrouve un habitat plus familier et la poussiére...je rends le vélo c'est une vraie charrue, je préfére la marche, c'est moins dur. Il y a une belle avenue le long du Mekong avec bar et restau au coude à coude.Je sacrifie à la cérémonie de la photo du coucher de soleil sur le Mékong. C'est marqué dans le guide, je peux barrer c'est fait.

P1090216

un petit pont de bambou (avec péage) relie le quartier où se trouve la GH  et le centre ville

P1090217

je cherche un restau lao, n'en trouve pas, que des trucs à touristes. je finis par échouer dans un restau indien où je suis le seul client. Après ça je flâne sur le bord du Mékong à la recherche d'une belle terrasse et des fauteuils confortables. Je trouve et savoure la soirée, c'est la première fois que je n'ai pas froid le soir. à  côté de moi, une grande tablée dune  vingtaine de chinois. très animé. La même chose sur la terrasse du dessous. Chacun leur tour, les convives chantent une chanson applaudis par les autres. comme je n'ai rien d'autre à faire j'applaudis aussi. Mes voisins le remarquent et m'invitent à leur table. Une chinoise parle un bon anglais. Elle m'apprend que c'est le nouvel an chinois. C'est tout une famille les deux tables, ils sont venus à luang prabang pour y passer quelques jours pour cette occasion. Nous descendons tous à la terrasse du dessous où ils ont aménagé une sorte d'estrade avec des chaises sur laquelle viennent les chanteurs. Avant de m'en rendre compte je me retrouve perché sur l'estrade. Je n'ai pas eu le temps de me préparer et je chante  le premier truc qui me passe par la tête: "étoile des neiges" dont je ne connaît que les deux premiers vers, après ça j'improvise en faisant beaucoup de gesticulation. Les chinois sont hilares ils battent la mesure et me prennent en photo. ça flashe de partout je suis complètement ébloui, il y a même des caméras. j'ai droit à une belle ovation. Mais ce n'est pas fini. chaque chinoise veut être prise en photo avec le Français, après ce sont les photos de groupe, on me présente toute la famille. Du délire. Avec tout ça je suis le seul à ne pas avoir de photo....c'était bien rigolo. je ne passe pas toute la soirée avec eux. Au bout d'un moment je m'eclipse et retourne à ma GH. Bonne soirée.

 

VENDREDI 31

Très bonne nuit. Je vais faire un tour. c'est le quartier des tisserands

P1090219

j'achète une écharpe orange en soie que je porterai tous les soirs. je remarquerai plus tard que ça plaisait beaucoup et que peut-être ça m'a facilité les contacts. en face il y a un petit monastère avec une stupa en construction

P1090227

je remarque de jolies peintures sous un préau

P1090226

je vais en ville en passant par le petit pont

P1090240

je me ballade paresseusement de temples en monuments

P1090244

un sujet récurant: le serpent à tête de dragon que l'on trouve un peu partout

P1090248

et même des hydres à 5 têtes

P1090258

des stéles d'offrandes

P1090250

un petit coup d'oeuil sur les toits de la ville

 P1090251

ça ira pour la culture, je vais au restau (taÏlandais) et vais passer une partie de l'après midi dans un fauteuil sur la rive du Mékong. c'est la première fois que j'ai chaud.

après le coup de chaleur je retourne flâner, réserve une moto pour demain, je vais aller voir des chutes d'eau à une vingtaine de km. Je passe devant un sauna, le même que celui de OUDOMXAI, un peu moins délabré. Il y a un cyber café pas loin, j'envoie quelques messages. Je repasse à la GH pour rentrer ma lessive de ce matin et prendre une douche. Je n'ai pas revu les petits jeunes. Retour en ville, je change 300$ et me retrouve avec 2 400 000 kps, on est vite millionnaire dans ce pays. j'essaie un autre restau, visite le marché nocturne. Des dizaines de boutiques installées dans la rue uniquement destinées aux touristes.

P1090273

je fais une étape dans un fauteuil d'un bar du Mékong et vais au lit.

SAMEDI 1 FEVRIER

je récupère la moto, et sort de la ville en direction des chutes d'eau, mais pas directement. quelques crochets pour visiter des villages, puis j'arrive à un centre d'éléphants. j'hésite ça me parait un piège à touristes. Arrive presque en même temps un car de japonais et 5 éléphants promenant des touristes sur leur dos. j'ai vu l'essentiel je file.

P1090283

sans problème j'arrive au parking du park ou se trouvent les fameuses chutes. il faut traverser la rivière en bateau.

P1090294

il y a un peu de monde il y a deux chemins je prends celui  qui n'est pas fréquenté, après une demi heure de marche je suis en pleine forêt je n'ai pas vu de chute d'eau. j'entends des cris inarticulés, je m'approche, c'est un cornac en train de donner des ordres à son éléphant qui ne veut pas aller se baigner. il monte sur son dos pour le forcer à rentrer dans l'eau.

 

P1090305

P1090306 

il y a deux autres éléphants. c'est la pause d'une une ballade de touristes, qui sont en train de pique niquer un peu plus loin. 

P1090311

j'observe un truc amusant, l'éléphant ramasse un bâton et s'en sert pour se gratter la joue gauche puis la droite, puis il jette la branche.

P1090322

vu de près c'est pas très rassurant

P1090318

n'oublions pas que je suis venu voir des cascades. Il y en a, mais pas assez d'eau pour le spectacle

P1090326

je reviens au point de départ il y a plus de monde que tout à l'heure, je pars

P1090341

je ne retourne pas directement à LP, je fais un grand crochet. En passant dans un village je vois une grande fête en préparation dans un monastère. Sur la place sont installés des tables et des chaises pour au moins 200 personnes. Dans le temple, des fidéles sont en prière.

P1090347

à l'extérieur toujours ces statues un peu menacantes

P1090346

et puis il y a cet étalage de présents pour le monastère, très décoré, je remarque surtout des paquets de billets de banque dans des protections plastique.

P1090344

je ne peux pas trop m'attarder, je dois rendre la moto. Je me sens observé, je suis un intrus dans cette fète de village. Mais je pense que si j'avais pu rester j'aurais été invité. La curiosité est forte chez les laos. j'ai sûrement raté quelque chose.

P1090350

retour à LP. Je rends la moto et vais au sauna. C'est la même chose qu'a OUDOMXAI, la boîte de sardines. On discute, je sors de temps en temps prendre une tisane. Il y a des salles de massage. je n'y vais pas. Je tiens quand même 3/4 d'heure dans le sauna qui est d'ailleurs plutôt un bain turc, c'est de la vapeur. En sortant je passe au restau, puis cherche un bar avec des bons fauteuils, c'est mon caprice du moment. j'en essaie 2 avant de me décider pour un troisième. Je suis installé depuis un petit moment et j'entends "mais c'est JP" à la table d'à côté, Marcus et Charlotte mes voisins de chambre que je n'avais pas vu depuis notre arrivée. par hasard je suis dans leur QG. Ils n'ont pas encore vendu leur bateau et le plan projet d'hotel parait un peu fumeux. un peu plus tard, surprise: Marie et Erwan arrivent aussi par hasard, c'est la fête. un peu plus tard un type rentre aussi par hasard, il travaille avec eux dans le village lao. c'est fou, non? il y a des centaines de bar dans LUANG PRABANG est-ce que celui là posséde un pôle d'attraction particulier?

DIMANCHE 2

Ce matin je prends le bac pour visiter l'autre rive du Mékong

P1090358

de l'autre côté, c'est un autre monde, le jour et la nuit. pourtant il n'y a que 300 mètres entre les deux. petit village poussiéreux ,lui aussi et un petit vat (temple) sur la colline. je ne trouve qu'une photo à y faire

P1090354

je retourne de l'autre côtè et je me dis que j'ai fait le tour de la question ici. Trop de touristes. Il fait chaud, Je vais faire un break culturel au musée il y fait peut-être frais. 

P1090256

une belle allée rafraîchissante  mêne au musée

P1090264

photo interdite dans le musée?? C'est l'ancien palais royal, il y a des portraits des anciens occupants. des objets, des tenues d'apparat mais rien qui accroche vraiment l'attention. Ce qui surprend, c'est la modestie de appartements royaux. Rien à voir avec Versailles. De plus aucune piéce ne posséde de fenêtre donnant sur l'extérieur, seulement sur des couloirs internes. Le bon côté du musée c'est qu'il est vite visité, je n'ai pas eu le temps de me rafraîchir. A l'extérieur un garage abrite les voitures royales. Certaines sont vraiment délabrées, il ya 3 lincoln américaine et une DS 19 dont un casseur ne voudrait pas. Elle à dû servir de poulailler. Je me fais tirer les oreilles par le gardien: "no photo" oh pardon! désolé.

P1090365

par contre le char pour promener les moines chef les jours de fête à l'air en bon état

P1090364

je vais passer l'heure chaude au restau dans une ruelle ombragée avec un petit courant d'air. Parfait. je prend une "papaya salad" que je demande pas trop spicy. mais ils n'ont pas dû comprendre. je calme l'incendie avec des "fruit shake"

P1090367

je me décide à aller visiter le célébre VAT XIENG THONG bien que je fasse une légére overdose de temple. Sur le chemin je croise un groupe de chinois et j'entends "jean pierre". Les chinois du jour de l'an, ils sont encore là, et ils se rappellent de mon nom. Je suis sciè. C'est la fête, ils sont très exubèrants quand ils s'y mettent. ils continuent leur chemin et derriére mois j'entends "étoile des neiiiiigeeeee" non! pas possible ils ont retenu la chanson! je me retourne c'est Marie et Erwan qui se trouvent là, et à qui j'avais raconté l'histoire hier soir. Eux aussi vont visiter le VAT. C'est dingue ces coïncidences. Erwan s'est trouvé un beau tshirt

P1090370

bon c'est vrai il est différent des autres, plus ancien, et plus décoré

P1090373

avec des ornementation murales presque kitch

P1090374

 après nous prenons l'escalier royal qui descend jusque dans le Mékong. On s'installe sur les marche avec une bière en regardant le coucher du soleil. Le meilleur moment de la journée.

P1090392

je leur ai parlé du sauna, ça les branche on y va. C'est comme hier, la boîte de sardine, moins de monde chez les femmes. Nous allons ensuite rejoindre Marcus et Charlotte au bar d'hier soir. Leurs affaires n'ont pas beaucoup avancé ni pour le bateau ni pour le projet. Nous allons quand même au restau, il ne faut pas se laisser abattre par les difficultés. Nous rentrons au GH, le patron répare son filet de pêche. nous avons convenus avec Marie et Erwan de nous retrouver à VANG VIENG dans un bar indiqué dans le lonely planet.

LUNDI 3

Je régle ma facture pour le séjour, on se prend en photo

P1090395

le patron m'enméne en moto à la gare routière avec son gamin devant lui entre ses genoux. C'est sympa de sa part car c'est de l'autre côté de la ville.Le bus démarre à 9h30, grosse majorité de touristes. Le paysage est presque montagneux, de la forêt assez dense. Les villages traversés sont moins poussiéreux grâce au bitume. Etape pipi-restau je mange des fruits frais. Arrivée à VANG VIENG à 15h30. Un tuk tuk nous dépose au centre ville. Je prends le premier GH que je trouve dans une rue tranquille, c'est réglé. Je  me ballade dans les rue à la découverte de la ville. C'est un moment que j'adore. Je suis très surpris les agences de toutes sortes sont au coude à coude avec autant de salons de massage. tout est fait pour le touriste à qui on propose des activités de toutes sortes. descente de rivière en canoë, ou en chambre à air de camion (tubing), VTT, visites de grottes, excursions diverses, montgolfiére, escalade, location de moto ou de buggy, stage de cuisine etc.... LUANG PRABANG c'était ST TROPEZ ici c'est DISNEY-LAND. Autant dire que je ne suis pas emballé.

P1090396

je pense que ça doit plaire à pas mal de gens vu la foule que je vois sur le bord de la riviére

P1090399

je trouve un restau thaïlandais pas mal. En payant je confond un billet de  50 000 avec un 5000 le gars est honnête et me le signale. ce n'est pas la première fois que ça m'arrive et je ne suis pas le seul à qui ça arrive. Je ne sais pas si je suis toujours tombé sur des gens honnêtes. Je traîne encore un peu dans les rues, me fait faire des crêpes au miel et je vais me coucher. Il fait chaud dans la chambre, c'est la première fois que je dors sur le drap.

MARDI 4

6h30 réveil par le chant des moines qui passent dans la rue récolter leur nourriture de la journée. J'ai le lever de soleil dans la chambre.

P1090493

je vais louer une moto; je file  sur la piste qui mêne au fond de la vallée.

P1090405

de nombreux panneaux m'invitent à venir visiter un grotte ou un étang ou autre curiosité. je ne m'arrête pas. je traverse quelques village et arrive au fond de la vallée.

P1090422

 je m'arrête pour manger quelque chose plus pour faire une pose que par appétit. Des gens viennent discuter, un type qui vend des billets de loterie connait quelques mots de français, des femmes viennent faire des achats

P1090431

je reprends la piste et passe sur un pont l'eau est très claire, je vais me baigner, super. J'ai fait toute la vallée, je prends la route en direction de LUANG PRABANG où j'avais vu des choses intéressantes en passant en car. un joli village

P1090442

du maraichage

P1090446

 retour des champs

P1090447

 la plaine et le pain de sucre le soir

P1090459

 allez on rentre à la maison

P1090482

 bon, moi aussi je rentre, j'ai assez roulé comme ça, et j'ai vu assez de belles choses pour la journée. Je vais rendre  la moto. Ce soir j'ai rendez-vous avec Erwan et Marie, mais les bars que nous avions choisis n'existent plus. je tourne dans les rues, mais cette fois le hasard est contrariant, je ne les trouve pas. vraiment dommage.

MERCREDI 5

Je reloue une moto pour la journée et reprends l'itinéraire d'hier soir pour aller plus loin. Les falaises sont très bellees

P1090498

 vraiment belles

P1090502

quelques paysans travaillent dans leurs champs

P1090506

la piste est très agréable, mais je dois me discipliner pour regarder plus la route que le paysage, sinon... la gamelle

P1090508

La piste traverse une grande vallée dans laquelle se trouvent plusieurs villages. je m'arrête dans l'un d'eux pour grignoter des brochettes

P1090511

je teste quelques pistes qui traversent la foret. Je ne sais pas du tout où elles conduisent. des villages sans doute. il faut que je trouve de l'essence je n'ai pas de quoi rentrer. J'en ai vu tout à l'heure en traversant un village. Des bouteilles plastique posées sur une table au bords de la piste. j'en prendrai en rentrant. à la sortie d'un village je passe devant une caserne. du coin de l'oeil je vois un militaire me faire signe. Je fais semblant de ne rien voir et continue la piste. Dans le rétro je le vois me poursuivre en moto. j'accélére, je le distance. Je suis un peu taquin. Après un virage je m'arrête et regarde le paysage. Le militaire arrive comme une bombe et me raconte je ne sais quoi, pas content. il me fait signe de faire demi tour. ok! il m'escorte jusqu'à la sortie du village. Y aurait-il quelque chose à ne pas voir par là? Je ne saurai pas. De toutes façons il est temps de rentrer. C'est aussi l'heure pour les paysans

P1090520

un dernier passage dans le défilé, et je rentre

P1090525

tiens! une montgolfière, ça ce doit pas être pratique à garer ce machin là

P1090526

je ramène la moto au loueur et lui demande de me la mettre de côté pour demain car je la reprends pour 3 jours. cette machine m'inspire confiance, je l'ai testée toute la journée, je crois qu'elle est fiable. Je passe un petit moment à rechercher Erwan et Marie, sans succès. Je vais mager dans un restau ou l'on mange couché (presque) et où il y a de la bonne musique.

 

JEUDI 6

Je vais chercher la moto, surprise le démarreur ne marche pas. Plus de batterie. ça démarre très bien au kik. ça ira comme ça, ne compliquons pas les choses. Après 20km j'arrive à  une petite ville HOUAYMOR  sur le début du réservoir de NAM NGUM un immense lac artificiel d'au moins 40 km de long. il y a des centaines d'iles, sommets des collines immergées, c'est très joli.

P1090540

c'est la ville du poisson séché ça se voit et ça se sent...

P1090543

je prends la direction de XAISOMBOUNE, la route est exellente et il n'y a pratiquement pas de circulation. des buffles vivent leur vie

P1090548

tout ceci parait parfaitement inhabité. Envie de jouer les Robinson Crusoé?

P1090552

Je quitte le bitume pour prendre une piste qui m'emméne à un village qui à échappé à la noyade. C'est un village de pècheurs et d'éleveurs sur le lac

P1090583

je demande s'il est possible de manger du poisson à des femmes qui sont devant leur maison. Elles ne me comprennent pas et vont chercher un jeune homme qui parle un peu anglais. C'est l'instituteur.Il traduit, c'est possible, une femme s'occupe de la prèparation pendant que je discute avec l'instituteur. Après un moment une assiette arrive avec un énorme poisson. je n'en voulais pas tant, mais j'arrive quand même à le manger. l'instit s'en va c'est l'heure de la reprise. Je demande ce que je dois. La femme m'écrit le chiffre sur un papier: 80 000kps. un très bon repas en ville c'est la moitié. Bien fait pour moi j'aurais dû négocier avant. Je paie et je vais faire un tour au bords du lac et prends un bain.

P1090572

je me ballade encore un peu et reprends la piste pour XAISOMBOUNE

P1090562

je reprends la route bitumée, toujours aussi déserte et roule un bon moment jusqu'a un barrage en travers de la route: une porte grillagée avec un militaire à côté qui me fait signe de faire demi tour. encore! Pas la peine de discuter. je comprends maintenant pourquoi la route est si belle et si déserte. je retourne à la petite ville ou j'ai bifurqué et continue en direction de VIENTIANE . Là je retrouve de la circulation, des camions surtout. il est bientôt 18h il commence à faire nuit. En traversant un village je trouve une GH. Un immeuble imposant un peu lugubre. Je ne vais pas faire le difficile. Je m'installe à la terrasse et vois beaucoup d'activité. on amène des fleurs, des cartons, des plats. Curieux, je demande au patron si une fête est en préparation. Il ne connaît que quelques mots d'anglais et je lui répète "feast,feast" en dansant un peu. là il comprends et me dit "yes, feast" et il me montre un tableau sur lequel est écrit quelque chose en lao et je vois un chiffre: 86. Il me dit " father" l'air réjoui. Je comprends: on prépare l'anniversaire de son père. et je vois arriver tout un tas de gens avec des cadeaux qu'ils portent à l'intérieur. Puis ils sortent,se mettent à table et mangent ce que leur servent les dames de la maison. Le tout arrosé de bière et de lao lao. je suis aussi invité. puis les jeux de cartes sont sortis. petit à petit s'installe une ambiance de tripot. Je dis au patron que j'aimerai voir son père. Il me conduit à l'entrée de la maison où je vois des femme assises sur un tapis et pas d'homme. je demande où est son père. il me montre une photo sur une sorte de mini temple, et je réalise que ce n'est pas l'anniversaire que l'on fête. Le père est mort ce matin. pour les bouddhiste la mort n'est pas triste

P1090590

je regarde un petit moment, c'est décoré comme un sapin de Noël avec des guirlandes qui clignotent et des cadeaux tout autour. j'ai assez gaffé pour aujourd'hui, je vais me coucher.

 

VENDREDI 7

Ils ont veillés toute la nuit. Je les ais entendu rire et parler par intermittence. Ce matin ça joue encore aux cartes, avec de l'argent. Il y a toujours le buffet ouvert. Je remarque que certain portent une écharpe en signe de deuil

P1090596

 

je les quitte discrétement. Hier j'ai regardé la carte, Un zoo est indiqué pas trop loin le  ZOO LAO ça a l'air d'être a 50km, mais ma carte n'est pas fiable.Je vais essayer de le trouver. je longe des rizières

P1090603

Je dois bifurquer à PHONHONG. J'y visite un grand monastére il a l'air tout neuf, l'alimentation électrique a l'air assez costaud, peut-être pour l'éclairage? c'est le progrès

P1090607

 

les travaux ne sont pas finis. Il y a des ouvriers. Ils me montrent un énorme scolopendre qu'il ont mis dans une bouteille

P1090620

 

Ils m'expliquent par gestes très faciles à comprendre, que ça se mange et que ça favorise les érections. Si le résultat est proportionnel à la taille de la bestiole, le pauvre gars doit se retrouver avec une trompe d'éléphant.

je continue en direction du zoo, et traverse une riviére avec un bac

P1090629

 

de l'autre côté je m'arrête dans une échoppe. Le patron est allé à l'école française, il lui reste assez de mots pour pouvoir discuter. Il se rappelle d'une chanson "les feuilles d'automne..."on passe un bon moment rigolo

P1090631

 

il me donne de précieuses indications pour aller au zoo, car je verrai plus tard que rien n'est indiqué. l'entrée est plutôt discrète

P1090780

 

C'est parait-il le seul zoo du Laos, et il appartient à une famille Thaïlandaise. Il n'est même pas indiqué dans mon guide. Il est pluôt agréable à visiter, beaucoup de végétation qui ombrage les allées et pas mal d'espace pour les animaux qui ont l'air d'être bien entretenus. Trés peu de visiteurs, la plupart sont des scolaires. Des plateformes permettent d'observer les animaux de près

P1090637

 

des gros reptiles

P1090656

 

des singes

P1090663

 des crocodiles

P1090743

 

ouh! grand mère, comme vous avez de grandes dents..

 

P1090689

 

des ours

 

P1090706

 

des éléphants

P1090709

j'ai voulu lui donner un biscuit, mais le gardien n'a pas voulu (il est peut-être au régime) le pauvre, il m'a vu fouiller dans mon sac, il attend en dansant 

P1090714

des panthéres

P1090765

 

des pithons

P1090778

 

des oiseaux

P1090735

 

et plein d'autres bêtes que je n'ai pas le temps de vous montrer parce que c'est l'heure de rentrer. Je pensais rentrer facilement sauf qu'il y a de nombreuses biffurcations en Y que je n'avais pas remarqué à l'aller et qui me font faire pas mal de fausses routes. je ne suis pas seul sur la route c'est l'heure de pointe. Le passage sur le pont: c'est la loi duplus fort

P1090783

 

tout le monde rentre, à quatre pattes

P1090785

 

et en vèlo

P1090788

 

 

Finalement je me retrouve vers 18h à la GH du mort d'hier. Je m'y arrête, il ont l'air contents de me revoir. Il y a autant de monde qu'hier, mais pas les mêmes. C'est toujours buffet ouvert je suis invité à une table où ça rigole fort. Je ne comprends rien me je me marre comme tout le monde et sans forcer. La soirée s'avance les cartes sont sorties. C'est un mélange de poker et de belotte, et ça mise assez gros. je me demande qui paie pour ces soirées, c'est peut-être le mort. a tout hasard je trinque à sa santé et vais me coucher. Je laisse mes compagnon à leur longue veillée.

SAMEDI 8 

Je les ais entendus toute la nuit. Ce matin il y a encore 2 tables où ça tape le carton avec des paquets de billets sur les coins. les yeux sont rouges et les traits tirés, quand même. Dans la pièce du mort il y a toujours des femmes en prières.

P1090601

 

 

 

une photo de la GH avant de partir

P1090795

Je repars en direction de VIAN VIENG. je fais un crochet sur une piste qui va vers la montagne. Après 30 km j'arrive sur une vallée noyée dans un barrage tout neuf. je ne verrai pas le barrage, un garde me fait faire demi-tour (encore).

P1090798

Revenu sur la route je m'arrête dans un restau où je suis invité par deux motards anglais. Avec eux une masseuse lao qui me paraît proposer autre chose que des massages. l'un deux et prof d'anglais à BANGKOK. Nous avons une conversation assez surréaliste à propos de la vie. Il me demande quelle à été la situation la plus dangereuse que j'ai traversé. Sans hésiter je lui dit: le jour ou j'ai mangé une salade de mon jardin ou se trouvait sans doute autre chose que de la salade. J'ai pensé mourir cette nuit là. Le danger ne se trouve pas toujours là où on l'attend. Lui me montre une bosse dans son cou, sous l'oreille et me dit "cancert" Il pense qu'il va en mourir. Il à l'air de le prendre du bon côté en disant qu'au moins il sait de quoi il va finir. La petite masseuse n'a pas l'air d'avoir de succés avec mes deux compagnons. Je les laisse se décider. je file à VIANG VIENG, rends la moto, trouve une chambre, vérifie mes emails. je trouve un message de Marie et Erwan. ils m'ont vu passer en moto le jour de leur arrivée et m'ont cherché aussi. Maintenant ils sont dans le sud. Je m'installe pour la soirée dans un restau tranquille en bordure de riviére

P1090803

et n'en bougerai que pour aller me coucher. Avant de rentrer, je déniche chez un bouquiniste une pièce de IONESCO "la cantatrice chauve" qui va m'accompagner le reste du voyage. et même après. Génial.

DIMANCHE 9

Aujourd'hui pas de moto. Je vais faire un tour de campagne à pied. d'abords des rizières

P1090811

de nombreux abris champêtres un peu à l'abandon servent encore aux paysans. c'était comme ça hier:

P1090818

C'est comme ça aujourd'hui

P1090819

pour demain, je crains le pire. Je me ballade un peu en forêt.

P1090824

j'ai marché trois heures aujoud'hui ça suffit je vais passer la restant de la journée à ne rien faire, installé dans un hamac près de la rivière

P1090839

de temps en temps je me fais apporter un truc à manger ou à boire. Je passe l'après midi avec la cantatrice chauve. Un petit biquet vient me voir. C'est mignon mais ça bouffe tout, il essaie d'explorer mon sac à dos, il y a des biscuits.

P1090848

Mes voisins de hamac sont un couple de Français Arnaud et Loeticcia avec leur fils Thièfaine.  On échange nos impressions du pays. Nous allons dans un restau sympa que j'avais repéré car il y avait de la bonne musique pas trop forte. Arnaud va chercher une bouteille de bordeaux qu'il avait amené de France pour une grande occasion. Je suis très flatté, en plus il est très bon. ça c'est une soirée..

P1090854

je ne resiste pas au plaisir de leur lire un passage de la cantatrice chauve: le monologue du pompier "le rhume" c'est trop dingue. Nous faisons la fermeture du restau, puis allons faire la fermeture d'un bar. on a distillé pas mal de lao lao. Demain je prends le bus pour VIENTIANE. nous nous sommes donnés rendez-vous dans un monastére qui fait des saunas aux herbes, d'après le guide. Nous avons évités les bars vu l'expérience précédente.

LUNDI 10

j'ai le cheveu un peu raide. je me demande bien pourquoi. Je file à la station de bus. Je refais une bonne partie de la route que j'ai fais en moto. Voyage sans commentaire, arrivée à VIENTIANE après avoir traversé une banlieue interminable. Sorti du bus je prends la oremière GH qui se présente et vais me ballader dans la ville après avoir louè  un vélo. D'après le guide il n'y a pas beaucoup de voiture à VIENTIANE il va falloir remettre ça à jour! Evidemment les temples ont l'air plus richement décorés que dans les autres villes, nous sommes dans la capitale!

P1090859

Il y a un festival de danse indienne au grand théatre à côté de ma GH. je vais m'habiller un peu mieux, car il y a des tenues de soirée et surtout il y a une clim démente, c'est le pôle nord. la salle est aux 3/4 vide. les 5 premières rangées sont réservées aux officiels. je suis juste derrière avec un groupe de moines.

P1090862

ça commence avec les discours des officiels, ambassadeurs et délégués de toutes sortes, dans les deux langues. interminable, mon voisin s'est endormi. Puis une dame vient lire l'intégralité du livret du spectacle qui à été remis à chaque spectateur, également dans les deux langues. Une vraie prise de tête. En plus de ça? la clim glaciale fait partir l'une après l'autre toutes les femmes d'officiel qui avaient mis leurs jolies robes à dos nu. Intenable. Au moins une heure et demi de discours. 

P1090867

enfin ça commence. presque, on entend la musique, mais le rideau n'est pas levè et les musiciens sont dérriére. incroyable, 10 mn. finalement les danseurs arrivent, mais l'attente à tué la curiosité et je m'ennuie. Et je ne suis pas le seul. mon voisin le moine qui a fini par se réveiller envoie des textos sur son ephone.

P1090872

je pense que le spectacle devait être très bien pour un amateur, mais je suis vraiment passé à côté. Il y avait du monde sur la scéne et de beaux costumes

P1090878

horreur, les applaudissements à peine terminés, les officiels remontent sur scène en remettre une couche. La douleur. Par courtoisie je reste jusqu'au bout, je suis trop près de la scéne. En me retournant je constate que nous ne sommes pas nombreux à avoir tenu le coup. On devrait décorer les rescapés.  En sortant je passe devant une boutique dont l'étalage me fait penser au spectacle, sans trop savoir pourquoi

P1090881

je finis la soirée dans un restau près du Mékong. Des jeunes s'installent à côté, ce sont mes voisins de bus de ce matin.

MARDI 11

Je quitte ma GH, j'en chercherai une autre pour ce soir. Je vais visiter un grand marché couvert fréquenté par les lao. Toujours le grand bazard habituel

P1090887

et toutes ces pattes de poulets qui vont finir en brochettes (je n'ai pas osé essayer)

P1090889

et toutes ces bananes , c'est pas joli?

P1090893

et un petit métier qui ne s'est pas perdu: affûteur de couteau

P1090897

ici, préparation d'accessoires pour veillée funêbre

P1090900

du riz, encore du riz, toujours du riz

P1090904

je passe deux heures dans le marché. Un peu plus loin je trouve une GH mieux et moins chère. Ensuite je loue une moto pour trois jours. Je vais voir le PHA THAT LUANG au nord de la ville. La stuppa qui est l'équivalent de la tour effeil (en renommée)

P1090918

le grand temple, dans lequel j'ai la surprise de trouver une manifestation de danse bouddhiste (la suite du festival d'hier soir)

P1090919

l'assistance est constituée d'officiels et de moines, et quelques touristes. C'est presque confidentiel 

P1090937

c'est la danse de la mort 

P1090937

les moines ont l'air très concentrés sur le sujet

P1090926

le spectacle était bien meilleur que celui d'hier, il n'y a pas eu de discours, ouf

P1090948

nos moines sont certainement en période de formation, ils sont très attentifs

P1090957

les détails de l'architecture sont mieux traités que dans les temples de province

P1090962

et un bouddha couché! un pour la table du fond..tout neuf

P1090964

j'avais en tête de remonter le Mékong en bateau  pendant deux jour vers le nord (phantasme de mon adolescence). je remonte le fleuve en moto pendant 20km et me rends compte de deux choses: l'horizon est très plat, et la brume qui semble permanente sur le fleuve empêche toute vue. Ce n'est pas le bon endroit pour la croisière. je laisse mon phantasme au placard. le soleil se couche je retourne en ville

P1090968

 

MERCREDI 12

Je reste un jour de plus car j'ai rendez vous ce soir avec Arnaud? Loeticcia et Thiéfaine. je vais donc explorer le nord de VIENTIANE. En chemin je m'arrête dans une échopppe pour prendre une noddle soup. L'auberge n'est pas engageante

P1090992

 mais les produits sont de première qualité: salade fraîchement cueillie

P1090979

poissons livrés tout frétillants

P1090976

et préparés sans attendre

P1090990

difficile de trouver plus frais

P1090989

 franchement tout est bon, je me régale

P1090974

Je suis à la recherche d'une chute d'eau indiquée sur la carte, et je ne trouve pas. D'ailleurs la campagne est parfaitement plate, je ne vois pas comment il pourraît y avoir une cascade par ici. Ma carte est vraiment nulle.  je vois quand même des choses intéressantes, par exemple cette énorme souche d'arbre, je ne sais pas ce qu'ils vont en faire. Une oeuvre d'art peut-être?

P1090995

 

les artisans du bois produisent des oeuvres étonnantes

P1090911

et de l'art en veux-tu? en voilà! ça serait bien sur la pelouse à la place de mes nains de jardin

P1090997

et voilà de l'art roulant

P1090998

et ça! C'est-y de l'art ou du cochon?

P1090999

Par hasard je me retrouve au bac que j'avais pris le jour du zoo. je traverse et m'arrête à une échoppe sur le bord de la rivière

P1100004 

quatre hommes sont en train de prendre leur repas. Ils m'invitent à leur table. Ils sont fonctionnaires, et c'est leur cantine. Ils sont en train de grignoter des pattes de poulet. Je prendrais autre chose. Une brochette de croupions, c'est grassouillet. On discute en anglais petit nègre.

P1100005

en continuant la route je passe devant le zoo et après 20 km de piste j'arrive au bord du grand lac de l'autre jour. Il y a un petit débarcadére  qui permet la traversée. je m'arrête dans le bar d'à coté ou cette fois c'est une équipe de jeunes qui m'invite. Ils sont très joyeux.

P1100009

ils attendent pour traverser. je demande à leur pilote combien il me prendrait pour la traversée. Après avoir longement réfléchi, il me demande une somme qui me permettrait de faire un aller  bangkok vientiane en train couchette. Du délire. Très sympa mais roublards.

P1100012

je reviens à VIENTIANE. j'arrive à l'heure de pointe. Mon guide dit qu'il n'y a pas de circulation

P1100019

je visite le nouveau centre commercial qu'ils ont construit à la place de l'ancien marché couvert. ça ressemble un peu aux galeries Lafayette, sauf que la surface commerciale est relativement déserte, en boutiques et ......en clients. 

P1100018 

je vais au monastére où j'ai rendez vous avec mon trio de compagnons. Le monastére est là, mais il ne fait plus de sauna.

P1100021

Nous sommes dans le quartier des barbiers, mais nous optons pour un petit restau où nous passons la soirée. On a plein de trucs à se raconter et nous rentrons tard.

 

JEUDI 13

Avant de partir je reserve mon billet de train pour BANGKOK, et informe mon loueur de moto que je la garderai 3 jours de plus. La sortie de VIENTIANE n'est pas évidente (aucune indication de direction). ça me permet de visiter quelques temples (encore)

P1100025

l'ornementation des toits est bien plus soignée que d'habitude

P1100026

 là aussi détails très soignés

P1100028

 la couleur, on aime ou on n'aime pas

P1100031

 je finis par touver la sortie de VIENTIANE grâce à une dame qui m'accompagne en moto. Je suis sur la N13 en direction de PAKSAN. il fait gris il commence à pleuvoir. je m'arrête dans une échoppe qui fait du jus de canne. délicieux

P1100038

 après plus d'une heure de route ennuyeuse (tout plat, tout droit, des camions) je m'engage sur une piste en latérite en direction de chutes d'eau qui cette fois sont indiquées. C'est rare. j'entre dans une réserve naturelle. une barriére de contrôle, le garde me demande ce que je vais faire, puis comme il est en train de manger il m'invite. je continue sur la piste et vais voir la TAD LEUK waterfall. il n'y a pas beaucoup d'eau

P1100044

 je remonte a pied la rivière pendant plusieurs km dans un chemin qui serpente dans une forêt de bambou

P1100048

 je vais voir une autre chute: TAD XAI, le site est joli

P1100053

mais le peu d'eau de la riviére disparait dans des trous avant la chute et ressort au pied en résurgence, pas de chute du tout.

P1100055

 petit détail agaçant: l'accés au site est payant. Pas cher, mais quand même.. il commence à être tard, il y a un village BAN HADKHAI. comme je suis sur place, je cherche de quoi passer la nuit. Un homme me propose l'hebergement. C'est un guide, il y a dans sa maison trois jeunes suisses en voyage pour 6 mois. il y a des taxe à payer pour séjourner au village  qui en principe reviennent au parc. la facture de la nuit avec les repas me revient au triple de ce que je paie d'habitude. je reste quand même. pendant la soirée la femme du guide tresse un panier et sa mére (90 ans) hache des feuille sur un billot. ça fait vraiment mise en scéne. je ne fais pas de photo. Le lendemain matin je trouverai derriére la maison une dizaine de petits paniers pas finis.

 

VENDREDI 14

Reveil à 6h par la sono du voisin. Je préfére le chant du coq. Il n'y a personne dans la maison, sauf mémé qui balaye la cour. je me demande comment elle tient debout. La peau et les os, elle me fais penser à un chateau de cartes. Elle se déplace sans canne, chaque pas est mesuré avec attention. 

je continue la piste qui est très longue et en travaux d'élargissement. dans peu de temps elle sera goudronnée. J'arrive à un village MUANG HOM, il y a   un petit marché couvert.

P1100062

 je me fais faire un jus de canne, j'achète quelque bricoles, des gâteaux secs, ces jolis paniers sont des cages à poules

P1100066

 il n'y a pas de soleil, mais les élégantes s'en protégent quand même

P1100070

  je continue en direction de SAISOMBUN c'est maintenant une petite route bitumée très agréable sans circulation. c'est le bonheur, je repére une riviére où je vais faire ma toilette et un peu de lessive

P1100089

  je dois attendre un peu car la salle de bains est occupée

P1100077

 il y a un petit barrage, c'est le terrain de jeux des enfants du coin

P1100086

 je leur donne les gâteaux que j'ai acheté sur le marché

P1100085

 je continue ma route tranquille en dégustant le paysage.  Je double un bus dans lequel on a vraiment le temps de regarder le paysage 

P1100099

j'arrive dans un village qui se trouve juste en dessous d'une très grosse mine de cuivre. Il est 5 h, Il y a une GH, je m'arrête pour la nuit. je m'installe au restau d'à côté, il y a un balcon qui domine la riviére. la mine est derriére la colline, mais tout le village est couvert de poussière rougeatre

P1100117

c'est l'heure de la toilette

P1100106

 une table est occupée par un groupe de jeunes. l'un deux m'invite à leur table. ça rigole et chahute, il y a deux jeunes filles un peu délurées. je finis par comprendre que ce sont des prostituées. La mine est un gros réservoir de clients. il paraît que c'est la saint valentin aujourd'hui. je suis sollicité pour faire un cadeau aux filles. Il y a une boutique à côté, je les emméne choisir un cadeau: une peluche pour l'une et des fleurs artificielles pour l'autre. Je ne me suis pas ruiné, mais ça s'arrêtera là. d'ailleurs les vrais clients commencent à arriver. Mais non, je n'ai pas l'air d'un pigeon...

P1100115

je change d'établissement et me retrouve dans un restaurant plus "normal", à peine rentré je suis invité à une table ou se trouve un couple et trois hommes. les hommes sont des employés de la mine. Le mari parle un anglais assez correct, du moins on peu discuter. C'est un cadre administratif de la mine avec son épouse, enceinte de 8 mois. il est venu faire une visite de travail. Nous passons un moment très cordial. Pour le remercier de son invitation, je lui lis le monologue du pompier. Ionesco aurait certainement apprécié la situation. J'ai même filmé la scéne.

P1100116

 madame est fatiguée, tout le monde va se coucher. Je visite un autre établissement où il y a une puissante sono. alors là pas d'ambiguité c'est vraiment le boxon. les mineurs en tenue de travail en train de danser avec d'autres mineures (?) pour les aider à dépenser leurs sous. On m'offre à boire, je ne reste pas longtemps. La musique est trop forte.. tellement forte que ça fait trembler le ventilateur de ma chambre. Tout s'arrête à 11h pile, Après ça silence total.

SAMEDI 15

je continue vers SANSOMBUN qui n'est pas très loin. je finis par aller dans la ville qui m'avait été interdite par un autre itinéraire. Le ciel est couvert il fait frisquet le paysage devient franchement montagneux

P1100122

la ville est plutôt lugubre, le seul décors un peu gai est le panneau d'entrée de l'école militaire

P1100126

 le marché est triste, les gens ont l'air maussade, le seul truc intéressant que je vois est un sac à poulet

P1100130

 je suis un peu à court d'essence, voilà la seule station service de la ville

P1100129

en cherchant bien je trouve une piste qui conduit dans la montagne. Il y a quelques gués à passer, mais ça vaut la peine

P1100147

  le soleil commence à pointer

P1100145

 les pains de sucres sont spectaculaires. je n'irai pas plus loin, le gué est très profond, je ne m'y risque pas. Je préfére rendre la moto en bon état.

P1100141

les enfants n'ont pas peur de tomber, ils font ça tous les jours. C'est la vie normale 

P1100138

 

Quand à moi, je ne me risquerais pas sur ce joli petit pont

P1100146

 je fais demi tour, et, un militaire armé d'une mitraillette m'arrête. C'est un tout jeune, les pires, prudence! par geste il me demande si je fais des photos. Mais non! bien sûr je regarde seulement les montagne. Il est vraiment soupçonneux. je lui propose des bonbons que j'ai acheté sur le marchè (pâte de banane) il hésite puis les prend. Je vois qu'il se détend. on oublie les photos. il sort un paquet de cigarette dans lequel il n'y en a plus qu'une, et me fait comprendre qu'il doit en racheter. Je comprends que je dois lui donner de l'argent. Je sors mon porte feuille et lui donne un billet. Il aurait bien voulu le plus gros juste à côté. Je lui souris en secouant la tête, non non. il n'insiste pas. Cest fou comme on  comprend bien les choses  avec une mitraillette pointée sur le ventre.

Je ne m'attarde pas et repasse tous les gués à toute allure. j'entame le retour par une autre route, genre route corse année 60. très agréable. j'y croise 2 motos. après quelques étapes, j'arrive à la petite ville ou j'ai acheté les biscuits hier matin. Il est l'heure de trouver un toit pour la nuit. Je trouve rapidement une GH et me rends compte que quelque chose s'y prépare. Pas des obséques cette fois, un mariage. Cette fois je me dis que je dois "m'incruster" car je ne pourrais pas dormir.Ils ont préparé des tables pour des centaines de personnes. Il y a une sorte d'arc de triomphe en forme de coeur, où se trouve les mariés pour accueillir les invités. derriére à droite, une file d'hommes de la famille serrent la main des hommes tandis qu'à gauche la file des femmes se contente de faire un signe de tête aux femmes. j'observe ça assis sur une chaise avec les employés de l'hotel. je pense que je dois me faire remarquer. Je profite d'un moment d'accalmie dans l'arrivée des invités pour demander aux mariés si je peux les photographier. Ils pourraient le prendre mal, et non, ils paraissent tout content. la mariée porte un plateau avec deux verres de lao lao que les hommes boivent d'un coup sec en rentrant

P1100160

 je fais mes photos, on discute un peu, je les félicite et retourne m'assoir. je suis un peu confus de mon culot quand même. en tout cas 5 minutes après un homme viens me voir, c'est un frére du marié, il m'invite à sa table. bingo.

P1100161

 mais je ne reste pas à la table du frére, je suis invité de table en table. je comprends que tous ceux qui parlent un peu anglais ont envie de s'essayer. Et puis il y a la danse. à laquelle je dois aussi participer. C'est une sorte de ronde ou les hommes et les femmes se font face en se dandinant d'un pied sur l'autre avec quelques gestes de bras.

P1100165

Il y a un orchestre plutôt disco. ça ne va pas du tout avec la danse. donc j'adapte la danse avec la musique.effet immédiat, ça dégénère. ça n'est pas pas du travolta, mais on y vient, les zicos sont ravis et ils m'encouragent, comme si j'avais besoin de ça, non mais!

P1100166

en fin de soirée beaucoup d'invtés sont partis. à minuit il n'y a presque plus personne je reste un peu avec les mariés qui sont retés impeccables dans leurs costumes. moi j'ai peut-être un peu abusé de je ne sais quoi au juste

P1100171

puis commence le ménage, les femmes qui restent s'y collent la mariée en tête, tandis que le marié ses frères (et moi) sommes attablés à vider des bouteilles de bière (pas de champagne) que le marié décapsule avec ses dents. Il y a même un cochon qui fait le tour des tables. Rien ne se perd. au bout d'un moment je retourne discrétement dans ma chambre. C'était une bonne soirée, mais je me demande s'il n'y a pas plus d'ambiance dans les enterrements.

dimanche 16

j'ai entendu les invités du mariage démarrer à 6 h. Je me lève le dernier. la place est complètement nettoyée. Il ne reste que les tentes

P1100177

je m'arrête au marché prendre un noddle soup. Une poule et ses poussins sont en train de picorer entre mes pieds. L'ai un bon poste d'observation sur la vie du village. Cette jeune fille, elle aussi, observe quelque chose

P1100178

une famille vient d'arriver à 4 sur une moto

P1100179

 je continue le retour sur VIENTIANE sur une bonne piste en latèrite, déserte. Je retrouve la grande piste en cours d'élargissement àprès 30km. Puis c'est la monotone N13. Je m'arrête pour une pause dans une échoppe qui à un abri repos.

P1100187

de l'autre côté de la route, un arrêt de bus. Ces bus sont plutôt des cargos routiers à en juger par le chargement

P1100185

il y a même un mousse

P1100190

  peut-être la dernière rizière que je verrai au Laos

P1100195

quand même, le truc remarquable de la journée: encore de l'art routier

P1100197

 je fais une autre pose dans un monastère car c'est à l'écart de la circulation. il y a deux jeunes moines en train de consulter face book sur leur iphone. Ils sont très surpris que je n'ai pas d'adresse face book. ils ont l'air à la page comme on dit, mais eux non plus ne savent pas où se trouve la France. Par contre ils ont entendu parler de Paris. j'arrive vers 5h à VIENTIANE et prends une GH en banlieue. Les jeunes de la réception sont incapable de me situer la GH sur le plan de la ville. Naturellement ils ne savent pas non plus situer la France. Par contre les américains leurs ont laissés pas mal de souvenirs pour décorer la cour

P1100199

 je vais ensuite dans le quartier, diner dans un restaurant Lao. Comme l'endroit n'est pas touristique, tout est rédigé en Lao. heureusement un jeune serveur parle un peu anglais.

 

LUNDI 17

C'était mon dernier GH. Je vais sur le marché Lao pour acheter mes cadeaux pour la rentrée. j'achéte un grand sac pour mettre mes achat. il voyagera en soute. Je suis devant un étalage, une vielle lao me regarde et s'adresse à moi dans un français parfait. Je suis stupéfait, je ne lui avais pas parlé. je lui demande comment elle a deviné. Elle me regarde en plissant les yeux et me répond sérieusement "nous avons beaucoup étudié". Je n'ose pas en demander plus, c'est que peut-être, on à l'air plus c.. que les autres? Je suis entrain de chercher l'agence où j'ai loué la moto quand un flic me dépasse et m'arrête. Il m'explique que je circule dans un sens interdit. J'ai pas vu. Il me dit de le suivre au poste. pas bon. Le poste est une guitoune dans le carrefour que je viens de passer. Son chef m'explique des tas de trucs auxquels je ne comprends rien et m'écris sur un bout de papier 250 000. c'est le montant de l'amende. j'ouvre mon pote monnaie, jai 125 000, la moitié, et lui dit que je n'ai rien d'autre (le reste est dans la poche de mon pantalon) Il prend 100 000 et me laisse la monnaie et me dit de partir avec un grand sourire. Il peut c'est du black. Arrivé chez le loueur je m'apreçois que j'ai laissé mon road book. c'est très embétant. J'y retourne à pied, ce n'est pas loin. Il me voit arriver de l'autre côté du carrefour et me fait des grands signes en agitant mon carnet. Il me le rend et me dit en Français "merci beaucoup" là c'est sûr on est plus c.. que les autres. Je vois dans les rues des bagnoles qui montrent que certains ont les moyens

P1100204

je n'ai plus qu'a attendre le tuk tuk qui nous emmenera à la gare

P1100210

 arrivé à la gare je passe au contrôle douanier. j'ai dépassé d'un jour la date de mon visa. je dois payer 100 000kps pour partir, c'est ma journée. Heureusement j'avais gardé quelques billets au cas ou.... j'embarque dans le train pour un voyage de 15 mn sur la seule voie ferrée du laos.

P1100212

 Nous traversons le Mékong et c'est la Thaïlande. Changement de train, j'embarque dans le wagon couchette mais vais passer la soirée dans le wagon restaurant où il y a une ambiance de réveillon

P1100217

P1100222

je me suis fais très potes avec mes voisins de table. Vous ne trouvez pas que j'ai l'air d'une tranche de jambon dans une miche de pain de campagne?

P1100219

11h le bar va fermer, je vais me coucher.

 

MARDI 12

arrivée à 6h, il ne fait pas tout a fait jour. J'ai la journée pour visiter BANGKOK, mon avion est à minuit. je vais sur le bord du fleuve et embarque dans un bateau bus. bon moyen économique pour visiter les rives.

P1100232

 

tiens, on dirait qu'une fête se prépare

P1100236

 

 

il faut bien que je visite un monastère, le dernier pour la route

P1100254

 

un bouddha un peu obése, couvert de feuilles d'or, ça a l'air de le réjouir

P1100244

 

un autre tout maigre avec seulement de la peinture dorée: il est tout triste

P1100251

 

celui là préfére la méditation allongée, tant pis pour l'or

P1100247

 

je vadrouille pas mal dans le quartier touristique, puis je remonte vers la gare car le temps passe. j'arrive à un carrefour ou un bus avec un pneu crevé barre le passage

P1100261

je passe de l'autre côté. la rue est déserte mais à une extrémité je vois des bus dans tous les sens qui font un barrage, avec une foule derriére, à l'autre extrémité des gros engins militaire barrent la rue et derriére je vois des casques. ça me reviens, les manifs de paysans de BANGKOK. La ville est immense et il faut que je tombe en plein milieu! je ne m'attarde pas je file entre les barbelés. L'actu en live, ce n'est pas pour moi, je me contenterai du journal

P1100264

dans le journal local, j'ai lu que les paysans producteurs de riz n'étaient pas contents parce que l'état, leur principal client (et souvent le seul) ne les avait plus payés depuis  8 mois. Comme les caisses  sont vides l'état envisage de faire un emprunt forcé sur l'épargne des particuliers placée en banque. Les épargnants , méfiants font la queue au guichet pour récupérer leurs sous avant qu'il soit trop tard. Pourtant dans les rues on peut admirer le portait de leur sympathique dirigeant déja enguirlandé.

P1100229

même les militaires ont l'air gentils, on dirait Dupond  et Dupont de Tintin

P1100267

je n'ai pas de plan et marche au pifomètre. il me semble que pour rejoindre la gare, ce serait plus court de couper par le quartier chinois

P1100270

grosse erreur, c'est un labyrinthe infernal, le grand bazar d'istanbul à coté, à l'air d'un marché provincial 

P1100272

je finis quand même par retrouver la gare. Je prends une douche et vais me faire masser les pieds. Ensuite métro et la "city line" qui va direct à l'aéroport. Une petite derniére kitcherie dans le grand hall et c'est parti..

P1100276

 

MERCREDI 19

RAS voyage sans bavure.

Le hasard est incroyable. Dans le TGV il se trouve que ma voisine est laotienne, et qu'elle a vécu à LUANG PRABANG jusqu' 18 ans. Elle est venue en France pour y terminer ses études et elle y est restée. Elle retourne tous les ans au Laos. Elle habitait le Palais Royal, son père occupait une fonction importante. Je lui faisais part de mon impression sur l'intérieur du palais, en particulier sur son aspect spartiate. Tout a été pillé. Elle me dit quelque chose qui fait réfléchir. avec l'évolution de la vie, les Laos ont dû inventer un mot pour traduire un sentiment nouveau: JALOUSIE.

                                                                     c'est fini

Si vous êtes arrivés jusque là et que vous avez tout lu, franchement bravo.

Vous méritez une récompense, laissez moi un mot sur le blog et je vous enverrai une bouteille de champagne.  

si, si,  sans blague.

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par JPTX1 à 22:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27 octobre 2013

CORSE DE MARE A MARE

Un mois d'octobre très doux, des fourmis dans les jambes, la corse à deux pas de bateau. J'y vais.

il y a deux ans j'avais testé un équipement de portage de la brouette sur une partie du GR 20 avant de partir pour LA REUNION.

Cette fois j'y retourne pour faire une boucle en partant de CORTE pour finir à VIZZAVONO en passant par EVISA.

lundi 14 octobre

A cette période le bateau est loin d'être plein. En gros nous sommes 3: une escouade de militaire maître chien qui partent en exercice, un groupe du 3ème âge de la région du nord, et moi (et quelques autres...)

DSCF9170

le soir, cinéma il paraît que c'est un film qui se passe sur un bateau. j'espére que ce n'est pas le TITANIC. Ben non c'est mieux c'est "bienvenue à bord" et ça se passe sur un croisière COSTA. C'est assez rigolo mais avant d'aller dormir je vais faire un tour de reconnaissance du coté des chaloupes de sauvetage.

mardi 15 octobre

Arrivée  à BASTIA après une courte nuit. un petit dans un bistrot près du port. je retrouve le même qu'il y a 2 ans, mais changement de propriétaire. c'est fou comme on prend des habitudes.

trajet en micheline flambant neuve, grand confort. changement à PONTE LECCIA arrivée à CORTE vers 11h. ce petit chemin de fer est un vrai régal. il faudrait le proposer au patrimoine de l'UNESCO (avec les contrôleurs)

je démarre la rando par le GR qui part derrière la ville. Bien entendu je commence par me tromper, après 20 mn je me retrouve au bord du torrent alors que devrais être sur la crête. Demi tour et rectification d'itinéraire.

le chemin est très facile plutôt reposant, c'est agréable bien qu'il ne fasse pas beau.

DSCF9189

le chemin serpente dans la gorge de la RESTONICA entre des falaises spectaculaires qui font penser à des chateaux forts ou à des cathédrales.

DSCF9193

le chemin est parfaitement entretenu, il y a eu des aménagements considérables, c'est très étonnant. Il paraît qu'il y avait une scierie au fond de cette vallée (là ou se trouve le refuge maintenant) et que le chemin à été traçé pour permettre aux ânes de bât de transporter les planches. Si c'est bon pour un âne c'est bon pour moi. la preuve! sauf que je commence à sentir la fatigue, il commence à pleuvioter il est 5h je trouve un super coin à bivouac. je plante. En chemin j'ai ramassé des châtaigne et je m'en fait une poïlée et je fais une petite sieste. je me reveille à 22h30, ça c'est une belle sieste. je me fais une soupe et me rendors pour me réveiller le lendemain à 8h. j'étais bien fatigué. Sans doute la courte nuit sur le bateau.

DSCF9206

 

mercredi 16 octobre

il à plu toutes la nuit par intervalles, j'entendais des rafales de vent sur les sommets qui faisaient penser au passage d'une escadrille d'avions de chasse. bizarrement pas un poil d'air sur la tente.

ce matin le ciel est plombé. En prenant mon petit déj. je regarde  un arc en ciel traverse l'horizon est-ce un bon signe?

DSCF9211

le continue le chemin toujours aussi bon jusqu'au refuge SEGA qui n'était pas loin. il n'y a que le gardien qui doit fermer dans quelques jours.

j'attaque la montée qui doit me faire passer dans l'autre vallée. le chemin est assez mal tracé dans la forêt, en gros tant que ça grimpe c'est bon. dès la sortie de la forêt le chemin redevient bon. je croise des cochons totalement indifférents à ma présence, puis un groupe de randonneurs circulant dans l'autre sens qui eux sont très intéressés par ma brouette. on discute, ils habitent à AJACCIO et vont passer la journée et la nuit au refuge. Le ciel s'est dégagé, il fait maintenant grand beau et chaud. juste avant le sommet se trouve une bergerie. De loin je vois que je suis observé à la jumelle par deux bergers. Ils me font signe de venir, intrigués eux aussi par mon engin. ils m'offrent du café, un verre de vin et des figues. on discute à bâtons rompus sur les conditions de vie à la montagne. l'un des bergers est un gendarme en retraite l'autre est berger depuis son enfance. il me dit qu'a refaire il aurait été gendarme et il serait maintenant en retraite. "j'ai pas réfléchi" me dit-il. Je lui fait remarquer qu'il à passé sa vie dans un endroit magnifique. "hé quoi, moi je ne vois que des montagnes, et ça ne me fait rien". il à l'air blasé et fatigué, en fait il est moins vieux que moi. je veux lui acheter un fromage de chèvre, il me le donne en me disant "bah ma fortune est faite" sympa.

DSCF9235

je continue en direction de la vallée de CALACUCCIA.  Arrivé au sommet je trouve au détour d'un virage une fille nue allongée sur une roche plate, et son copain à quatre pattes entre ses genoux s’apprêtant à lui faire je ne sais quoi..(si quelqu'un à une idée, qu'il me laisse un message) Je passe sans m'arrêter en disant "faites comme si je n'étais pas là. je n'ai rien vu". Ils sont restés pétrifiés. Combien de temps? je ne sais pas, je ne me suis pas retourné. Zut, j'ai pas fait de photo!

très belle vue aussi sur la vallée avec le barrage EDF, descente pierreuse.

DSCF9241

 

la fin du chemin passe par la décharge municipale, puis continue par la route en longeant des élevages de cochons cloturés par des palettes de chantier des tôles et des vieux sommiers, le tout très parfumé pur porc et enfin traverse le pont du barrage d'ou l'on voit un vieux pont

DSCF9247

en traversant le village je passe devant le bar tabac et me rappelle que le berger y vient très souvent. je rentre. au fond de la salle 4 joueurs de cartes.

"qu'est ce que c'est ?" me dit une grosse voix d'un air dérangé. "vous connaissez le berger qui se trouve là haut?" que je répond en montrant la montagne.

"oui! qu'est-ce qu'il a fait?" "je voudrais lui acheter des cigarettes" "ah bon! il a été gentil avec vous alors" le patron consent à se déplacer. je lui paie quelques paquets de cigarette qu'il met de côté pour donner au berger quand il viendra. Je ne sais pas si j'ai bien fait, mais ça m'ennuyait de n'avoir rien donné en échange du fromage. Je réalise que c'est la première fois de ma vie que j'achète des cigarettes. et sans doute la dernière.

Je vois sur ma carte que je peux éviter de marcher sur la route en passant par un village au nom très musical: SIDOSSI j'ai un peu de mal à trouver le chemin, il n'est pas indiqué. pas entretenu non plus, il faut se battre avec les ronces. je longe un peu le lac puis après SIDOSSI le chemin se sous divise en traversant des élevages de cochons aussi coquets que les précédents et finalement je le perds. je me retrouve sur une route que je n'arrive pas à identifier sur ma carte. Après bien des errances je vois un papy qui me remet sur le chemin que je retrouve près d'ALBERTACCE. La nuit commence à tomber lorsque j'arrive au pont de Muricciolu ou je fais un bivouac de rêve. Je me fais une poilée de châtaignes que j'ai ramassé près du pont. ça cale.

DSCF9261

jeudi 17 octobre

  belle nuit illuminée par la pleine lune. J'ai une belle salle de bain avec de l'eau un peu fraîche mais limpide. ça réveille bien.

DSCF9262

après la toilette je plie et démarre la journée. je traverse ce joli petit pont de muricciolu et attaque la colline au milieu des châtaigneraies.

DSCF9267
après une bonne grimpette, c'est un plateau dans les pins avec un chemin très confortable ou je circule en poussant la brouette. on se croirait sur une allée du bois de boulogne. J'arrive à un embranchement où une vielle pancarte délabrée sur le sol indique GR20. je suis l'indication. petit à petit le repérage se fait de plus en plus aléatoire, les traces au sol se confondent avec les pistes faites par le bétail. je perds très souvent le chemin, ne reconnais rien de ce qui est indiqué sur ma carte, me fais aggriper par les ronces. bref la galère. j’espère ne pas finir comme ce passant:
DSCF9281

après un dur combat avec la nature je finis par émerger au pied d'un petit village dont l'unique habitant que j'y rencontre me dit se nommer CALASIMA.

Ce n'est pas sur ma carte. il faut dire que j'ai cru malin de scanner uniquement le parcours que j'avais prévu de faire. Du coup je ne sais pas ou je suis.

mon villageois me dit que le GR se trouve dans le fond de la vallée et que je pourrais peut-être attendre la bergerie de BALLONE mais que pour le reste ce serait difficile. Je ne comprends pas ce qu'il veut dire. Je démarre d'un bon train sur la piste et croise deux jeunes randonneurs en mauvais état, dont l'un boite lourdement. un peu plus tard un autre groupe dont certains ont l'air au bord de l'épuisement. ça promet. petit à petit j'approche de la montagne et me demande vraiment si un GR peut passer la dedans.

DSCF9283

la piste c'est fini, maintenant ascension dans les pierriers. Enfin la bergerie est en vue, mais de l'autre coté du torrent et pas de pont ni gué. Je finis par trouver un arbre mort en travers du torrent qui fait office de pont. Je trouve le GR je laisse le matos sur place et fais un petite excursion dans la vallée de droite. j'aperçois au fond une bergerie accrochée à la falaise et montée sur pilotis. un vrai nid d'aigle. on la voit à peine sur la photo.

DSCF9292

arrive deux jeunes randonneurs. le les reconnais ils étaient dans le train avec moi et allaient à CALVI. je leur demande de voir leur carte. en fait la bergerie c'est le refuge TIGUIETTU et derrière le col, le fameux cirque de la solitude. Ils me disent qu'ils doivent aller ce soir au refuge CIUTULLU DI I MORI une bonne petite trotte. Je décide de bivouaquer sur place et de réfléchir à la situation en préparant mon dîner. (poêlée de châtaignes, ça cale)

 

DSCF9298

 

jeudi 18 octobre

cette nuit le clair de lune sur la vallée lui donnait un aspect fantasmagorique.  je suis surpris de la douceur de l'air. Je suis à 1500m et cette nuit j'ai eu presque trop chaud. Bon j'ai réfléchi je continue. j'ai déjà testé le GR 20 sur une portion réputée difficile et je suis passé. j'y vais et on verra bien. En prévision des prochaines difficultés je répartis mon chargement en deux. un tiers pour mon sac à dos et 2 tiers pour la brouette. et c'est parti. pas trop de difficulté pendant un bon moment. Puis j'arrive au pied d'une falaise, ce n'est plus du sentier, et pas vraiment de l'escalade, mais il faut quand même y mettre les mains par moments et assez souvent. je charge le tout sur mon dos avec les sangles que j'avais bricolé il y à 2 ans. et je grimpe. pendant 10 minutes et j'arrête, épuisé. trop lourd ou je ne suis pas assez costaud. allez on va dire trop lourd. bon, je vais passer en deux fois. je répartis la charge moitié moitié et fais la grimpette avec la première moitié avec le sac à dos. il y a bien 150m de dénivelé  je redescend chercher le reste, et voilà. finalement j'arrive au col sans trop de mal.

Avec de la patience et un zeste d’obstination on arrive à tout.

DSCF9300

c'est l'heure d'une petite pause casse croûte. la vue est splendide et il fait toujours grand beau.Il y a un haut plateau et derrière la bosse je trouverai le refuge dont parlaient les deux jeunes hier soir. il n'ont pas dû arriver de bonne heure heureusement c'est pleine lune.

j'aperçois la mer. probablement la baie de CARGESE. le chemin redescend ensuite vers la vallée que j'aurais dû prendre hier. le torrent a creusé de grandes baignoires. ça doit être bien l'été quand l'eau est chaude. je découvre une très belle cascade.

DSCF9305

finalement je me retrouve à l'endroit où j'aurais dû être il y a 24 heures. là maintenant c'est sur ma carte. je fais le chemin à l'envers de ce que j'avais prévu et je crois que ce soir je bivouaquerai encore au petit pont de MURICCIOLU. C'est dommage que je ne m'y connaisse pas en champignons, il y en a partout. j'ai l'impression que ceux là sont des bolets.

DSCF9312

le sentier est un ancien chemin de transhumance, il est plutôt facile. après une longue marche je retrouve le bivouac à la nuit tombante, comme l'autre fois. l'inconvénient de la rando en octobre c'est que les jours sont courts. ce soir poilée de châtaignes (ça cale).  J'examine plus attentivement la carte pour comprendre mon erreur d'hier. le chemin que j'ai pris hier n'est plus cartographié donc tombé en désuétude. ce qui explique son état. Si j'avais mieux regardé j'aurais vu que les courbes de niveau n'étaient pas du bon côté. La flemme de sortir les lunettes. ça m'apprendra. Sur ce, dodo.

samedi 19 octobre

La nuit porte conseil dit-on. Après avoir hésité entre retourner à CORTE pour prendre le train et rentrer ou faire la boucle prévue, je choisi la boucle. donc je reprend le sentier de transhumance et la cascade ou je ferais une pose toilette déjeuner. cette fois je coupe le GR20 et monte a l’assaut du col de VERGIO. le chemin est assez facile. Au col passe une route. il y a une très grande statue de pierre posée sur une sorte de moitié de ballon de foot. l'esthétique est assez discutable. je descend en direction de EVISA par un horrible pierrier qu'il vaudrait mieux ne pas prendre un jour de pluie. ensuite le chemin est assez facile et plutôt monotone. de la forêt de la forêt et encore de la foret et pas d'horizon. par ici les arbres commencent à prendre des couleurs d'automne.

DSCF9314

je ne traîne pas et arrive a EVISA à 17h. je balade un peu dans le village, achète une grappe de raisin. Je prend un canon au bistrot (un peu marre de l'eau) et file vers un village abandonné: TASSU. Mais la nuit me prend en cours de route et je monte la tente à la frontale. je regarde la carte et suis impressionné par le trajet d'aujourd'hui. je crois que je vais bien dormir.

dimanche 20 octobre

en effet, bonne nuit; je démarre par un sentier bien glissant et me retrouve 200m plus loin au vieux village en effet bien abandonné. a part l'église qui parait entretenue, les quelques maisons ruinées disparaissent sous le lierre. je continue et traverse MARIGNANA ou je prend un thé au troquet du village. j'aurais bien pris des croissants mais il n'y avait rien. pas même un croûton de pain. Je ne traîne pas et continue mon chemin jusqu’à un croisement: à droite CARGESE à gauche VIZZAVONE. je prend à gauche pour faire ma boucle puisque j'ai les cartes. Là le sentier est nettement moins bien tracé. après une bonne descente et un passage de torrent ça grimpe dans la foret et le repérage commence à faire défaut. ça me drapelle quelque chose. je risque de galérer comme l'autre jour. de plus le temps devrait changer lundi. je risque aussi de me retrouver dans un endroit difficile du GR 20 du côté du MONTE D'ORO avec en plus des rochers glissants s'il pleut. pas prudent. de plus deux gros sangliers m'observent depuis un moment en soufflant très fort par leurs narines. d'habitude ils s'enfuient à mon approche et ceux là n'ont pas l'air impressionnables. je ne vais pas faire le malin, demi tour je vais à CARGESE. pour ce trajet je n'ai pas de carte.

Le chemin est assez facile et traverse une région absolument désertique, très belle. pas même une bergerie. les sources sont taries. je trouve un filet d'eau dans un torrent que je traite au micropur.

DSCF9316

 

après avoir joué les montagnes russes entre 800 et 1000m j'arrive à  un refuge fermé et  sans nom près du hameau de REVINDA  J'y trouve trois jeunes allemands qui ont fait le même trajet que moi. ils sont épuisés et ne marcheraient pas une demi heure de plus. je prends de l'eau et continue un petit moment pour profiter du jour. je trouve un superbe endroit à bivouac avec la vue sur la baie de CARGESE.

DSCF9323

la photo n'est pas très bonne il commence à faire nuit.

j'ai l'impression d'avoir encore fait un beau trajet aujourd'hui.

LUNDI 7 OCTOBRE

Réveil à 7 h mais j'attends 8h pour démarrer au jour. d'abords un plateau puis descente raide dans des pierres qui roulent sous la semelle.au moins 600m de dénivelé  l'enfer. ensuite piste confortable à 150m d'altitude, ça sent la fin, je relâche la pression et  commence à penser au bon bain que je vais prendre à CARGESE et profiter du beau temps qui à l'air de se maintenir.

et puis d'un coup le chemin quitte la piste et escalade la montagne, 150m de dénivelé féroce. Il faut remettre la pression, le moral en prend un coup. dur, dur.  enfin au sommet j'aperçois la mer tout près. ce coup çi c'est la fin, par une descente enfin tranquille.

DSCF9327

en fait ce que je vois n'est pas CARGESE mais la plage qui est à côté. celle ou j'irai prendre mon bain tout à l'heure. CARGESE est à gauche.

j'arrive à 11h30 je me renseigne, il y a un bus à 15h pour AJACCIO j'ai le temps d'aller me baigner. d'ailleurs des groupies m'attendent

DSCF9330

14h je remonte à CARGESE pour attendre le bus. En chemin je croise mes 3 allemands d'hier soir. Eux aussi vont se baigner.  3h un mini bus de 13 places arrive, pas superstitieux les corses. en fait je suis le seul passager jusqu’à AJACCIO. pendant le trajet le ciel se couvre, la fin du beau temps? arrivée au port d'AJACCIO à 16h15. je prends mon billet (salon fauteuil) et vais faire un tour en ville ou je m’achète un pantalon. celui que je porte a un peu souffert. le bateau démarre à 20h et la première chose que je fais est d'aller prendre une bonne douche, la seconde de filer au restau manger un steak frites et la troisième d'aller dormir. nous sommes deux dans un salon de 150 places. je dors sur la moquette comme un bienheureux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par JPTX1 à 02:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 octobre 2013

BIRMANIE

La BIRMANIE ou encore MYANMAR de son nom officiel depuis 1989 n'est pas encore très couru par le grand tourisme. Depuis peu, les militaires ont un peu assoupli leur dictature, Aung San Suu Kyi est maintenant député, la presse commence timidement à dire ce qu'elle pense. C'est le moment d'aller y faire un tour.

Cette fois j'y vais sans la brouette, je vais faire le routard et voyager léger. J'ai un petit sac à dos dans lequel j'ai mis ma trousse de toilette et quelques médocs de base un peu de linge de rechange et un tapis de sol pour dormir par terre au cas ou...bref en tout j'ai 3.5 kgs et un sac tout raplapla. les vêtement chauds je les ais sur le dos pour partir. Le plus lourd c'est mon guide lonely planet et mon appareil photo. J'ai aussi 1000 dollards dans la poche de mon pantalon.

Mercredi 17 octobre 2012

départ sur les chapeau de roues (j'ai pas entendu le réveil) . j'attrape le bus qui me dépose à aix puis la navette pour l'aéroport de marignane. décollage pour PARIS à 10h50. Embarquement pour HO CHI MIN VILLE par air vietnam. Je passe une partie du voyage à jouer aux échecs sur l'écran vidéo.

jeudi 18

Arrivée à HOCHI MIN et transfert pour la BIRMANIE. Décollage à 11h, arrivée à 13h30 à YANGOON. Voyage rondement mené sans l'ombre d'un problème. ça fait quand même 25h de voyage en tout. Je sors de l'aéroport, il fait un peu lourd, ciel couvert et 30°, supportable. dans mon guide j'ai repéré un endroit à visiter tout prêt de l'aéroport (3km). J'ignore les chauffeurs de taxi et pars à pied, ça va me faire du bien. je traverse une zone assez peuplée au style quelque peu bidonvillesque. J'arrive dans un temple assez étonnant de kitcherie avec des personnages de carnaval peints de toutes les couleurs, des auréoles en néon flaschis, des fidèles en prières et des moines qui m'invitent à visiter. Sympa. Pour la prière on verra plus tard, merci.

P1050564

 

c'est mon premier contact avec le décorum religieux.

il y a autre chose à voir dans le périmètre: des éléphants blancs. Ce n'est pas indiqué, et je ne maîtrise pas encore le Birman. je dessine un éléphant sur mon carnet et le montre à un passant. Il comprend ce que je cherche et m'explique par gestes la direction que je dois prendre. pratique le dessin.

en chemin je vois des mécanos réparer des bus sur le bord du trottoir avec des outils de misère.

P1050569

j'arrive dans un parc dans lequel se trouvent les éléphants. Pas vraiment blancs, plutôt rosâtres ils sont à l'abri sous une belle pagode et se balancent d'un pied sur l'autre car ils sont enchaînés par une patte . ils ont étés capturés dans la jungle et amené à YANGOON parce que ça porte chance un éléphant blanc. Alors 3 éléphants je vous laisse deviner la chance qu'ils doivent avoir les Birmans (pas les éléphants qui auraient sans doute préférés rester à l'ombre des grands arbres, parce que une pagode, ça fait chic, mais qu'est-ce qu'on s'enquiquine)

P1050581

je ne m'attarde pas devant ce spectacle plutôt lamentable. (peut-être qu'ils les lâchent la nuit?)

Pas très loin, sur une colline se trouve un immense boudha en marbre blanc. il à été taillé dans un seul bloc dans une carrière à 400 km d'ici, transporté par le fleuve et hissé sur la colline. Un travail d'égyptien (ceux de l'antiquité, parce que maintenant ils sont plus cools). Ne pas oublier d'enlever ses chaussures pour monter les escaliers.

P1050575

c'est un lieu de recueillement mais aussi de ballade. c'est très détendu.

P1050576

en sortant je réveille un papy chauffeur de taxi qui dormait sur son volant. On se met d'accord sur le prix de la course pour aller à l'hôtel 5000 kts (5€) c'est quand même assez loin. bien qu'il n'y ait pas beaucoup de voitures, il y a quand même des embouteillages. 6h il fait nuit on arrive à l'hôtel, je ne m'attendais pas au luxe, je n'ai pas été déçu. J'ai quand même une douche que j'utilise longuement avant d'aller faire un tour dans le quartier (c'est chinatown) très animé à cette heure. Je trouve un restau thaïlandais très bien, puis je rentre à l'hôtel, il est 8h je vais faire dodo.

vendredi 19

plutôt mal dormi: il y a un karaoké dans l'hôtel. de 22h à 2h, même les boules kiès n'y peuvent rien. j'ai regardé la télé (une sit com et j'ai tout compris) 9h je suis réveillé par un marteau piqueur, cette fois à l'étage au dessus. De toutes façons je ne suis pas venu là pour faire la grasse matinée. J'y vais. le quartier est très peuplé, des échoppes partout,mais en même temps c'est relax. Je m'y sens très à l'aise, on me laisse tranquille. l'architecture de la ville peut se résumer en artères assez larges qui quadrillent des quartiers aux ruelles étroites.

P1050617

je visite une pagode chinoise. puis la PAYA SULE au carrefour d'un axe routier important. situation un peu bizarre. en fait à l'origine cette pagode devait se trouver à la campagne, puis la ville l'a avalée.je suis abordé par un jeune homme très poli. il parle anglais assez bien. un autre plus âgé vient se joindre à la conversation. Ils m'initient aux rites boudhique. on arrose la tête du boudha (avec mon chiffre porte bonheur: le 3) et la souris couchée aux pieds du boudha, c'est la souris porte bonheur. je trouve qu'il y a beaucoup d'appel au bonheur en birmanie, peut-être qu'ils en manquent? on va aussi poser une feuille d'or sur l'épaule du boudha, qui en est déjà couvert de partout. Ils me promènent dans toutes les chapelles. je leur demande de m'apprendre quelques mots de birman: bonjour, merci, au revoir...Très instructif tout ça, mais au bout d'un moment je comprends que je devrais participer aux frais d'études du plus jeune qui à besoin de bouquins. Je m'acquitte de bon coeur, leur histoire est subtilement montée. ça me coûte 2 restau, ça n'ira pas aux militaires et j'ai eu un cours de birman.

P1050595

à l'extérieur, la paya est littéralement ceinturée par des échoppes ou l'on vous prédit votre avenir, c'est très fréquenté, tout le monde y va, même les militaires.

P1050603

je me dirige vers le fleuve. un gamin veut me vendre des cartes postales. il connaît quelques mots de français. il est très rigolo, je veux lui donner un billet qu'il refuse: il vend des cartes il ne mendie pas! un peu plus loin trois hommes me proposent de changer de l'argent à un taux bien meilleur qu'à l'hôtel. Je change 40 dollars en kts convertis avec la calculette. c'est moi qui compte les billets par paquets de 10 que je remets à l'un d'entre eux. rentré à l'hôtel je m'apercevrais qu'il manque un paquet! ça m'aura coûté un peu plus cher qu'à l'hôtel. Je flâne dans la ville au hasard m'installe en terrasse d'échoppe avec un thé en observant la vie, et il y a à voir...je retourne à l'hôtel en traversant chinatow et son marché qui s'installe pour la soirée. 

P1050612

samedi 20

pas mieux dormi que la veille, le karaoké, le décalage horaire (6h), le marteau piqueur du matin. heureusement il y a la télé. cette nuit j'ai décidé de partir pour BAGAN par le bus de lundi soir. Cette fois je vais visiter le nord de la ville, je vais commencer par le musée. C'est un grand bâtiment de 5 étages. à l'entrée on me confisque l'appareil photo. C'est surtout un musée des ethnies, et il en a un paquet. vraiment beaucoup. un peu de préhistoire, un étage est réservé à la musique, surtout des instruments de percussion. Il y a une petite salle consacrée aux projets nationaux, que j'aurais pu écrire au singulier, l'essentiel étant la construction d'un barrage hydro électrique, le reste :des photos des hommes du gouvernement. en sortant je récupère mon appareil et prends ces porte cloche.

P1050630

je continue mon excursion et recherche un boudha couché. C'est assez loin, en arrivant je suis interpellé par un moine qui veut me faire visiter son école. une grande salle parquetée, des enfants assis lisant à voix haute tout en se balançant, drôle d'ambiance.

P1050639

 mon guide m'explique des tas de choses sur le boudhisme dans un anglais que je ne comprends pas bien. les niveaux de vie les renaissances le nirvana ou là-bas un jour c'est comme un an ici. ou bien le contraire, je n'en suis pas sûr. J'ai du mal à partir, je vais voir le boudha couché. gigantesque: 60 mètres de long, abrité sous une sorte de hangar en tôle, pas très esthétique. En fait il y en avait un autre avant qui était assis, mais il s'est écroulé. Ils ont dû juger qu'il était fatigué, alors ils l'ont refait couché. Je m'en vais c'est plein de touristes. En bas de l'escalier je retrouve mon moine, il surveille mes chaussures.

P1050648

de l'autre côté de l'avenue il y à un grand temple auquel on accède par un escalier monumental. Là, que des birmans, l'intérieur est très ornementé, beaucoup de sculptures en bois.

 

P1050670

  Les gens viennent se recueillir et aussi se reposer et même pique-niquer.

 

P1050674

je continue mon excursion, le jour commence à baisser . je prends un taxi, je discute avec le chauffeur, il a deux garçons qui font des études de théologie, je me demande si on peut vivre avec ça? à l'hôtel je récupère mon billet de bus pour lundi soir. je prend ma douche fais ma petite lessive quotidienne et vais au restau, japonais cette fois.

dimanche 21

je commence à digérer le décalage horaire, j'ai pu m'endormir pendant le karaoké. Par contre le marteau piqueur du matin est toujours aussi redoutable.  Après le petit déj pris dans une échoppe de chinatown je décide d'aller visiter la paya shwedagon. je prends un bus, plutôt délabré, banc en bois et vitres opaques. Heureusement ce n'est pas long, je débarque à l'entrée nord. Il faut se déchausser pour prendre l'escalier qui mène aux stupas. la stupa centrale, couverte d'or est éblouissante au soleil.

P1050725

 l'ambiance est au recueillement. tout est très propre.

P1050718

autour de la grande stupa, des centaines de petites stupas et de temples richement décorés. certaines sont en cours de restauration, les ouvriers escaladant les échafaudages de bambou donnent un vrai spectacle d'acrobatie.

P1050753

je flâne entre les temples en observant tout ce qui se passe. dans chaque temple il y a un gardien. en passant l'un d'eux me fait signe de venir. il me donne des bâtons d'encens et me fait comprendre que je dois les porter sur l'hôtel. je m'execute et vais m'assoir avec les fidèles. Je sort mon carnet pour prendre des notes, le gardien est à côté de moi et m'observe attentivement. Pendant que j'écris je vois du coin de l'oeuil qu'il ramasse mon appareil photo, que j'avais posé à côté de moi, et le glisse dans sa chemise. je ne dis rien et continue à écrire. Puis je sors un billet, le montre au gardien et lui fait comprendre que je vais le mettre dans l'urne du temple. Il me fait signe qu'il va le faire à ma place. avant de lui donner je lui montre la bosse de sa chemise et tends la main. Avec un grand sourire il me rend l'appareil. 

Tout est richement décoré, peint, doré, sculpté, rien n'est oublié pas même l'arrière des temples.

P1050756

au cours de l'après midi le public change, plus de touristes et aussi plus de groupes de birmans, l'ambiance n'est plus la même, par moment ça ferait penser à dysneyland

P1050794

je commence à retourner à l'hôtel. je passe un moment à observer un groupe de garçons jouer avec une petite balle en bambou tressé, c'est un jeu d'adresse très populaire, je le verrai partout, seulement les hommes.

P1050788

retour par un bus birmans comme le matin, il y a pas mal de monde, mais les passagers me font de la place et veulent me voir assis. j'ai l'impression que tout le monde me regarde, en tout cas je suis le sujet de conversation, on me fait de grands sourires un passager essaie de me parler en anglais. Je ne comprends rien mais fait semblant, ça lui fait plaisir. je me retrouve à nouveau à chinatown ou je commence à ne plus me perdre. je m'installe dans un petit restau birman, peu fréquenté par les touristes à en juger par l'accueil. c'est un restau tenu par une famille, au bout d'un moment j'ai tout les enfants autour de moi qui expérimentent leur rudiments d'anglais. Et moi mes rudiments de birman je sais dire bonjour: man gâ la bè, merci: tsi tzou bè et merci beaucoup: tsi tziou tin bà bé. et ça! ça les met en joie. Après le repas je regarde les photos de la journée, tout le monde est derrière moi à faire des commentaires, même des clients. à mon départ tout le monde vient me serrer la main avec de grands sourires. j'ai l'impression d'être plutôt populaire. J'ai peut-être une bille de clown pour un birman, d'ailleurs le moine d'hier (celui de l'école de moinillons) pensait que je faisais du cinéma! j'ai peut-être raté une carrière en birmanie? en attendant je retourne au karaoké, euh pardon! à l'hôtel.

lundi 22

nuit calme comme prévu: karaoké jusqu'à 2h, marteau piqueur à 9h, la routine.

il reste encore pas mal de choses à visiter, mais j'ai plutôt envie de flâner au hasard. petit déjeuner dans chinatown, les moines font leur quête

P1050806

 

un peu plus loin, un papa finit sa nuit avec son gamin sur les genoux. je trouve le tableau mignon.

P1050809

je visite une Paya flambant neuve, très coloré, avec des scènes, à la manière du plafond de l'opéra de paris peint par CHAGALL .

P1050826

je traverse un quartier à l'air résidentiel, quelques maisons sont gardées par des militaires plutôt débonnaires. à propos ce sont les premiers que je vois. Je m'attendais à en voir à tout les coins de rue (dictature militaire parait-il). d'autre part j'avais lu dans mon guide qu'il n'y avait pas de téléphone portable et que internet n'était accessible que dans certains hôtels. en fait je croise des tas de jeunes avec le portable vissé à l'oreille, et je trouve des cyber café dans tous les quartiers. On dirait que ça change très vite.

je me ballade dans un grand parc avec un lac et je flemmarde dans l'herbe (sur mon matelas) en regardant les gens se promener. Je ne vois pas beaucoup  de différence avec la France.

P1050834

retour à l'hôtel à 17h, j'ai demandé un taxi pour aller à la gare routière. je m'installe à coté du chauffeur. On roule à droite mais le volant est à droite, ce qui fait que je suis à la place du conducteur, mais sans volant. Bizarre comme impression. le chauffeur n'est pas bavard , il se bourre la bouche de feuilles de kat qu'il mâchouille, et crache par la fenêtre un jet couleur jus de betterave. Ses dents sont rouges, c'est très courant. La nuit est tombée la circulation devient difficile, beaucoup de voitures circulent sans éclairage et la quasi totalité des vélos aussi, quand au piétons ils circulent aussi sur la route, il n'y a pas de trottoir. le chauffeur est très concentré. Il faut 1 heure pour arriver à la gare routière. c'est un dépôt incroyable, un véritable labyrinthe. Impossible de s'y retrouver tout seul. Le taxi me dépose sans hésiter à mon bus. je paie 8000kts c'est la moitié du prix du voyage pour BAGAN. je trouve que ce n'est pas cher compte tenu de la difficulté. Surprise, c'est un bus moderne pratiquement neuf. Mon voisin est un jeune allemand Andreas, avec qui je ferais une bonne partie de la Birmanie. voyage sans histoire, chauffeur prudent, on roule à 60km/h et ça suffit. Par contre la clim est trop puissante et j'ai eu froid malgré la couverture fournie.

mardi 23 

arrivée à NYAUG U à 5h30 il fait encore nuit. nous sommes attendus par une escouade de taxi. Nous attendons le jour dans une échoppe à thé. finalement nous sommes 3 routards Andréas, Jason un australien et moi à chercher un hôtel. On se met d'accord avec un cocher de fiacre pour la journée 20 000kps divisé en trois. Il nous trouve un hôtel et nous promène toute la journée.

P1050845

très sympa cette ballade cahotante, nous commençons par visiter quelques temples. ils sont construits en briques rouges faites avec la terre locale. la plupart est  en bon état, la visite est libre, la plupart des monuments ne sont pas gardés.

P1050866

il y en a partout. ce qui est intéressant c'est que tous ont quelque chose de différent, on ne voit jamais tout à fait la même chose.

par contre à part quelques boudhas il n'y a pas grand chose à l'intérieur. C'est l'ensemble qui est intéressant, lorsque l'on monte sur un toit on se rend compte de la quantité incroyable de temples, des milliers.

P1050895

 bien sûr il y a pas de petits vendeurs. Leur technique est bien rodée, ils ne vous abordent pas en vendeur, mais en curieux amicaux: nous demandent d'où on vient, ce que l'on fait si nous nous plaisons en birmanie etc.... ce n'est qu'au bout d'un moment qu'ils se dévoilent, beaucoup ont des peintures sur toile à vendre et presque tous s'en disent l'auteur. il y a une sorte de standard dans les sujets. ce qui est agréable, c'est qu'ils n'insistent pas quand ils voient que nous ne sommes pas acheteur, mais ils continuent à être amicaux.  notre cocher nous conduit dans un restau ou nous restons à faire la sieste pendant les heures chaudes.

P1050908

notre cocher nous attend tranquillement en mâchouillant sont kat.

P1050914

quand la température redevient supportable nous reprenons notre petit circuit entre les temples. certains sont en cours de restauration, j'observe les même échafaudages qu'a la PAYA SHEGADON

P1050920

Avant la nuit, notre guide nous emmène à un temple où l'on peut avoir un beau point de vue depuis la terrasse et admirer le coucher de soleil. Les japonais sont déjà installés avec une armada d'appareils photos et de téléobjectif.

P1050937

c'est vrai que le spectacle est grandiose, et je pèse mes mots. je fais quelques photos en cachette avec mon petit appareil pour ne pas avoir l'air ridicule à côté de cette débauche de matos hight tech. C'est vrai qu'elle n'est pas formidable ma photo. j'aurais mieux fait de scaner une carte postale.

P1050957

petit à petit la nuit se fait, les étoiles éclairent le ciel, les grillons remplissent le silence (c'est mieux que le karaoke). tout le monde s'en va. nous sommes les derniers à partir, avec une jeune turque avec qui nous irons au restau.

mercredi 24

c'est ma meilleure nuit depuis le départ de France.

petit dej sur la terrasse, il fait déjà chaud. Aujourd'hui excursion en vélo. nous louons des charrues chinoises. pas de risque de faire de l'excés de vitesse, les bêtes n'ont pas dû voir d'huile depuis leur naissance. pas besoin de sonnette, ça grince si fort qu'on nous entend de loin. nous continuons la tournée des temples hors circuit touriste. 

P1050991

certains temples sont en cours de rénovation, ça travaille mollement avec de petits moyens, je remarque une ouvrière qui n'a pas vraiment la tête au travail, à en juger par son écuelle de ciment.

P1050982

chaque temple possède une particularité, si bien que malgré cette pléthore de monuments, la visite n'est pas monotone. certain sont très fréquentés par les touristes (tour opérator) alors que d'autres sont déserts, et c'est le plus grand nombre. toutefois ils sont quand même entretenus par les villageois. On m'a dit que chaque famille avait un petit temple en charge (sorte de travail obligatoire) mais apparemment c'est une occupation assez marginale. tiens un temple aztèque!

P1060004

il commence à faire chaud, et labourer des chemins sableux avec nos charrues et un peu épuisant. il y a tellement de monuments éparpillés dans la nature que l'on finit par se blaser, nous faisons une pause avec une équipe de petits vendeurs de souvenirs. Ils ont bien essayé de nous vendre leur camelote, mais rien à faire. par contre on les invite à notre pique nique, ils sont très contents de discuter avec nous.

P1060016

nous retournons tranquillement vers l'hôtel après avoir laissé passé la grosse chaleur. je remarque certaines stupas en cours de ruine, ont dirait que deux époques se juxtapose avec un style différent.

P1060047

dans un temple un peu à l'écart nous trouvons quelques fresques, c'est une rareté.

P1050999

le soleil se couche, je m'offre un autre coucher de soleil depuis le terrasse d'un temple ou un couple de Malaisiens m'ont pris en photo qu'il m'enverront quelques semaines plus tard.

IMG_7483

retour à l'hôtel nous discutons de la suite. Jason va partir pour le lac Inlée. j'ai envie d'aller voir le Mont POPPA haut lieu de pèlerinage birman. Andréas est intéressé, c'est à 1h15 de route en taxi (40km). comme c'est un peu cher Andreas persuade deux allemandes qui viennent d'arriver de partager le voyage avec nous. Il est très bon en communication. 

jeudi 25

Jason est parti à 5h. et nous à 8h30 dans un pickup. On mange un peu de poussière mais c'est mieux que la clim.

P1060073

le mont POPPA se trouve dans une plaine monotone, un temple est construit au sommet, on y accède par un escalier de 777 marches (je n'ais pas compté). une foule de petits singes effrontés se ballade partout.  en fait de pèlerinage c'est plutôt ambiance touristique (touristes birmans) ça me fait penser au mont saint michel. les moines ont l'air de figurants et se prêtent à la séance photo de bonne grâce (je n'en fais pas). vue sur la plaine embrumée.

P1060096

je remarque une échoppe de photographe ou les élégantes viennent se faire tirer le portrait sur la terrasse avec le mont POPPA en toile de fond. je trouve qu'elles n'ont pas trop le look birman.

P1060099

finalement, je ne suis pas emballé par la visite. fallait voir. heureusement il y a toujours des petites scènes de rues très amusantes

P1060109

retour par la même route. Je vais faire un petit tour dans le marché couvert pas loin de l'hôtel, m'istalle dans une échoppe et me fais servir une bière. la belle vie quoi! 

avec Andréas nous avons décidé de partir pour MANDALAY par le bus de nuit. c'est la deuxième ville du pays, au centre. Cette fois ce n'est pas un bus de VIP. Départ pratiquement vide, mais au cours des arrêts le bus se rempli jusqu'aux strapontins, des bagages partout, la vidéo a fond la caisse, bref je ne dors pas.

vendredi 26

MANDALAY 4h30. rues sans lumière, pas un chat. Nous consultons notre guide "lonely planet" il signale quelques hôtels dans le quartier. Après quelques essais nous trouvons quelque chose de convenable au dernier étage d'un petit hôtel. Une douche et nous partons visiter la ville. dans le hall nous discutons avec un couple (un mexicain et une espagnole) avec qui nous louons un taxi pour la journée. Nous commençons par visiter un grand temple au sommet d'une colline dominant la ville. Sans intérêt après BAGAN. nous retraversons la ville puis le fleuve sur une grosse pirogue pour aller visiter le site d'une ancienne capitale de la Birmanie. il y en eu plusieurs avant RANGOON, qui d'ailleurs, n'est plus la capitale depuis quelques années, mais Naypyidaw, qui n'est pas ouverte au tourisme pour le moment.

P1060180

Nous visitons quelques ruines de monuments et nous intéressons plus à la vie du village. C'est l'heure de la récré, les gamins viennent nous voir.

P1060158

des femmes fabriquent des nattes, pour manger dessus ou dormir, d'autres hachent des feuilles de bananier pour nourrir les vaches

P1060168

un homme fait fondre du minerai pour en extraire de l'argent en faisant des refontes sucessivespour purifier le métal.

P1060164

il commence à faire chaud, nous retraversons le fleuve pour retourner en ville. Le chauffeur nous conduit au bord d'un étang où se trouve des restau et un très grand pont en teck.

 

P1060184

nous passons l'heure chaude au restau. des vendeurs tentent leur chance.

P1060186

andreas négocie un tour en barque,

P1060189

je m'installe dans un kioske du pont de tek, au frais, pour écrire. Deux jeunes birmanes (d'origine indienne) me demandent si je veux bien être pris en photo avec elles. Je suis un peu surpris et accepte, on échange nos appareils.

P1060204

Elles sont toutes contentes et vont m'acheter un petit bracelet avec des éléphants qu'elles attachent à mon appareil photo. c'est un porte bonheur me font-elles comprendre. rigolo. sauf que 10mn plus tard mon appareil affiche "error system" la panne. On dirait que le porte bonheur n'est pas très au point. pas rigolo. dans le taxi je raconte l'histoire à mes compagnons. Le chauffeur qui suivait la conversation me dit qu'il connaît un réparateur. on y va. dans un labyrinthe de ruelles nous trouvons une échoppe avec un gars perché sur un tabouret dominant une marée d'appareils désossés.

0709

après examen, il déclare forfait en nous envoie chez un collègue, pas très loin. La boutique est tenue par une dame qui fait plutôt de la vente, mais elle peux envoyer l'appareil à l'autre bout de la ville chez un autre réparateur. Je lui laisse l'apareil et le numéro de téléphone de l'hôtel. il est 18h. nous faisons un tour et retournons à l'hôtel. Il y a un message pour moi. L'appareil est réparable pour 20€. OK. Pour quand? demain matin 9h. je n'en crois pas mes oreilles. ce soir je me couche tôt, la nuit dans le bus était un peu fatiguante.

samedi 27

retour à la boutique. l'appareil est là et il marche. cette fois je n'en crois pas mes yeux. Nous partons louer des vélos pour visiter la ville. En cours de route l'appareil affiche "error systeme" M...e! retour à la boutique. La dame reprend l'appareil et me dit de revenir le soir. Là j'ai peu d'espoir.

Nous reprenons notre ballade. Malgré l'apparente anarchie de la circulation,ça se passe très bien. il n'y a pas vraiment de règle de conduite, mais plutôt des règles de bonne conduite ou la courtoisie est réglementaire. J'ai même vu un flic pousser un trishow surchargé pour l'aider à démarrer. C'est pas à Marseille que l'on verrait un truc pareil. Nous circulons sans d'autre but que de voir la ville et la vie. Nous traversons le quartier des batteurs d'or. Des types tapent à grands coups de maillet en bois sur des boîtiers aussi en bois dans lesquels se trouvent des feuilles d'or, de façon à les rendre le plus fin possible. ensuite ces feuilles sont triées par des femmes qui les mettent des des petites pochettes. Ce sont ces fameuses feuilles d'or qui servent à recouvrir les boudhas. Ces ateliers sont ouverts sur la rue, pas de gardes, pas risque de vol, c'est pas à Marseille que l'on verrait un truc pareil.

0732

un peu plus tard nous trouvons un monastère en tek en assez mauvais état mais encore très beau.

0742

un conducteur de trishaw nous propose ses services; Nous lui proposons de nous prendre à l'hôtel ce soir pour nous emmener au théâtre de marionnettes. Nous retournons tranquillement vers l'hôtel en traversant un énorme marché.

0751

avant d'arriver à l'hôtel nous passons chez le photographe.je suis stupéfait. l'appareil est là, et il marche, et marchera encore pendant 6 mois. . en France j'ai voulu le faire réparer par une grande enseigne (F..C): on me demandait 40€ de frais de dossier avant d'examiner l'appareil qui serait envoyé à Paris pour réparation pour environ 180€ plus transport avec un délai de 4 semaines mini. autre monde....

l'homme au trishaw nous attend à l'hôtel et nous emmène au théâtre de marionnettes. c'est paraît-il encore populaire en Birmanie, mais ce soir il n'y avait que des touristes dans la salle.

P1060235

c'est quand même un spectacle traditionnel, il y a 4 marionnettistes le plus souvent cachés derrière une tenture-décors. et pendant ces moment là, l'oeuil s'habitue et corrige la taille des marionnettes que l'on fini par percevoir avec une taille humaine. C'est accompagné de dialogues et de musique, essentiellement des percussions avec une flûte aigrelette. à la sortie notre taxi est toujours là et nous ramène à l'hôtel. Je me sens un peu mal à l'aise de me faire traîner par un pauvre bougre pas plus gros que moi et qui pédale pour faire avancer un engin déjà très lourd chargé par deux bonshommes. je me déculpabilise en me disant que c'est son boulot.

 dimanche 28

pas de grasse mat, réveil à 4h45 pour attraper le bus pour KYAUKME ou nous allons faire un trek. nous trouvons le départ qui une sorte de garage où quelques birmans attendent aussi. Un gros pickup nous fais traverser la ville encore endormie jusqu'à la gare routière. Le bus est encore plus délabré que le précédent. il faut escalader les paquets pour trouver une place. 

P1060258

Départ à 6h. en route nous croisons beaucoup de motos chargées de fleurs pour le marché. Petit à petit le paysage se transforme et devient un peu montagneux un peu comme en auvergne. Nous arrivons avec une heure d'avance, notre guide n'est pas là. Nous nous installons dans l'échoppe la plus proche ou nous sommes accueillis comme des habitués.

P1060268

Notre guide: THURA arrive et nous explique le programme. nous allons nous rendre en moto dans un village à 25 km d'où nous partirons à pied visiter des villages isolés.

avant de partir nous allons casser la croûte dans une échoppe du marché.

P1060280

départ sans délai, andréas sera le passager de THURA je serai seul avec ma moto, (125cm3) Au départ nous sommes bloqué par une cérémonie de crémation à laquelle nous assistons avec la population. La route se transforme rapidement en piste sinueuse.

P1060294

la pluie nous prend en chemin. Le bon côté, c'est qu'il n'y a plus de poussière, le mauvais c'est que ça glisse. Nous frôlons la gamelle à plusieurs reprises. Nous faisons un break dans un the-shop en attendant la fin de la pluie.

P1060296

la météo redevient souriante. Nous reprenons la piste et arrivons au village ou nous passerons la nuit. La maison est construite sur pilotis, ce qui permet d'être à l'abri des inondations et d'avoir une climatisation naturelle les jours de grandes chaleur, l'air circule bien.

P1060332

je vais faire un tour de village. il y a quand même une parabole, qui a l'air d'être aussi vielle que les maison ce qui fait un contraste avec les tour éclatantes du monastère.

P1060323

le village est un rassemblement de maisons en bois couvertes de tôles ondulées avec réseau de pistes qui se perd dans la colline.

P1060337

THURA nous emmène au monastère. un moine est mort depuis 2 semaines. sa dépouille est dans un cercueil, exposé  dans la cour du monastère sous une construction en bambou. Les gens viennent apporter toutes sortes de cadeaux qu'ils déposent près du cercueil. il y a des vêtements, des livres, des jouets, des gâteaux..... C'est aussi un lieu de réunion, 8 villageois sont là assis sur un tapis près du mort. Ils jouent aux cartes en plaisantant, et vont passer la nuit pour veiller le moine. Il ne va pas s'ennuyer, heureusement parce que ça va durer 4 mois avant la crémation. Comme ça il sera bien sec et brûlera mieux.

P1060352

 nos hôtes prennent leur repas.

P1060331

puis préparent le nôtre

P1060303

après le repas nous installons nos nattes dans un coin de la pièce (j'ai mon matelas) et passons une nuit bien tranquille.

lundi 29

5h, chant du coq, bruit de casseroles, préparation du petit déj, ça ne va pas être possible pour la grasse mat. le soleil se lève dans le dortoir

0831

je vais faire un tour de village.je me rends compte que quelque chose est en préparation, partout des femmes balaient devant leur maison, des groupes villageois semblent attendre quelque chose. THURA m'explique que c'est la fête de la pleine lune et qu'à cette occasion les vieux sont honorés par la visite de leurs proches qui leur font de petits cadeaux. j'assiste à cette cérémonie chez nos hôtes avec l'ancien (qui est plus jeune que moi). C'est une suite de monologue selon un rituel de 10 mn  identique à chaque visite. je regarde par la fenêtre, d'autre groupes attendent leur tour.

P1060341

nous partons avec THURA vers d'autres villages. il est difficile de traverser un hameau sans prendre un thé. Nous sommes invités très souvent et somme quelques fois obligés de refuser avec courbettes et remerciements. Nous traversons une zone d'arbustes très verts: le thé. C'est ce qui fait vivre toute cette région. ce n'est pas la saison de la récolte, il n'y a personne dans les plantations.

P1060358

 Nous acceptons une invitation au thé dans une maison plutôt jolie. on nous apporte le thé mais aussi des tas de choses à manger en particulier du poisson séché très  salé. c'est ce qu'ils mangent pendant la récolte du thé quand il fait très chaud pour éviter la déshydratation. Je demande à THURA ce qu'il compte faire des petits cahiers qu'il a acheté avant de partir. Il réfléchi un peu et décide d'en distribuer aux enfants de la maison. Ils sont ravis, il faut voir leurs yeux briller quand THURA leur donne leur cahier. (j'imagine la tête de mon petit fils si je lui faisais le même cadeau).  La nouvelle se répand au voisinage, d'autres enfants arrivent timidement, à la fin ils sont 26 dans la pièce.

P1060375

une grosse partie des cahiers a été distribuée, et je suis bien content car c'est moi qui les portait. THURA à 27 ans il est étudiant en informatique. il gagne sa vie en faisant le guide et en donnant des cours d'info (site internet) et d'anglais. Il apprend le français et se débrouille pas mal. il pense se marier dans trois ans avec sa copine quand ils aurons assez d'argent. Je ne demande pas pourquoi il faut de l'argent pour se marier. Nous prenons congés et devons résister à l'invitation de rester la nuit. nous devons aller au prochain village à 1 heure de marche. en traversant le village d'autres enfants nous attendent, la nouvelle nous a précédés. a la sortie du village nous avons distribué tous les cahiers, et je suis plus léger.

en chemin nous rencontrons des groupes de jeunes qui préparent la fête. Une équipe porte une sorte de fagot de bois et une autre tapent sur des gros tambours et des gongs. Les porteurs avancent en faisant à peu prés deux pas en avant et un autre en arriére, mais pas en même temps, si bien que la progression est très chaotique et donne l'impression que le fagot se débat. et tout le monde pousse des cris de supporters de l'OM. Une ambiance assez sauvage.

P1060383

ce gros tambour s'entend à des kilomètres

P1060380

 

nous continuons notre chemin sans cesser de les entendre. Arrivé au village c'est la même ambiance avec plus de monde.

Les villageois se dirigent vers le temple pour une cérémonie.

P1060407

c'est une cérémonie de recueillement qui doit précéder la fête de demain

0837

 

nous sommes accueillis par nos nouveaux hôtes. Les jeunes filles de la maison sont ravies d'expérimenter leur anglais. La table est prête.

0842

avant de nous coucher nous faisons un tour de village, des groupes de percussion s'en donnent à pleins bras. c'est un peu monotone, un rien hallucinatoire. 

mardi 30

percus toute la nuit. hallucinatoire peut-être, mais pas moyen de dormir. bon c'est la fête, je ne vais pas râler.

Je vois nos hôtes se parer de leurs plus beaux habits et se diriger vers le monastère. Je fais comme eux, pour le monastère, pas pour les habits. Un groupe de jeunes et tout fier de me montrer leurs belles tenues.

P1060408

je m'installe dans la salle de cérémonie. au bout d'un moment je me rends compte qu'il y a quelque chose qui cloche. On me regarde de travers. D'un coup je comprends. Je suis assis les pieds vers le boudha. et ça, ce n'est pas bien, je l'ai appris hier soir en me couchant, j'avais orienté mon matelas avec les pieds vers le boudha (il y a toujours un boudha dans les maisons). C'est THURA qui m'a fait la remarque. Donc je corrige la position et je vois les visages s'éclairer.

P1060414

J'assiste à une cérémonie curieuse: la remise d'un chèque de 1 million de kts par un fidèle et sa famille au supérieur du monastère pour l'entretien du monastère. ça fait 1000€ et c'est beaucoup pour un birman. C'est sûr que ça va faire du bien à son karma. Il y a beaucoup d'enfants mais la plupart ne participe pas (encore) aux prières 

P1060418

Nous quittons la cérémonie et retournons au village d'hier par un autre chemin au milieu des plantations de thé. THURA a encore faim (il a toujours faim), nous faisons un petit arrêt casse-croûte.

P1060467

nous récupérons les motos et roulons une petite heure pour trouver un autre village. Bien sûr il y a un monastère et des villageois qui préparent la fête.

P1060472

je suis en train d'explorer le temple quand un moinillon viens me chercher: je suis convoqué par le moine supérieur. je rentre dans une grande salle basse, une estrade sur laquelle se trouve  un moine assis dans un fauteuil. il me souris et me fait signe de m'assoir (par terre). Une brochette de moinillons assis en lotus me fait face et me regarde d'un air curieux. Nous entamons une conversation difficile, son anglais est moins qu'approximatif. Au bout d'un moment Andréas arrive escorté lui aussi par un moinillon.On nous sert du thé et des gâteaux. un moine arrive et dit quelque chose à l'oreille du moine chef qui nous regarde d'un air embêté et nous fait comprendre qu'il doit aller faire son office.  il laisse la porte ouverte et nous pouvons assister à l'office depuis les coulisses. je n'utilise pas le flash par discrétion. Beaucoup de chants, les enfants y mettent beaucoup d'energie c'est un peu sauvage, presque inquiétant.

P1060483

Nous retrouvonsTHURA qui nous attendait près des motos. Nous allons à notre nouvel hébergement ou nous dînons avant de retourner au monastère (what else?) voir la suite de la fête. Il y a des scènes qui me semblent assez païennes

P1060499

nous retrouvons notre moine qui tente de nous expliquer les subtilités de la fête de la pleine lune. Peine perdue. par contre, nous comprenons qu'il y aura des danses et du tambour auxquels nous sommes invités à participer. bon on verra. en attendant il y a une cérémonie avec les anciens en costumes traditionnels, échange de fleurs et de saluts. D'autres cérémonies suivent, questions réponses de chants entre les moines et les fidèles, discours du moine chef, puis début des festivités. Les grands fagots de bois que nous avons vu la veille sont là plantés débout avec une grosse bougie sur le dessus. il y a eu des lâcher de petites montgolfières fabriquées avec des sacs en plastique.

P1060512

viennent ensuite les danses accompagnées par les tambours tenus par les hommes et les gongs tenus par les femmes.

 

c'est d'abord un défilé à pas lents (genre 2 en avant 1 en arrière) en faisant des mouvements de bras typique des danses birmanes. il y a un chant question-réponse entre homme et femmes et une "chenille" hommes et une autre femmes en cercles concentriques. un signal est donné par un coup de gong. Les chenilles se disloquent et se forment plusieurs cercles ou cette fois homme et femmes se rencontrent. il y a des cercles de jeunes et des cercles de vieux. au centre de ces cercles viennent danser un couple pour quelques dizaines de secondes puis est remplacé par un autre jusqu'a un nouveau signal de gong ou les chenilles reprennent. et ainsi de suite....Andréas et moi sommes invités à participer.

P1060500

Andréas commence par le tambour, puis vient mon tour. C'est tellement lourd que je ne peux le soulever, je tape dessus comme je peux. puis nous sommes introduits dans les chenilles. On s'en est pas trop mal tirés. en fait j'ai eu l'impression que personne ne faisait attention à nous comme touristes. on était là c'est tout. Le moine chef à l'air ravi de notre prestation. j'ai oublié de mentionner les pétards et les fusées lancées par les petits et les plus grands.

 

P1060527

en fait c'est une fête villageoise ou les gens viennent  s'amuser (sérieusement), je n'ai pas vu de boisson alcoolisée ni de comportement douteux dans toute cette foule.

mercredi 31

après le petit déj. nous enfourchons les motos pour continuer la ballade. En traversant le village, quelques birmans nous font de grands signes amicaux. Nous roulons une demi heure pour arriver à une maison isolée ou nous allons laisser les motos pour continuer à pied. Avant de partir nous devons prendre le thé avec les paysans.

P1060531

Après une petite heure de marche nous arrivons à un village Gurka. Ce sont les descendants des soldats népalais recrutés par les anglais pour faire une armée d'intervention en asie (sorte de CRS) Certains  soldat sont resté en birmanie au moment de la retraite. Ce petit village perché sur une colline est très peu peuplé. une dizaine de famille.

0880

Leur standard de vie est très rudimentaire. en comparaison avec les familles que j'ai vu ces derniers jours, ceux-là font un peu misérables. Comme les autres ils vivent de la terre, mais pas de la récolte du thé. THURA nous conduit ensuite au sommet d'une colline par un chemin à peine tracé, puis retour aux motos, puis à kyaukme en fin d'après midi en faisant quelques crochets dans d'autres villages; Nous observons le retour des champs des paysans avec leurs bufles

P1060534

les bufles adorent se prélasser dans l'eau, c'est leur récompense pour le travail de la journée.

P1060532

Nous réglons notre trek environs 35€ pour la moto et 42€ pour le guide (par personne). THURA nous propose d'aller dans un thermes d'eau chaude, c'est à 30 mn de moto. Il fait nuit et la circulation nocturne n'est pas très sûre. THURA ouvre la marche. Nous arrivons aux "thermes". deux bacs en béton dans un champ. l'eau est bien à 40°, j'ai du mal à y rentrer. Retour à l'hôtel après avoir dîné dans l'échoppe à côté du thermes. Notre chambre est une boîte sans fenêtre avec deux lits et juste assez de place pour se glisser entre les deux. on dort.

jeudi 1er novembre

après ma petite lessive que je mets à sécher nous allons prendre de billets de train pour NAUG CHO petite ville de villégiature du temps des colons anglais. avant de partir nous faisons un tour de marché. J'achète des bananes

P1060545

en attendant le train j'examine les rails. Vraiment usés, et de loin on dirait des vermicelles. Tout est d'origine depuis la colonisation anglaise.

P1060566

ce n'était pas la peine' d'acheter des bananes il y a des vendeurs de toutes sortes de choses qui circulent dans le train ou attendent dans les gares. Aucun risque de souffrir de faim ou de soif.

P1060579

Depuis le train je peux observer le travail des paysans dans les champs. j'ai le temps de prendre des photos, on doit rouler à 25km/h en pointe. Il n'y à pas clim mais tout est ouvert, les portes et les fenêtres. Je trouve ça très bien. Je passe même un bon moment assis sur le marche pied de la portière. Par moments la train traverse des zones de végétation si dense que la voie est complètement recouverte. je suis assis près de la fenêtre et je suis couvert de feuilles.

P1060587

j'ai tout le temps de voir les paysans travailler dans les champs. Tien, Ben Hur

P1060816 recad

Nous passons sur un viaduc construit par les anglais en 1901. il a été longtemps l'un des deux plus haut viaduc du monde. hauteur 90m longueur 700m. Maintenant je pense qu'il doit être classé parmi les plus fragiles, sa structure fait penser à un assemblage d'allumettes Le passage se fait à 2 à l'heure suivi d'un arrêt de l'autre côté sans doute pour remercier les dieux.

0940
Nous arrivons et je n'ai pas vu le temps passer. Des calèches nous attendent pour nous conduire à l'hôtel. Comme nous n'en avions pas réservé, nous laissons faire notre cocher qui nous conduit à un hôtel tout à fait correct en qualité prix. En partant de l'hôtel pour faire un tour en ville je remarque un camion en panne avec deux gars allongés dessous. Ils ont démonté le pont, toutes les pièces sont sur la route. Leur outillage est des plus sommaire. je pense qu'ils vont y passer la nuit. A notre retour 2 heures plus tard, ils étaient partis.

 

vendredi 2

avant de partir explorer la ville , nous allons voir derrière l'hôtel une cuisine "industrielle" qui prépare des plats qui seront vendus sur le marché. Tout est pétri à la main dans la joie et la bonne humeur

P1060641

la cuisson est faite sur poële original, pas besoin de couper des bûches

P1060637

 en ville je remarque beaucoup de taxi-caléche, très jolis que je ne verrais que dans cette ville

P1060645

 dans une agence nous achetons des billets d'avion pour MYITKYINA, c'etst la ville la plus un nord ouverte aux touristes sans autorisation spéciale. Nous devrons prendre l'avion demain matin à 7h à MANDALAY.

Il y a un grand parc, héritage des anglais, très bien entretenu (mieux que le train)

P1060655

avec un petit zoo, des oiseaux surtout.

P1060676

 j'observe dans la ville des bâtiments de l'époque anglaise, eux aussi en bon état. Nous flânons dans la ville, allons manger dans la soirée sur le marché, et ne rentrons pas trop tard, demain on se lève tôt.

samedi 3

4h45, on tambourine à la porte. Je suis prêt en 5 mn chrono. le taxi en question est un 4x4 japonais de 6 mois. Deux hommes font partie du voyage.Nous arrivons très en avance à l'aéroport, d'autant plus que l'avion est retardé.Départ à 9h. Deux avions sont sur le tarmac: un pour des touriste en tour opérator et un autre pour les locaux, c'est le nôtre. 1h15 de vol au dessus des nuages. Atterrissage sur un petit aéroport de campagne: MYITKYINA. nous prenons un triswaw qui nous conduit à un hotel où nous trouvons une chambre de libre. Notre intention est d'embarquer sur un slow-boat pour descendre le fleuve jusqu'à MANDALAY. renseignement pris, ce n'est pas possible. il y a bagarre entre l'armée et des autonomiste dans les gorges que nous devons traverser (c'est à 20km). Sur la carte une route contourne le point critique et on pourrait embarquer à BHAMO. Pas possible non plus: un pont s'est écroulé, la route est coupée. IL reste l'avion et le train, nous optons pour le train. en attendant nous allons nous restaurer sur le marché avec un autre routard Chilien Francesco qui cherche lui aussi une solution pour partir d'ici.

P1060714

Je pars faire un tour en solo. Il y a un très grand marché de bijoux, jade en particulier, nous sommes dans la région des mines. Je visite un atelier de confection de vêtements, c'est plutôt la bonne humeur.

P1060723

 je m'istalle à la terrasse d'un bar. rapidement un birman vient discuter, je l'invite à prendre une bierre. Il essaie de m'expliquer des tas de choses en anglais et en birman en s'aidant de dessins.

P1060731

d'autres birmans le rejoignent, c'est une petite assemblée. Le temps passe, il fait nuit, il me racompagne à l'hôtel en me tenant la main pour traverser la rue, ç'est gentil non? finalement Andréas et moi prendrons le train pour rejoindre le fleuve à Katha. Francesco prendra l'avion pour BHAMO.

dimanche 4

avant de prendre le train nous avons le temps de voir le marché. beaucoup de poisson

P1060739

 à la gare nous trouvons une longue queue au guichet, les touristes paie en dollars, nous passons directement dans le local du guichetier

P1060746

pendant que le guichetier rédige nos billets, ce qui prend un certain temps, la queue patiente sans protester. Comme il ne fait pas chaud je me suis un peu couvert, il n'y a plus grand chose dans mon sac (il est posé part terre). comme la dernière fois le train roule très lentement. Alternance de champs de rizières, de forêt nombreux arrêt dans de village. J'ai le temps d'observer des scènes champêtres.

P1060807

et surtout les voyageurs

P1060798

qui, eux m'observent aussi.  

P1060775

Deux autres routardssont à coté de moi: paolo un allemand et un autre paolo un brésilien, ils vont aussi à KATHA  Le train s'arrête en rase campagne. Je regarde par la fenêtre: une équipe d'ouvrier est en train de changer une traverse. Quand c'est fini ils embarquent dans le train avec la traverse qu'ils ont remplacé. ça c'est de la maintenance!

P1060770

nous passons plusieurs ponts, ils sont tous gardés par des militaires armés. De temps en temps les zones cultivées laissent place à une forêt luxuriante et impénétrable.

P1060873

il fait déjà nuit quand nous arrivons à INDAW après 10h de train. Il faut encore prendre un bus pour KATHA. C'est une antiquité dans laquelle nous allons être secoués  pendant plus d'une heure.  à KATHA nous trouvons une sorte de pension sur le quai avec des chambres minuscules et des murs en contre plaqué. Je vais prendre ma douche dans un bac à laver le linge et une cuvette  pour m'arroser, avec de l'eau froide. Le soir comme berceuse j'ai d'un côté les ronflements de mon voisin et de l'autre le chant des moines du monastère voisin.

lundi 5

5h mes voisins entament une longue discussion. 6h je vais faire un tour de quartier. Le quai commence à se réveiller. une longue file de moines défile avec leurs bols et leurs petites cymbales pour recueillir leur nourriture du jour.

P1060892

j'observe la vie au bord du fleuve

P1060912

des péniches lourdement chargées naviguent comme des sous-marins

P1060897

je rencontre Andréas et Paolo qui font aussi leur excursion. Nous allons prendre notre billet pour le bateau de l'après-midi. En attendant nous errons au hasard  dans la ville. Des moines sont en train de travailler à la restauration de leur monastére.

P1060925

 Sur le marché je vois des feuilles de kat

P1060711

dont le mâchouillage permanent donne à certains Birmans ce sourire de canibale 

P1060982

les transports en commun sont aussi bondés qu'à Paris

P1060896

pendant que les taxis, eux, attendent le client

P1060949

une petite effervescence se produit du côté du port: notre bateau arrive, une vielle péniche reliée à la berge par des planches sert de ponton d'abordage. C'est plutôt rare, le plus souvent il n'y a pas de ponton: une ou deux planches jetées entre le bateau et la berge assurent le transbordement des passagers, et du fret. 

P1060986

Il y a deux ponts couverts et un pont en plein air. Nous ne trouvons pas de place dans les ponts couverts

1013

nous décidons de nous installer à la belle étoile en espérant qu'il pleuve pas. Paolo le brésilien est resté à KATHA ça fait 8 mois qu'il voyage et il n'est pas pressé. Nous retrouvons Francesco le chilien de MYITKYINA. Il à pris le bateau hier à BAMHO. Nous serons donc trois touristes à bord.

P1070010

pour passer la nuit je m'improvise une couchette sur une étagère. j'y dormirais très bien.

P1070027

mardi 6

nuit calme sauf un échouage sur un banc de sable. le bateau a pris de la gîte. il a fallu toute la puissance des moteurs en marche arrière pour sortir de là. Après ça, un matelot était à l'avant avec une grande perche pour sonder la profondeur. La navigation s'est arrêtée de minuit à 4h.  au  matin les gens s'affairent, certains font la toilette, d'autre le petit déjeuner. au pont inférieur une sorte de popote prépare de la cuisine. j'y prendrai mon petit déj: des nouilles chinoises.

P1070036

de temps en temps accostage dans un village. c'est la cohue entre ceux qui montent et ceux qui descendent, plus les petits vendeurs avec leurs paniers qui font la tournéedes ponts pendant l'arrêt.

P1070084

dans l'après midi je réussi à prendre une douche dans LA douche du bateau. c'est une cabine étroite dans laquelle coule en permanence de l'eau pompée directement dans le fleuve. bizarre, l'eau du fleuve est boueuse, ici elle parait claire.

P1070101

la salle des machines est juste à côté, je vais voir, bien qu'elle soit à l'air libre la chaleur est accablante et le bruit des moteurs assourdissant, d'ailleurs je parle aux mécanos, ils ne m'entendent pas.

P1070099

Sur le fleuve, beaucoup de trafic de bateaux de tout genre, surtout du fret. Il y a aussi du flottage de bois traîné par des remorqueurs mais aussi du flottage artisanal comme par exemple ce radeau sur lequel vit sous une tente  la famille du forestier. Il doivent vivre de la pèche qu'il font dans le fleuve pendant le voyage. 

P1070046

nous arrivons à MANDALAY le quai d'abordage n'est pas mieux que ceux des petites villes. les planches de débarquement nous attendent

P1070107

cohue habituelle du débarquement. Nous avons décider d'aller sur le lac INLEE, il y à un bus qui part dans 3 heures, mais c'est de l'autre côté de la ville. Nous négotions avec un moto-taxi (pour éviter les embouteillages) et nous prenons chacun une moto.

Andreas est assez impressionnant avec son chargement. à côté de lui j'ai l'impression de partir en picnic.

P1070113

le trajet a été chaud! nous arrivons très en avance, le temps de casser la croûte dans l'une des nombreuses échoppes du dépot de bus. Départ 7h30, c'est un bus moderne, coup de chance la clim n'est pas trop forte.

mercredi 7

arrivée à SHWENYAUNG à 5h, il reste 15km  pour arriver au lac INLEE. Nous partageons un taxi avec un couple d'allemands. Nous faisons 7 hotels avant de trouver une chambre libre. Nous échappons à la nuit dans un monastère, ça se fait. Nous louons des vélos pour reconnaître le terrain. Un monastére en bois, intéressant à visiter.

P1070141

une curieuse crypte dans laquelle se trouvent des petits boudhas offerts par des visiteurs.

P1070135

nous explorons le bord du lac, il y à des petits hameau et des "maisons " sur pilotis très communes autour du lac. la maison est partagée en 2, un côté pour la nuit, un côté pour le jour, pas de meuble, des nattes. une passerelle d'accès, la pirogue pour aller sur le lac, le vélo pour aller à la ville. des cochons des poules et des canards, des nasses pour attraper les poissons. voilà la vie, que vouloir de plus (à part internet)?

P1070180

il y a quand même des constructions plus importantes pour les familles nombreuses

P1070252

à l'hôtel nous goûtons un vin rouge fabriqué à quelques km  par un Français qui s'est installé là. Pas mauvais pour la Birmanie.

demain matin départ à 5heures, nous avons réservés une pirogue pour visiter le lac.

jeudi 8 

il fait encore nuit quand notre piroguier vient nous chercher. il y a aussi Youri, une Coréenne qui partagera la location du bateau avec nous. La pirogue est équipée d'un gros moteur et d'un arbre d'hélice de deux métres. ça fonce pas mal, il fais frais, avec le vent nous sommes gelés. avec le soleil ça va mieux. les pécheurs ont une manière spècifice au lac INLEE pour ramer avec la jambe.

1097

nous débarquons dans un village où se trouve un marché flottant (marchandise dans les bateaux) mais depuis l'afflux touristique, le marché se fait sur la berge. et en fait de marché c'est surtout des articles pour touristes.

P1070242

il reste quand même un marché où les paysannes viennent en costume traditionnel.

P1070261

et d'autres, en costume moins traditionnel

P1070294

on trouve de tout sur ces marché: du poisson frais

P1070389

et aussi une pharmacie

P1070401

 beaucoup de temples et stupas en mauvais état sont répartis autour du lac. Certaines statues montrent l'influence de l'indouhisme

P1070289

j'observe beaucoup d'activité sur ce lac, des enfants qui vont à l'école

P1070227

des gens qui partent en ville dans de plus grosses pirogues

P1070222

nous passons près des jardins flottants, les plantes sont sur un humus, les légumes sont très beaux

P1070361

evidemment nous n'échappons pas aux arrêts "obligatoires" la fabrique de bijoux, les métiers à tisser, la manufacture de cigares, on ne s'attarde pas. sur le retour Youri nous fait la pose de star

P1070296

retour au débarcadére à 18h nous sommes partis 12h. nous réglons notre pilote: 7€ chacun, j'ai presque honte.

restau et vin local ce soir, nous retrouvons des copains de Youri: un australien un philippin et un espagnol. On passe un bon moment à discuter et retour à l'hotel.

vendredi 9

cette foids nous partons en vélo explorer l'autre partie du lac . Encore un marché flottant qui ne flotte plus. c'est la même chose qu'hier. je m'interesse plus aux environs, très paisible

P1070418

des champs de nénuphars. Très joli

P1070419

nous rencontrons un couple de Français qui font le tour du monde. nous allons visiter un temple perché sur une colline. mon dérailleur ne marche pas je monte à pied. Je ferai aussi la descente à pied, mes freins ne marchent pas non plus. Nous traversons le lac en bateau avec les vélos dedans pour revenir par l'autre rive. il pleuviote et fait frisquet.

P1070437

 Sur le chemin du retour nous trouvons une source d'eau chaude avec deux établissements, l'un est payant presque chic, ou nous nous prélassons un bon moment dans l'eau chaude, l'autre est  libre mais l'eau est si chaude que l'on pourrait plumer un poulet.

samedi 10 

nous avons reservé un taxi pour KAKKU un site de stuppas assez célébre. nous partons en même temps que les paysans pour leurs champs

P1070470

 

il faut 2h de route pour arriver à taungyl ou nous devons prendre un guide (obligatoire pour visiter le site) Surprise c'est une très jolie jeune fille en costume traditionnel. Le voyage n'est pas fini, on continue 1/2h par une piste franchement défoncée. Nous arrivons enfin après une bonne séance de tape-cul. je suis presque mort. Le site consiste en une vaste concentration de stuppas (2000) en très bon état et très ornementées.

P1070477

 l'ambiance générale évoque un peu le cimetière

P1070479

et de l'extérieur ce serait plutôt un parc à thème

P1070498

le plus agréable à regarder dans tout ça reste encore notre guide

 

P1070496

je ne suis pas emballé par ce que j'ai vu, trop préparé pour le tourisme et peut-être suis-je un peu saturé?

sur le chemin du  retour je regarde travailler les paysans dans les champs et je repense à cet expert américain que j'ai rencontré il y a quelques jours. il était en mission pour étudier les moyens permettant d'améliorer la production agricole. Je pense que le pire qui puisse arriver aux birmans serait la mécanisation de l'agriculture.

P1070473

avant de partir, notre guide nous fait visiter le quartier "chic" de la ville en essayant de nous faire croire que c'est le standard de l'habitat, puis ensuite le marché de la ville qui est le même que ceux déjà visités auparavent. Nous retournons à NYAUNGSHWE . Il y a une fête sous un kiosque: musique chant et danse les percussions sont d'ordinaire assez puissante, là elles sont amplifiées. Intenable.

P1070519

Andreas doit prendre l'avion demain soir à RANGOON il prend le trishow pour aller prendre le bus de l'autre côté de la ville. On a fait une bonne équipe tous les deux

P1070521

dans le lobby de l'hôtel je rencontre Francesco qui vient d'arriver, il me dit avoir vu Paolo dans les parages. Je réfléchi à ma journée de demain. il ne me reste pas beaucoup de temps avant le départ. Je prends un billet pour BAGO, le bus part demain à 15h. Pour une fois je réserve un hotel à l'avance.

Dimanche 11

6h, j'empreinte un vélo de l'hotel et part explorer le nord du lac. Ici pas de touriste, il n'y a rien à voir. pas de temple ni stuppa, seulement des hameaux des champs et des paysans. rien quoi! évidemment je suis regardé comme un martien. des petits poissons attrapés à la nasse séchent au soleil

P1070542

l'eau de la rivière est plutôt boueuse. ça n'empêche pas les enfants de s'y baigner et les mamans d'y faire la lessive

P1070574

ici tout se fait à la main le travail se fait en société

P1070582

par hasard je découvre le seul engin motorisé de tout mon séjour. Le pauvre bougre est tout seul dans son champ à se bagarrer avec un engin qui n'a pas l'air d'être très coopératif. ça illustre bien ce que je disais un peu avant.

P1070560

je reviens vers la ville, me proméne dans un décors qui  commence à me sembler familier, il est temps de partir

comme andreas je prend la navette pour le bus de 15h. L'arrêt de bus se trouve à un carrefour poussiéreux. nous sommes une poignée de touristes à patienter. Le bus arrive à l'heure prévue. C'est un bus moderne, avec la clim que le chaufffeur fait marcher par intermittence: un coup il fait froid, un coup il fait chaud. C'est mieux que d'avoir froid tout le temps, non? je regarde le paysage jusqu'à la tombée de la nuit, ensuite j'essaie de dormir.

lundi 12

arrivée à BAGO à 2h30 c'est à dire au milieu de la nuit. Comme je dormais je me retrouve sur le trottoir avec mon sac à dos et les yeux pas en face des trous. Coup de chance, il y a un match de foot transmis en direct depuis l'angleterre. la salle du restau est noire de monde. Second coup de chance: mon hotel se trouve au dessus du restau. Troisième coup de chance ma chambre est libre je peux l'occuper.  Je me repose un peu, prends une douche et dès l'aube je pars explorer la ville.

les moines sont dèjà au travail

P1070617

BAGO (PEGOU) est très connue pour la quantité de temple et de monastéres qui s'y trouve, Je commence par la plus grande SHEWAWDAW. elle a un air de famille très prononcé avec celle de RANGOON j'ai l'impression de visiter deux fois la même chose

P1070636

j'y retrouve les mêmes scènes

P1070643

un peu par inattention je visite un temple tout neuf spécialement construit pour les touristes, comme s'il n'y en avait pas assez. trois cars de japonais arrivent quand je m'en vais

P1070694

un peu plus loin je trouve, avec difficulté, un monastère célébre pour son serpent. Le serpent à un rôle très important dans la statuaire boudhique tout au moins.

P1070715

celui là fait 9 métres de long, ce que je n'ai pas vérifié vu qu'il était plutôt enroulé. par contre son corps à l'endroit le plus gros sa taille fait la taille de ma taille. Impressionnant. ça veut dire qu'il pourrait me gober tout cru. heureusement qu'il dort parce qu'il n'est pas en cage. son gardien m'explique qu'il se réveille tous les dix jours, il lui donne un poulet à avaler et il se rendort. La belle vie. Il y a un grand bac plein d'eau dans lequel la bête va faire trempette de temps en temps. J'ai l'impression que c'est un boulot peinard, gardien de piton

P1070711

je vadrouille un peu au hasard des temples et des monastères.  partout il y a des statues aux couleurs étonnantes

P1070714

un peu plus loin j'assiste à une interro écrite dans un monastère

P1070728

je traverse un monastére dans un joli parc

P1070784

 

là c'est la sortie de l'école,

P1070763

encore un boudha couché

P1070742

cette ville est une sorte de résumé de ce que l'on peut trouver dans le pays, et comme la journée à été longue je crois que je vais faire comme lui

mardi 13

5h je vais tenter de prendre le train de 6h pour RANGOON. La gare est à 5 mn, elle est gardée par un militaire

P1070812

les guichetiers sont ravis d'avoir un touriste en visite, l'un d'eux m'accompagnera jusqu'à mon wagon pour me montrer ma place, qui par ailleurs n'est pas réservée.

 

P1070814

il n'y a pas beaucoup de monde dans le train, certains se livrent à la méditation profonde

P1070831

pendant que d'autres tentent de prendre leur pied

P1070855

le paysage est plat dans cette région. On y trouve des champs des paturages et des rizières

P1070833

arrivée à YANGOON je me ballade encore un peu dans chinatow où desormais plus rien m'étonne. Je rédige mes dernières notes de voyage 

P1070872

un dernier petit tour qui me fait passer devant la pagode ou deux birmans m'ont donné quelques rudiments de langage qui m'ont beaucoup servi. J'attrape un taxi, et c'est fini.

P1070877

 

Posté par JPTX1 à 19:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]


14 décembre 2011

ILE DE LA RÉUNION

SUR LES CHEMINS DE L'ILE DE LA REUNION


Jeudi 10 novembre 2011

arrivée à 11h à st Denis après 11h de vol dans un fauteuil qui ne se réglait pas en position inclinée. J'avais besoin d'exercice pour me remettre de cette nuit difficile.

P1040091 j'avais remarqué sur géoportail qu'il y avait un chemin bordant le littoral. Il passe devant l'aèroport et va à st denis ville. c'est à 8 km, juste ce qu'il me faut pour me dègourdir les jambes.

j'avais réservé une chambre d'hotel pour deux nuits. je profite de ces deux jours pour visiter st Denis et m'acclimater. le décalage horaire est de 3h la chaleur est supportable.

je passe beaucoup de temps à la recherche de cartouche de gaz "prius". introuvable. Je ne trouve que "butagaz", je rachéte un brûleur adapté.

.

.

.

.

SAMEDI 12

je démarre de l'hotel assez tard. je suis à 20 mn du départ du GR2. j'avais fais un petit morceau du départ la veille. Le GR part dans un jardin botanique assez mal entretenu, la végétation est très dense et on ne voit pratiquement pas la ville. Je décide donc de monter  par la D43 jusqu'au "Brulè" ou je retrouverai le GR2.

P1040102

 je quitte l'urbanisation verticale est trouve des pavillons individuels.

tous sont entourés de végétation, à tel point qu'il est souvent impossible de voir les maisons.

certaines sont assez coquettes, voir plutôt chic. 

.

.

.

P1040104.

.

Tandis que d'autres font plutôt penser à un bidonville.

ça monte raide mais facile, en fait il y a beaucoup de raccourcis qui permettent d'éviter les nombreux lacets de la route. 

cette route est assez peu fréquentée, au moins à cette heure là. Ce qui m'a surpris en ville, c'est la densité de la circulation et les embouteillages le matin et le soir. c'est comme à Marseille.

 

 

P1040106

j'arrive tranquillement au brûlé, on domine st Denis et la mer couverte de nuages.

encore un peu de route bitumée, qui mêne au parking du GR2. 

c'est le rendez-vous des familles de st Denis, il y a des kiosques qui permettent de pique niquer à l'abri du soleil ou de la pluie.

a partir de cet endroit, c'est vraiment le début du GR.

 

pour ceux qui voudraient suivre l'itinéraire du trek, je vous conseille de mettre la carte IGN en fond d'écran: http://www.geoportail.fr/visu2D.do?ter=reunion

P1040110

 

j'attaque le GR en même temps que la pluie. Il ne pleut pas fort, mais ça mouille bien. au départ le sentier est couvert de racines bien glissantes, ensuite c'est de la boue bien collante. la végétation est exubérante.

.

.

.

.

.

P1040111

;

fougères arborescentes, arbres couverts de mousse, ambiance humide, chants d'oiseaux, on se croirait en Nouvelle Zélande.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
le temps passe, le soir commence à tomberP1040112.

je suis trempé, je commence à avoir froid et faim. 

je ne suis plus trés loin du refuge, mais je trouve un espace pour planter la tente.

je m'arrête là pour la nuit.

j'ai quand même fait un dénivellé de 1600m

.

.

.

.

.

P1040116

DIMANCHE 13

nuit rèparatrice, il fait beau. petit déj, je déplante et c'est partit.

peu de temps après je passe le refuge et continue en direction de "La roche écrite".

changement de décors, c'est un plateau rocheux, de coulèe de lave striée de fissures, dans lesquelles essaie de vivoter une maigre végétation.

.
.
.
.

P1040118

.

.

sur le plateau on domine tout le côtè nord de l'ile.

j'approche de la roche écrite, mais les nuages arrivent avant moi de 10 mn.

j'essaie de faire quelques photos dans les éclaircies. ça ne donne pas grand chose. 

.

.

P1040129

P1040130

normalement on devrait voir les cirques de Salazie  et de Mafate ainsi que la chaine montagneuse et le piton des neiges.

ça m'apprendra à me lever plus tôt.

.P1040135

.

Je redescend vers le refuge en faisant quelques crochets:

une source est indiquée, je bataille dans le maquis sans rien trouver.

la mare au cerf où je ne trouve ni cerf ni mare.

.

.

je fais étape au refuge pour faire ma provision d'eau et continue le chemin en direction de "Dos d'ane".

P1040137

.

.

je retrouve la végétation tropicale d'hier.

.

.

.

.

.

P1040139

 le chemin longe une crête d'où l'on devrait avoir une vue sur le cirque de Mafate, sans les nuages.

 

 

avant d'arriver à "Dos d'ane" je passe par un site d'observation des vallées. Il y a un banc. je me dis qu'il serait bien d'être là demain matin pour profiter de la vue dégagée et faire des photos. Le mieux, pour être sûr d'être sur le site est d'y rester. Il n'y a pas de place pour la tente, je décide de dormir sur le banc.

 

LUNDI 14

Superbe nuit sous les étoiles. le ciel s'est dégagé dans la nuit. avant 5h je suis réveillé par tous les coqs de la vallée.

j'assiste au lever de soleil sur les montagnes et la vallée. magique.

P1040150

 

la première falaise à droite  est le "Maîdo". la seconde sur l'horizon est le "Grand Bénard". dans le creux le col du  "Taïbit". le mont à gauche du col est le "Piton des neiges". 

.

.

.

.

.

 

P1040153

..côté nord le soleil se léve sur "Le Port" 

.

.

.

.

.

P1040154

.

.

.

.

..pendant ce temps je prends mon petit déjeuner sur le banc en surveillant la progression du soleil.

.

.

.

.P1040158

je suis très étonné par la noria d'avions et d'hélicopteres qui passent dans la vallée.

il y a des hélicos qui alimentent les ilets (villages isolés) mais l'essentiel du trafic est touristique. je trouve ça trés génant.

.il y a aussi le passage des avions pompiers, les "trackair". Bien que l'incendie soit maitrisé ils continuent à arroser pour noyer les braises qui couvent sous l'humus.

.

.P1040172

.

..Je plie mon matos et descend vers "dos d'ane". c'est un petit bourg sans centre. très tranquille je ne croise que 4 personnes.

j'attaque la descente sur la riviére des galets. le chemin est plutôt facile, avec quelques passages un peu critiques. la végétation est toujours très luxuriante. 

.

.

P1040168

.j'approche de la vallée de la riviére des galets

 

.

.

.P1040184

.

.

.

.

l'eau est belle et tiède, il y a des petites cascades et des baignoires, la tentation est trop forte.

Je n'y résiste pas, ce sera mon étape du jour.

J'ai fais 1100mde descente ça suffit pour aujourd'hui.

.

.

P1040185

 

.la journée a été très chaude. quand je n'étais pas dans l'eau, j'étais à l'ombre sous les arbres.

j'ai attendu le soir pour monter la tente près de la riviére.

.

.

.

.

.MARDI 15

.Chaude nuit. dormi tente ouverte. pas d'insecte.

P1040190

.je démarre de bonne heure, pour éviter de marcher sous le soleil.

.je suis à la porte du cirque de Mafate. pour le moment je suis sur une piste de 4x4 qui relie à la ville du Port. il est parait-il surtout utilisé pour conduire les enfants à l'école qui descendent des ilets de Mafate à pied. la piste de 4x4 est tracée dans le lit de la riviére sur environ 10km jusqu'à Le Port.

.

.P1040191

.

.

.

.

Il y a plusieurs traversée de riviére sur un passage de galets.

ça passe bien.

.

.P1040193

.

.

.

.

.petit à petit la vallée se rétrécit.

.

.

.

 .

.P1040197

.

.

.ça commence à grimper. les marches sont bien faites, le chemin reste facile.

.

.

.

.P1040200

.

.

.

.

.biffurcation: Aurére où Grand place? je choisis Grand place. j'irai à Aurére plus tard.

.

.

.P1040201

.

.

.

.

.

.Derriére moi, la vallée de la riviére des galets, et, sur l'horizon la falaise de Dos d'ane où j'ai passé la nuit sur un banc. je regarde bien, mais ne le vois pas.

.

.

.

.P1040203

.

 

.

..quelques passages sont assez vertigineux, mais sans danger.

.

.

.

.

.

P1040208

.

.un joli piton bien pointu, celui-là on le repére d'un peu partout dans le cirque de Mafate. un peu comme la tour effel à Paris.

.

.

.

.

.

P1040210.

.

.n'oublions pas les fleurs.

c'est la période du printemps, ça fleurit un peu partout.

.

.

.

.

.P1040211

.

.

la végétation change, c'est un peu plus sec.

.

.

.

.

P1040212.j'ai traversé Grand place presque sans m'en aperçevoir. l'habitat est très dispersé, il n'y a pas de centre village. c'est le cas de presque tous les ilets.

.de temps en temps des indications. Il est quand même préférable d'avoir une bonne carte. j'ai une carte IGN au 1/25000, et j'en suis très content.

j'ai croisé des randonneurs avec des descriptif de topo. Ils avaient l'air un peu perdus.

.

.

.

P1040215.

.

.il fait chaud, la montée vers le col est très pénible. Pas d'ombre. Ma consommation d'eau monte en flèche.

j'arrive enfin au col. De là je vois la vallée de la Roche Ancrée et sur le premier relief l'ilet de roche plate.

à gauche le Bronchard. Je vois sur la carte qu'il y a un chemin qui fait le tour du sommet. ce serait bien d'y être demain matin pour les photos.

.

P1040216.

.

.

la descente sur la roche ancrée est assez périlleuse. raide, mais surtout le chemin est un mélange de terre et de petit cailloux qui roulent sous la semelle. l'adhérence est presque nulle. je manque plusieurs fois de m'étaler.

j'arrive en bas sans bobo, mais bien fatigué.

je prends un bain dans la riviére. ça va mieux.

.

.

.P1040217

je redémarre en direction de roche plate.

ça grimpe sec pendant un bon dénivellè.

puis ça redescend aussi sec au niveau de départ. J'ai perdu le bénéfice de mon bain.

je comprends que je ne serai pas au Bronchard ce soir.

je traverse une petite rivière, trouve une source et un endroit à bivouac.je me pose pour la nuit.

.

.MERCREDI 16

Réveil à 6h. ciel voilé pas bon pour les photos.

P1040219

.

.

.

.de jolies cascades en direction de roche plate

.

.

.

.

.

.

P1040220

.la nature à quelques allures alpestre.

.

.

..

.

P1040223.

.

.

.

.la végétation se raréfie, le chemin est très bon. beaucoup de petites marches qui se passent sans difficuté.

.

.

.

P1040226.

.avant d'arriver à l'ilet, je visite le cimetière.

Pas de tombe. Seulement quelques pierres pour matérialiser la sépulture. Pas ou très peu d'inscription. Seules deux grilles blanches marquent une certaine "propriété"  du lieu. des tombes pratiquement anonymes.

ce n'est pas une fosse commune mais plutôt un espace commun.

c'est assez convivial dans le fond.

P1040228.

.

.

.un peu plus loin l'ilet de roche plate. Là aussi habitat dispersè.

je n'y rencontre personne, comme au cimetière.

.

.

.

.

P1040231
.

 

.la petite chapelle en tôle ondulée est en harmonie avec le cimetière. Pas de faste inutile. c'est comme ça que je conçois le décorum religieux. Restons humbles.

Peut-on imaginer un vatican en tôle ondulée????

Une petite cloche sans clocher est là pour appeller les fidèles.

.

.

.P1040232

.

.finalement, j'abandonne le bronchard. Il fait trop chaud.

je continue en direction des trois roches, attiré par la fraicheur de l'eau.

mais avant ça il faut traverser une sorte de désert mexicain avec des roches chauffée à blanc.

.

.

.

.P1040234

.heureusement des fleurs sont là pour me réconforter.

.je consomme plus d'eau que d'habitude.

.

.

.

.

P1040235.

.

 

.

.je commence à voir la vallée des trois roches.

sur l'horizon le col du taïbit, le piton des neiges est dans les nuages.

.

.

.

.

.j'arrive enfin aux trois roches. il était temps, ma réserve d'eau est à sec.P1040243

la rivière n'est pas à sec, mais le débit est asssez faible.

il n'a pas plu assez ces derniers mois.

.

.

P1040239.

.

.la cascade reste quand même spectaculaire. Je ne vois pas le fond du goufre. je ne m'approche pas trop des bords car ils sont arrondis et glissants. Il paraît que chaque année, au moins un curieux paie de sa vie sa curiosité.

.

.

.

.P1040237

.

.

.l'endroit est parfait pour un bivouac.

c'est un endroit assez féquenté par des randonneurs "à la journée" qui partent très tôt de leur gîte pour passer quelques heures dans cet endroit.

mais il faut rentrer, et à 5h il n'y a plus personne.

ce sera ma journée lessive et grande toilette.

.

.JEUDI 17

P1040249

.

.

.Nuit et matinée très calme. vers 11h les nuages arrivent avec les premiers groupes de touristes.

il est temps de lever l'ancre. 

.surtout qu'il ne manque pas de coins tranquilles dans cette vallée.

.

.P1040252

.

 

.

.

.

.le chemin monte vers Marla,on le voit serpenter vers trois roches dans la vallée.

.

.

.

.

P1040253.

.

.

pour changer de mes soupes chinoises, j'avais l'intension de diner dans un refuge. Pas possible il fallait reserver.

.faute de mieux j'achète une boîte de cassoulet et des fruits à l'épicerie de l'ilet. la part de transport hélico pése lourd sur l'étiquette.

.

.

P1040257.

.

.je bivouaque pas loin du village. Un oiseau m'observe. C'est le seul que je parviendrais à photographier pendant mon séjour. Il y en à pourtant de magnifiques, mais je n'ai jamais pu les approcher.

Très bon le cassoulet.

.

.

.

.

.VENDREDI 18

P1040261J'avais prévu de me lever au chant du coq.

l'un d'entre eux a dû faire un cauchemar. Il s'est mis à cocoriquoter à 2h30 imité aussitôt par tous les coqs de la vallée. ça dure 5 minutes et tout le monde se rendort.

Sauf moi.

.ciel bleu le matin. J'attaque le col du taïbit.

très facile.

.

.

.P1040262

.

.

.en cours d'ascension, belle vue sur l'ilet Marla et une partie du cirque de Mafate.

.

.

.

.

.

..

P1040263.

.

.

.arrivée au col. J'y retrouve un groupe de randonneurs que j'ai déjà rencontré plusieurs fois depuis la roche ècrite.

.

.

.

..

.P1040267

.

.

.

.une vue sur Cilaos sur le plateau en haut à gauche, et dans le fond de la vallée l'océan indien cahé par la brume.

.j'y vais à pas prudents car l'une de mes semelles m'a lâchè.

je vais régler ce problème à Cilaos.

.

.

.

P1040275

.Arrivé à Cilaos j'examine l'état de mes chaussures: il faut les changer.

je ne trouve pas ce qui me convient sur place. Je prends le bus pour aller à st Pierre.

2h de trajet ahurissant. Il y a deux tunels étroits qui laissent environ 5 cm de chaques cotés du bus. Certains virages ne peuvent être pris en une fois et necessitent plusieurs manoeuvres pour passer.

Le paysage est très beau. très franchement, il vaut mieux faire ce trajet en bus plutôt qu'au volant d'une voiture de location. c'est plus relax.

.

.

.P1040280

.arrivée à st Pierre après un changement à st Louis, je trouve les chaussures qu'il me faut.

.il est trop tard pour retourner à Cilaos, je flâne sur le front de mer. Il y a une plage protégée des vagues du large par une barrière de corrail. Cela fait une sorte de grande piscine ou vont se baigner les gens.

je choisis un restau ou je me fais servir un steak d'espadon et plein de légumes. 

.je flâne encore un peu et vais dormir sur la plage à la belle étoile.

.

.SAMEDI 19

P1040285.Belle nuit sous Orion.

.il y a de belles vagues.

6h je vais me baigner dans le lagon, la mer est tiède. Il y a déjà des baigneurs. plutôt agès
pour la plupart, il doivent éviter le soleil trop fort. Ils ont bien raison.

.après un petit déjeuner sur la place je reprends le bus et retourne à Cilaos

.

.

.

.P1040297

.

.

.

.ce voyage en bus est un régal.

.

.


P1040300

.

.

.

.

.

.j'arrive à Cilaos. Les nuages sont arrivés avant moi et me cachent mon objectif: le piton des neiges.


.

P1040301

 .

.

à Cilaos il fait gris. Je n'ai pas envie de rester ici.

direction le piton des neiges. 

je n'y serai pas ce soir: 1800m de dénivellé. pas possible.

en plus il commence à pleuvoir. 

le chemin est plutôt facile. Les marches sont bien faites. Tant mieux, il paraît qu'il y en a 3500.

à 2000m je trouve une source et de quoi bivouaquer. .J'y passerai la nuit.

 

 

.DIMANCHE 20

P1040303

.J'ai bien fait de rester, il a plu une bonne partie de la nuit.

 

.

.

.ce matin les nuages ne sont plus là, mais il reste une petite brume sur toute la vallée.

.on voit quand même Cilaos à droite, Bras sec à gauche et on devine au fond, la mer derrière st louis.

.

.

.P1040304

.

.

.première étape: le refuge du piton des neiges.

je m'y arrête pour une pause casse-croute et surtout pour faire sécher ma tente.

.

.

.

.

.P1040309

.

.

.

.Il reste 500m de dénivellé sur un chemin très pierreux dans un décor plutôt arride.

les nuages sont toujours présents.

je croise le groupe avec qui j'étais au col du Taïbit. On ne se reverra plus.

dommage, c'était plutôt sympa.

 

.P1040315

.

.ça y est j'y suis:3070m.

Les nuages ont l'air de s'en aller, et c'est plutôt sympa, car ce bivouac sur le piton est en fait mon cadeau d'anniversaire.

en réalité c'était hier, mais j'ai été trahi par mes chaussures. je ne leur en veux pas, elles m'ont fait faire le Népal.

.

.

.

.P1040334

.

.il y a quelques abris circulaires de la taille de ma tente.

j'y bivouaque à l'abri du vent, ce qui est plutôt bien car il commence à faire froid avec la disparition du soleil.

.

.

.

.

.

P1040326.

.

.

.

.

.de mon abri je peux observer confortablement le coucher de soleil.

.

.

.

.

.

.LUNDI 21


P1040332

.

Nuit très fraiche (environ 5°) heureusement, je suis bien équipé.

je suis révéillé par les premiers randonneurs qui ont dû dormir au gîte et se lever à 3h pour voir l'aube sur le Piton.

.

.sur la photo on voit que le lever du soleil n'est pas très différent du coucher, sauf que c'est de l'autre coté. 

il y a la lune et la  lampe d'un retardataire.

 

 

.

.

.P1040338

.

.les derniers admirateurs de l'aube.

dans quelques minutes ils seront tous en chemin pour retrouver le gîte et le petit déjeuner.

j'avoue ne pas bien comprendre cette cérémonie, car on voit le lever de soleil aussi bien depuis le gîte. Si quelqu'un peut m'expliquer.....

oui je sais, on peut aussi bien me demander ce que je fais là!

ben, c'est mon anniversaire, non?

.

.P1040344

.

.les montagnes sans les nuages, il faut en profiter, car ça ne durera pas toute la journée.

.

.

.

.

.

.

.

P1040346

.

 .

.un peu lunaire cet endroit. d'autant plus que presque tout le monde est parti.

je ne sais pas pourquoi cet endroit s'appelle le piton des neiges, car il ne doit pas en voir souvent. peut-être moins souvent que les éruption du piton de la fournaise?

.

.

.

.P1040362

.

 

.

.

..un peu agressive cette montagne. ça ne donne pas trop envie de l'escalader.

.

.

.

.

P1040364.

.

.

.une vue sur le cirque de Cilaos.

on ne peut le voir depuis le piton, il faut passer derrirère le sommet à antenne et  continuer sur la falaise qui descend derrière. faire attention, il n'y a pas de chemin, et c'est de la roche pas très stable.

.

.

.

.P1040365

.

.du même endroit: le cirque de Salazie. Le pic de gauche est le Cimandef et celui de droite La roche écrite.

.

.

.

.

.

.

.P1040372

.

.

.Il ne me reste plus qu'à redescendre par le même chemin.

le balisage est très bien fait, et necéssaire lorsque les nuages sont sur la montagne. La visibilité peut être réduite à quelques mètres.

.

.

.

 .P1040379

.au refuge, je recharge ma réserve d'eau et part en direction de Hell Bourg par le GR1.

. Au début le chemin est très pierreux, il traverse un maquis plutôt sec, ce qui est paradoxal, car il pleut. Ce n'est pas vraiment de la pluie c'est l'humidité du nuage qui mouille autant qu'une vraie pluie, car ça rentre partout. les gens d'ici disent qu'il farine.

.A partir du cap anglais ça devient franchement difficile. De la boue, du marécage, des planches pourries, des racines bien glissantes des échelles un peu précaires....enfin tout un florilége de difficultés que je n'avais pas rencontrè jusqu'ici en si grand nombre.

.P1040380

.

heureusement, de temps en temps il y a des fleurs.

j'arrive enfin au gîte de Bélouve, trés joli.

je demande si je peux diner: ouf c'est possible.

en plus il y a une aire de bivouac autorisé juste à cotè.

exellent ce repas! j'ai remarqué qu'après une semaine de nouilles chinoises tout était délicieux. à méditer.

.

MARDI 22

.P1040388

.départ de bonne heure en direction du "trou de fer". comme je reviendrai dans la soirée je laisse le matos au refuge et part avec un sac à dos léger.

On voit que c'est un haut lieu touristique, le chemin est un véritable parquet.

on avance sans effort.

.

.

.

.P1040385

.

.après 3/4 h de marche rapide, j'arrive à un observatoire qui offre une vue plongeante sur la fameuse cascade.

 

.

.

.

.P1040386

.

 

 

.

.

malheureusement, je me sens un peu loin du sujet.

.franchement la vue est un peu frustante. Les belles photos que l'on voit dans les brochures touristiques sur papier glacè sont prise depuis un hélico.

.

 je vois sur la carte qu'il y a d'autres points de vue sur le sentier de bras panon.

j'y vais.

.

.

.

.P1040394

.Là ce n'est plus du tout le même chemin. adieu le parquet, bonjour les échelles.

il y en a une bonne demi douzaine à passer comme celle là. heureusement que je n'ai pas pris la brouette!

le chemin passe dans un lit de riviére. le marquage est assez discret. facile de se perdre, et d'ailleurs c'est ce que je fais. je me suis égaré dans la végétation, et pendant un bon quart d'heure je recherche le chemin. ça paraît long, je le retrouve et ne le lâche plus.

un peu plus loin je croise deux randonneurs (ils bivouaquent avec des hamacs et une bâche pour s'abriter de la pluie. ils en sont très contents. On discute du chemin et je m'aperçois que je suis à l'envers, j'ai fait demi-tour sans m'en aperçevoir!

j'abandonne les points de vue, d'ailleurs ils sont encore plus éloignés de la cascade.

.

.P1040401

.

.je retrouve le chemin parquetté mais ne retourne pas au gîte. je fais une grande boucle par le "sentier de l'école normale".

un endroit assez curieux: "la mare aux cochons. bien sur il n'y à pas de cochon, mais pas de mare non plus (c'est comme le piton des neiges)

.

.

.

P1040404.

.

.là aussi la végétation est très généreuse.

je continue par le sentier de la vierge et reviens au gîte par le sentier de la tamarinaie.

.

.

.

.

 

.

P1040405

.

.cette marche légére sur sentiers faciles m'a reposé.

de retour au gîte je trouve qu'il est un peu tard pour descendre sur Hell Bourg. Je demande s'il est possible de diner. oui super!

Comme hier l'ambiance est très sympa. bien sûr je suis beaucoup questionné sur mon étrange engin. je sens bien que je n'arrive pas à convaincre sur l'utilité de la brouette. 

peu importe le repas est aussi bon qu'hier. du coup je m'inscris pour le petit déjeuner de demain matin. Et je rebivouaque au même endroit.

.

..MERCREDI 23

.P1040411

.

.La descente sur Hell Bourg est facile et agréable.

beaucoup de fleurs, des sources, la vue sur le village.

j'arrive en bas sans m'en aperçevoir.

.

.

.

.

.

.

.

 

.

P1040413

.

.

c'est plus une petite ville qu'un village. rien à voir avec les ilet de Mafate.

ici dans le cirque de Salazie il y a des routes et aussi des voitures, donc plus de monde et plus de maisons. C'est pareil qu'à Cilaos

.

.encore une fois les nuages arrivent.

..

.

..P1040424

.

.

.un exemple d'architecture traditionnelle. l'ensemble est plutôt rustique, on ne cherche pas à faire joli, mais visiblement économique.

.

.

.

.

.

.P1040417

.

.

.la tendance actuelle est plus sophistiquée. on cherche à faire joli tout en restant dans l'esprit de la construction traditionnelle.

 

.

.

.

.

.P1040428

.je prends la D48 en direction de Salasie pour aller voir une cascade "le voile de la mariée"

.en chemin j'achète un régime de bananes à une petite échope tenue par un petit homme très rigolo "tonton"

.

.

.

P1040435.

.

.

.

.pique nique avec les bananes de tonton.

j'en aurai pour quelques jours.

.

.

.

.

.

.

.P1040442

.

.voilà le voile de la mariée.

pas très spectaculaire à cause du manque d'eau.

.

.

.

.

.

.

P1040447.

.

.même la riviére qui semble bien calme devrait être un torrent.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.P1040448

.

.

..Il n'y peut-être pas beaucoup d'eau dans les cascades, mais il recommence à pleuvoir. je remonte à Hell Bourg en bus et me réfugie dans un restau en attendant la fin du déluge. Je casse une petite croûte.

dès que ça se calme je pars en direction de "le belier" par le GR1

Aprés Bras Marron, je traverse une riviére qui s'appelle "la rivière" et j'y trouve un bivouc sympa.

.

.

.JEUDI 24

.Réveil à l'aube par le chant des oiseaux. Pas de coq

P1040450.

.

.le soleil éclaire une montagne derrière la tente. C'est le piton d'Anchain.

je vois sur la carte qu'il y a un chemin qui fait le tour du sommet.

j'y vais! 650m de dénivellé au réveil.

.puisque je fais une boucle, je laisse la brouette en bas. Pas maso!

.

.

P1040453

.

.la vue est interessante 360° au milieu du cirque de Salazie.

un hélico vient déposer un commando de parachutistes sur le sommet.

 

.

.

P1040460.

.

.

.

.

.

.

nous descendons ensemble le piton. ils sont armés d'appareils photos et font plus penser à des touristes qu'à des militaires. il y a 2 filles dans le groupe.

l'ambiance est plutôt à la rigolade on dirait un groupe de l'UCPA.

P1040459
.

.

.

une partie du cirque de Salazie

.

.

.

.

.

.

..

.

.P1040463

.

.

.je récupère la brouette et continue en direction du GR1 que j'avais quitté pour faire le piton.

.je marche sur une piste de 4x4, c'est très confortable. derrière moi, le piton d'Anchain.

.

.

.

.P1040464

.

.

.de temps en temps de beau bouquets de bambous.

.

.

.

.

.

.

.

.P1040465

.

.une ferme isolée du monde.

.

.

.

.

.

.

.

 

P1040468


 

 .

.

.une invitation au bain.

.

.

.

.

.

.

.P1040472

.

.

.

.toujours des fleurs.

.

.

.

.

.

.

P1040474

.au lieu d'aller à  "le bélier" comme prévu, je quitte le GR1 pour passer par camp Pierrot et grand ilet pour voir à quoi ressemblent ces campagnes.

vergers et élevages de cochons très odorants.

.la pluie me rattrape en route, la température chute.

.

.

P1040477

 .

 .

 .

 .sur la route du col des boeufs je m'abrite sous un kiosque, pour préparer mon diner.

 comme la pluie ne cesse pas. je bivouaque à cotè du kiosque. on verra demain.

 .

.

.

.

.VENDREDI 25

La pluie n'a pas cessé de la nuit, elle est encore là ce matin.

.P1040480

.

.pas la peine de s'enrhumer. je redescend sur le Bélier, prends un bus et descends me faire sécher au bord de la mer à St André.

.sur le marché j'achéte les premiers letchies.

.

.

.

.

.P1040481

.

.

.opération séchage en bord de mer. il fait beau et chaud.

.je ne me baignerai pas: grosses vagues et peut-être requins.

.

.

.

.

P1040488

.sur le piton des neiges j'avais rencontrè un randonneur très sympa: Fred.

il habite à st André et m'a dit de venir le voir si je passais par là.

.ben, justement, j'y suis. 

finalement je bivouaque dans son jardin. je reste 2 jours

fred me fait visiter la région. nous allons à st Denis, il à un cours de japonais à l'université, pendant ce temps je visite st denis.

le lendemain nous faisons une ballade à pied très jolie: l'Eden.

P1040490

 

 .

 

.

. vous allez penser que j'ai une passion pour les cimetiéres, mais je trouve celui-là plutôt gai. c'est l'influence de la culture indienne.

.P1040499

.

.

 

.

.

.Fred connait un journaliste et lui parle de ma brouette.

lundi matin un article paraît dans la presse locale "Le Quotidien"

.

 

.LUNDI 28

 Je quitte Fred, nous nous reverrons dans le sud de l'ile, un de ses amis habite à st Philippe.

en traversant la ville je constate que les gens lisent le journal. Je suis hélé à tout moment "hé l'homme à la brouette! on t'a vu dans le journal". Et ça se reproduira pratiquement tous les jours jusqu'à mon départ.

je suis à deux doigts de signer des autographes.

P1040502.

.

.retour vers le Bélier. dans le bus je constate que les nuages sont encore là.

.

.arrivé au col je prends le sentier scout en direction de Aurére.

le sentier est très facile. maleureusement les nuages sont bien installés et j'arrive à l'ilet à malheur sans avoir rien vu du paysage.

il y a un petit terrain de camping, on dirait un jardin. Il y à deux couples (parents enfants) et un jeune randonneur photographe animalier amateur.

nous dinons ensemble une cuisine créole préparée par l'un des couples. bonne ambiance, avec rhum.

 

MARDI 29

départ tardif, je vais faire un tour à Aurére. comme je reviens je laisse le matos sur place.

.P1040507

.

.

.

.le ciel est clair, le chemin est très beau.

.

 

.

.

.

.

.

P1040510.

.

.des oiseaux sont occupès à faire de drôle de nids.

.ils savent nouer les herbes pour attacher le nid dans les branches.

.

.

.

.

P1040508.

.

.

.

.comme les autres l'ilet d'Aurére est dispersé dans la nature.

celui là est plus touristique que les autres. les chemins sont bordés de fleurs et bien aménagés. les gîtes ont l'air plutôt coquets.

.

.

P1040517.

.la vue sur Mafate est bien dégagée.

.je retourne chercher mon matèriel et prends le GR2 en direction de l'ilet à Bourse.

en partant je croise le groupe de para du piton d'Anchain.

.

.

.

.

.P1040532

.

.en chemin je pique-nique dans ce joli torrent où je prends mon bain.

.

.

.

.

.

.

.P1040537

.certaines plantes grasses sont vraiment imposantes.

.

.

.

.

.

.

.

P1040542

.

.je traverse grand place et me retrouve sur le chemin du col que j'ai déjà passé la semaine derniére. 

comme les nuages sont arrivés, il fait moins chaud et la montée est moins pénible. Par contre la descente est toujours aussi casse-g...e.

 j'arrive à la roche ancrée sans dommage et reprend le petit col suivi de la dscente, toujours aussi raide que la dernière fois.

 finalement je bivouaque au même endroit. je commence à prendre des habitudes.

 

.MERCREDI 30

P1040551.Levé tôt, mais les nuages commencent à arriver.

.

.

.

.

.

.

.

.

P1040548

.

.le chemin longe une riviére avec de jolies cascades. 

.

.

.

.

.

.

.P1040561

.cette fois je monte au Bronchard pour faire le tour du sommet. hélas les nuages sont là, l'horizon est caché. 

.je peux quand même aperçevoir le fond de la vallée dans laquelle je devrais descendre pour aller à La Nouvelle. 

 .

.

.P1040564

.

.pas de problème pour la descente. Par contre en bas il faut traverser la rivière à guè et la remonter sur une petite distance entre les rochers. une grande échelle permet de remonter de l'autre cotè pour retrouver le GR.

Ici j'utilise le portage expèrimentè en corse.

ce sera la seule fois.

.

.

P1040567.

.

.

.

.on peut aperçevoir le GR qui descend vers le gué.

la montée vers la nouvelle est très agréable.

.

.

.

.

.P1040568

.

.

.

.Toutefois il faut se mèfier des piéges en travers du chemin. 

Impressionnante la bête. elle fait bien l'envergure d'une soucoupe de tasse à café.

Je ne pense pas qu'elle soit dangereuse car je n'ai pas vu beaucoup de momie de randonneur accroché aux arbres.

.

.

P1040575.

.

.

.Petite étape casse croûte à La Nouvelle.

là c'est un ilet franchement touristique. je ne m'y attarde pas.

 .à l'épicerie je prends des fruits et (encore) une boîte de cassoulet. c'est la dernière de l'épicerie et du séjour.

.

.P1040578

.

.en continuant vers Marla, je vois au loin une sorte de terrain de golf.

C'est la plaine aux sables. ça me fais faire un crochet de quelques kms, mais l'endroit en vaut la peine.

bien sûr il n'y a pas de sable. mais un vaste paturage d'herbe rase entretenu par un troupeau de vaches.

de temps en temps j'aperçois la chaîne du piton des neiges entre les nuages.

.

.JEUDI 1 Décembre

P1040590mon réveil est attendu par les vaches. 

 comme souvent le matin, il fait beau.

 .

.

.

.

.

.

.

P1040592

 

 

 il faut en profiter car les nuages ne sont pas loin.

 

 il y a une bergerie abandonnée sur le plateau. On dirait que les vaches se promènent en liberté, un peu comme en Corse.

 

 .

.

.P1040602

.

 

 je m'en vais, les nuages arrivent.

 

 

 

 .

.

.P1040609

 

 

 un dernier aperçu sur la riviére des 3 roches.

 

.

.

.

.

.

.

P1040620

 

 

 

 je traverse Marla et attaque l'ascencion du Taïbit (bis)

 

 

 .

 .P1040624

 

 

 descente du Taïbit, puis traversée de Cilaos.

 

 

 .

.

.

.

P1040625

 

 

 Je n'allais pas quitter Cilaos sans goûter le célébre vin du pays.

j'ai testé le blanc: une sorte de muscat assez parfumé. on pourrait le boire en apéritif, ou peut-être en digestif avec des petits gâteaux.

 je continue en direction du bloc, c'est le départ de l'ascention pour le piton des neiges.

je pense bivouaquer par là.

 

.P1040631

 

 

j'ai droit à un beau coucher de soleil, pendant que je plante la tente. 

 .Demain direction le piton de la fournaise.

.

.

.

.

VENDREDI 2

P1040632

 Lever de soleil sur Cilaos.

j'hésite sur l'itinéraire. reprendre le GR2 que je connaît déjà ou passer par la "mare à joseph" qui paraît plus direct pour aller au piton de la fpurnaise?

je suis sûr de trouver de l'eau par le premier, je me décide pour le refuge du piton des neiges. tant pis pour le crochet.

.

.

 

.P1040633

.

.en effet je trouve de l'eau à la source.

.je rencontre le jeune photographe animalier qui descend du piton des neiges.

.

.

.

.

.

.

P1040637.

.

.en fait, de l'eau j'en ai eu partout. 

.il a plu toute la journée sans arrêt.

.

.

.

.

.

.P1040640

.je ne vois rien du paysage. le chemin est bordé d'une végétation genre maquis corse.

à partir du col qui mêne au refuge le chemin à été assez difficile. Un peu comme dans un lit de torrent. De plus la pluie à rendu les rochers très glissants. Ensuite des plateaux marécageux, puis une série de montagnes russes avec échelles. Une grande partie du chemin est garnie de tronc d'arbres posés en travers, ça glisse super bien! vers la fin le chemin est devenu facile au dessus de Bourg murat.

.

P1040638.

.je ne sais pas à quoi ressemble le paysage, mais les mousses sont très belles.

.j'arrive à Bourg Murat après 3h de flotte trempé et gelé. 

pas vraiment envie de bivouaquer. De plus ce matin j'ai plié la tente mouillée de rosée et je n'ai pas pu la faire sécher. je trouve une chambre de libre dans un hotel (la dernière) et comble de bonheur il y a un sauna et un hammam.

le hammam est libre, je réssussite. Un bon repas restau après ça et une bonne nuit dans un lit (il y a le chauffage dans la chambre) et ça devrait aller mieux.

.

.SAMEDI 3

.Comme prévu, ça va mieux. la forme même. pendant le petit déjeuner je discute avec mes voisins de table. Ils vont au Piton de la fournaise. Ils ont de la place dans leur voiture. Le piton est à 25 km de route en lacets. 

.P1040651

.

.le décors est lunaire.

du parking on domine tout le cirque. il faut descendre par un escalier, un dénivellé de 100m pour atteindre le niveau de la lave 

.

.

.

.

.

.P1040658


dans le bas de l'escalier, on trouve le petit cratère "formica léo", puis pour aller sur l'observatoire  Dolomieu, il faut marcher 2h.

 .

.

.

.

.

P1040662

 

.

.

.

.le chemin est repéré par des points blancs. Ils vaut mieux ne pas trop s'en écarter, les nuages peuvent tomber rapidement, et on n'y voit plus rien. On est perdu. 

.

.

P1040665.

.

.la solidification de la lave forme des dessins incroyables.

.

.je rencontre encore le jeune photographe!

.

.

.

.

.P1040675

.

.

.

.Le cratère. Une fois de plus j'arrive un peu tard, les nuages sont dèjà là.

.c'est bien calme, pas de fumerolle ni d'éruption annoncée.

.

.

.

.

.

.

.P1040677

les couleurs et les formes données par la fusion et la solidification des roches et extraordinaire. C'est presque plus interessant à observer que le cratère.

.

.

.

.

.

.

.P1040691

.

.Des oeuvres d'art je vous dit!

 

je remarque que la plupart des gens qui arrivent au cratére commencent par prendre des photos du trou. Puis ils se prennent en photo devant le trou. puis ils ouvrent leur sac pour sortir de quoi boucher leur trou (d'estomac). ensuite ils repartent.

je n'ai vu personne s'intéresser aux roches.

 .

.

.

.

P1040693.

.

.

.

.et ça! franchement, c'est beau, non?

.

.une fois de plus les nuages ont eu le dernier mot. c'est la farine. il vaut mieux retourner au parking.

.

.

.

j'ai perdu mes compagnons de ce matin. Je retourne à bourg Marat avec une autre voiture.

je récupére mon matériel à l'hotel. Ce soir je vais à St Philipe où Fred m'attend chez son copain Dieter.

je m'apprête à partir par le bus quand arrivent mes compagnons de ce matin. Ils vont à St Pierre et me proposent de m'y déposer. vraiment très sympa.

à St pierre je prends le bus pour aller à St Philippe. pendant que j'attends je retrouve encore le jeune photographe. C'est petit la Réunion!

.

DIMANCHE 4

je suis arrivé chez Dieter hier soir à 7h30. Il faisait nuit noire. j'ai été escorté par un local qui connaissait l'endroit. comme il avait un peu forcè sur le rhum, nous avons un peu slalomè dans le village. Il ne parlait que le créole, je n'ai pas trop compris, mais nous sommes arrivés.

.P1040736

.

.J'ai planté la tente dans le jardin qui est une véritable forêt où tout pousse en abondance.

.il y à de tout: des letchis, des mangues, des ananas, de la vanille.....

.et ça pousse tout seul. il suffit de poser le chapeau de l'ananas sur la terre, et c'est parti (il faut attendre un peu quand même).

.

.

P1040713.

.

.Fred m'emméne voir les coulées de lave.

elles se perdent dans la mer.

.

.

.

.

.

.

.P1040711

.

.Dans les nuages: le piton de la fournaise, d'où arrivent les coulées de lave. Celle ci date de 3 ans.

.

.

.

.

.

.

.

P1040716.

.

.

.au premier plan une coulée très ancienne.

.à l'arrière plan la jeune coulée.

.entre les deux une plage où je n'irai pas me baigner.

.

.

.

.

.P1040730

.

.le long de la côte on trouve des aménagements avec des kiosques sous lesquelles des familles viennent passer la journée en pique-niquant et en sirotant du rhum arrangé. c'est une institution.

.

.

.

.

.

.P1040741

.

.à St philippe une petite piscine naturelle permet de se baigner à l'abri relatif d'une digue de rochers sur laquelle s'éclatent les vagues.

.

.

.

.

.

.

P1040748

.

.

.

.préparation de la célébre salade au palmiste rouge.

.Dieter manie le couteau

.Fred arrive avec son fruit favori (j'ai oublié le nom) 

.Françoise surveille attentivement.

.

.

.

.LUNDI 5

Nuit un peu perturbée par les fourmis rouges. elles ont transformé le tapis de sol de la tente en passoire pour venir chercher le peu de denrées qui restait dans mon sac.

P1040750

.ce matin je prends le bus pour remonter vers le nord en longeant la côte et voir à quoi elle ressemble.

.

.avant de partir je jette un coup d'oeuil sur le "cap Méchant".

c'est la pointe la plus au sud de l'ile.

.

.Dieter m'a donné un coeur de palmiste rouge pour le ramener en métropole. C'est long comme mon sac et ça pése au moins 5 kgs.

heureusement je ne randonne plus!

.

.P1040760

.

.Je m'arrête à "étang Salé. une station balnéaire avec une grande plage de sable noir. la plage est bordée d'arbres, cocotiers pour beaucoup. 

.la plage est protégée par un banc de corail sur lequel s'arrêtent les vagues. Le lagon n'est pas profond, j'ai pied partout. J'ai emmenè mes lunettes de piscine et je peux voir de jolis poissons.

.

.

P1040761.

.

.je vais passer la nuit sur cette plage à la belle étoile.

.

.

.

.

.

.

.

.

.MARDI 6

finalement, même au bord de la mer les nuits sont fraiches. j'ai dû mettre un pantalon et un pull.

.P1040772

.j'ai droit à un lever de soleil sur la plage pendant que je prépare mon petit déj.

.

.

.

.

.

.

.

.

P1040778.

.

Ensuite je vais me baigner dans le lagon, puis je vais attendre le bus pour remonter vers le nord.

.Deux randonneurs me rejoignent à l'arrêt de bus. ils ont dormi dans le camping, juste à coté de la route. il paraît que ça circule pas mal la nuit.

moi, j'avais le bruit des vagues.

.

.

.P1040781

.

.Arrêt à "Boucan Canot", une très petite ville balnéaire qui essaie d'être un peu chicos.

.les plages sont belles mais la baignade n'est pas très sure.

Là aussi une petite piscine naturelle permet de faire trempette à l'abri des vagues.

.

.

P1040785.

.

.

.un peu à l'extérieur de la ville, cette petite plage est très sympa.

.

.

 

.

.

.

.

.

.P1040798

.

.

.

.je reprends le bus et m'arrête à "Le Port" où j'ai rendez-vous avec Françoise pour visiter la biennalle d'art contemporain qui se trouve dans un dock.

.Expo intéressante car une trentaine d'artistes de différents pays ont participé en résidence pour donner leur vision de la Réunion.

.

P1040803.

.

.

.je bivouaque dans le jardin de Françoise

.le coucher de soleil y est très beau.

.

.

.

.

.

.

.MERCREDI 7

 

P1040812

.Voilà c'est le dernier jour. je flane chez Françoise qui à une très belle maison, elle aussi avec une végétation exubérante.

.

.

.la maison est sur les hauteurs qui dominent la grande ville de "Le Port". c'est un havre de paix.

.

.

.

.

.

.

P1040818.Ce soir je prendrai l'avion à 22h30.

je plus rien à faire que d'attendre tranquillement.

Rèmi, un ami de Françoise nous à préparé un curry de poulet façon créole. Délicieux.

en fin d'après midi, Clélia (une amie de Françoise) m'emméne à l'aéroport, après que j'eus acheté 5 kgs de lechies. me voila bien chargé: 25 kgs sur la balance de l'aèroport.

c'est très sincérement que je remercie tous mes nouveaux amis de leur accueil chaleureux.

On se reverra.

 

 

 

 


Posté par JPTX1 à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 octobre 2011

ESSAI SUR LE GR20

CORSE Le GR 20

Dans les passages difficiles il est nécessaire  de porter la brouette ça m’est arrivé quelques fois en Nouvelle Zélande. Je n’avais pas à ce moment de système de portage bien adapté.

Après quelques essais j’ai trouvé la solution, avec deux sangles d’épaule et en portant la brouette à l’envers, on peut même tenir les poignées pour stabiliser la charge.

P1030943_640x480

Pour valider la solution, j’ai décidé de partir en corse sur la GR20 pour rencontrer de véritables problèmes de portage.

Lundi soir 19 septembre 2011

J’embarque sur le Danielle Casanova pour une traversée de nuit.

P1030817_800x600

 

Mardi

arrivée à Bastia à 8h,

P1030823_800x600

petit déjeuner en ville, je ne sais pas pourquoi, mais tout le monde à l'air joyeux!

P1030827_800x600

et embarquement à 10h dans la micheline vers Calvi. 

P1030829_800x600

Arrivée vers 1h, j’ai demandé à descendre à Dolce Vita qui est à 8 km de Calenzana, départ du GR20. 

Un petit arrêt restau et j’arrive à Calenzana vers 3 h, je fais provision d’eau et démarre le chemin vers 15h30. C’est un peu tard pour attaquer, je bivouaquerai en route.

Le chemin est très pierreux, mais la brouette passe bien.

P1030834_800x600 P1030836_800x600

Vers 19h je trouve un bivouac satisfaisant avec la vue sur Calvi

P1030838_800x600 P1030842_800x600

Mercredi :

Démarrage vers 8h, je continue l’ascension jusqu'à un premier col à 1350m, en compagnie de quelques vaches.

P1030845_800x600

Ensuite le GR longe la montagne, puis je rencontre la première difficulté. Des blocs de pierre qu’il faut escalader, presque à la verticale. Je m’équipe pour le passage avec la brouette sur le dos.

P1030848_800x600

C’est ma première rencontre avec la difficulté, je suis un peu inquiet, car j’ai 23kgs. Finalement ça se passe plutôt bien, la brouette est assez stable, je ne suis pas gêné par les poignées, j’ai les mains libres et l’escalade se fait normalement, sauf que ça dure une heure.

P1030853_800x600

 Après ça le chemin redevient roulant jusqu’au refuge Ortu di u piobbu, ou j’arrive vers 15h. Je suis un peu vanné et je préfère bivouaquer, il y a des emplacements assez loin du refuge et bien isolé. Ça me convient, je plante et vais prendre une douche (froide) après ½ heure de queue.

P1030858_800x600 P1030859_800x600

J’ai toujours la vue sur la baie de Calvi. Je prépare mon diner assis bien confortablement dans ma tente tout en observant le coucher de soleil.

P1030861_800x600

je mijote mon diner en regardant la télé. euh pardon! le coucher de soleil

P1030864_800x600

Je réfléchis au portage, il avait un peu tendance à tanguer, et je comprends pourquoi : en position normale la partie la plus lourde du sac est vers la roue. En position portage, elle se retrouve en haut. Il faut donc inverser la position du sac sur la brouette.

 

Jeudi

Démarrage à 9h, tout le monde est parti, ou presque. Au début le chemin est « roulable » pendant une petite heure.

P1030872_800x600

Ensuite portage et escalade sur 600m de dénivelé dans des rochers, plus dur qu’hier. A chaque arrêt je trouve un rocher qui me sert pour le déchargement, puis le rechargement de la brouette, le petit sac à dos me sert de protection, j’y ai mis le duvet et l’eau.

P1030877_800x600 P1030883_800x600 P1030878_800x600 P1030894_800x600

J’arrive à un premier col à 1900m et je suis assez épuisé. Je pense aux sherpas que j’ai vu au Népal dont certains portaient des charges de 100 kgs, inhumain !

Il y a un espace de bivouac, il est 13h30, je casse la croûte, je sors le matelas et m’endors. Je me réveille 2h après, je devais être fatigué. Je ne pense pas prudent de continuer jusqu’au prochain refuge si le chemin continue comme ça. Je vais donc passer la nuit ici, la vue est superbe. Je n’ai pas d’eau, mais je suis passé devant une source 250 mètres plus bas (en dénivelé). Le prends les gourdes dans le petit sac à dos et redescend. J’ai l’impression de voler.

P1030901_800x600

Je fais l’aller et retour très rapidement car mon baromètre fait du yoyo, des nuages noirs arrivent de la mer.

P1030906_800x600 

De retour au bivouac, je constate que les nuages se sont arrêtés dans la vallée.

P1030913_800x600

Comme il n’est pas tard je décide de pousser une reconnaissance sur le chemin à faire demain.

Ça commence par une belle grimpette acrobatique pour arriver à 2000m, puis le chemin devient roulable par moments et descend dans la vallée, il à l’air praticable pour la brouette.

P1030929_800x600

Me voilà rassuré pour demain et je reviens tranquillement vers le bivouac en observant le coucher de soleil.

Bon ce doit être un feuilleton, c'est la suite d'hier. Je n'ai qu'une chaîne (de montagne).

P1030931_800x600

Nuit dans un silence total. Réveillé à 4h du matin par deux randonneurs qui font le GR à la frontale. Ils ne risquent pas les coups de soleil !

Vendredi :

P1030935_800x600

Démarrage à 9h brouette sur le dos, je suis reposé, ça passe bien. Je roule là ou c’est possible et arrive dans le bas du chemin que j’ai vu hier soir. Au lieu de continuer dans la vallée, comme je l’avais cru, il remonte raide dans la montagne. A nouveau portage et escalade jusqu’à 2000m.

P1030937_800x600

En haut il y a un guide avec un groupe de randonneur, je le sens dubitatif, il a bien raison.

P1030941_640x480 P1030944_800x600

La descente est moins difficile que la montée je peux même descendre à la brouette sur un dénivelé de 600m. Un peu acrobatique quand même car très raide et caillouteux.

J’aperçois le refuge Carruzo 200m en bas et en même temps une aire de bivouac très confortable.

P1030949_800x600

J’opte pour ce dernier car j’ai entendu dire que l’aire de bivouac du Carruzo n’était pas formidable et que, de plus, le refuge était infesté de punaises. Pendant que je m’installe j’entends le bruit d’une cascade en contrebas. Je prends mes affaires de toilette et bagarre dans le maquis pour descendre au torrent (pas de chemin). Je trouve une petite cascade qui tombe dans une cuvette grande comme une baignoire le tout en plein soleil. Le grand luxe, mieux que la douche et pas la queue. Toutefois je ne me prélasse pas trop longtemps dans la baignoire, elle est à 12°, mais ça donne du tonus !

P1030950_800x600

Je descends chercher de l’eau au refuge. J’ai bien fait de m’arrêter avant, il n’y à pas de place bivouac sympa.

Je regarde sur ma chaîne (non cablée) la suite d'hier. Très beau coucher de soleil, vu de ma tente, royal !

P1030955_800x600 P1030959_800x600

Samedi

J’ai décidé de laisser l’essentiel du matériel au refuge et d’aller au prochain (Asco) équipé léger.

Petit sac à dos, le duvet une polaire le coupe vent gore tex du raisin sec des bananes séches des biscuits aux céréales, un petit nécessaire de toilette et en avant. Je vole.

Il y a des passages équipé de chaines pour les jours de pluie, les dalles sont glissantes.

P1030961_800x600 P1030962_800x600

Le GR n’est pas plus dur qu’hier, j’arrive  à Asco en 3h30, je n’ai pas forcé.

Je me demande si je peux aller au prochain refuge en passant parle cirque de la solitude, j’ai le temps.

J’attaque la montée vers le col mais presque arrivé au cirque de la solitude le ciel se couvre de nuages menaçants. Je préfère faire demi-tour, je dormirai au gite d’Asco.

Il y a très peu de randonneur, je suis seul dans une chambre de 4. Luxe suprême, il y a des douches chaudes. La gardienne du gîte Martine est vraiment très sympa.

Je prends mon diner au restau du coin. Asco est une ancienne station de ski dont les installations ont été détruites (il y a quelques décénies) par une tornade inexpliquée. Elle n’a pas été remise en état, par contre l’hotel et le restau continuent de fonctionner. je me retrouve à table avec un couple très sympa que j'ai rencontrè dans la journée. Lui c'est un passionné des courses inhumaines, il me dit que le record qu GR20 est tenu par un jeune espagnol de 21 ans qui à fait le GR en 33heures, incroyable. le randonneur ordinaire le fait en 2 semaines....

 

 

Dimanche

Je prends le petit déj au restau d’hier soir, le ciel est gris il pleuviote. Retour au gîte où Martine est en train de dissuader deux petits jeunes de ne pas partir vers le cirque de la solitude sous la pluie. Les pauvres ont un équipement assez misérable. Elle leur raconte l’histoire des 6 randonneurs morts de froid la même nuit juste au dessus du refuge.  Ils restent, j’allume la cheminée, on papote.

P1030968_800x600

Vers 11h le temps se découvre, je part, je sais que je n’en ai pas pour longtemps pour retourner au refuge Carruzo. En fait j’y suis 3h30 après.

P1030972_800x600 P1030974_800x600

Je décide de retourner vers Calvi, j’ai réalisé mon test. Le GR20 sera pour une autre fois avec du matériel léger.

Je récupère la brouette est descend en roulant la brouette vers Bonifatu. Avant d’y arriver je repère un bivouac assez étrange dans une clairière d’arbres moussus. On se croirait en Nouvelle Zélande.

P1030975_800x600

 

Il y a un torrent pour la toilette.

Lundi

La nuit a été bizarrement silencieuse, d’habitude en forêt on entend des insectes, des rongeurs, ou des bestioles plus grosses, le matin les oiseaux. Ici rien. Comme si c’était mort.

J’arrive à Bonifatu c’est un lieu dit, il y a une auberge et pas mal de gens qui viennent faire une ballade de la journée.

J’examine les randos et choisi de faire celle de 4 h en équipement léger. Rien d’extraordinaire par rapport au GR. J’ai dû marcher un peu vite car je suis de retour après 1h45.

Départ direction Calvi, a partir de là c’est du bitume, ça roule comme sur un billard sans effort.

P1030981_800x600

En fait je décide de repasser par calenza par une petite route qui passe sur un torrent. Peu de voiture, c’est agréable. Le torrent m’attend pour le bain, l’eau n’est pas froide.

P1030982_800x600

J’arrive à Bonifatu, fais le plein de fruits, ça m’a manqué.

P1030986_800x600

Puis je descend vers la station de train dolce vita . comme à l’aller beaucoup de circulation sur cette route de 8 km, presque droite. Plutôt désagréable.

J’arrive à la station, je pensais pouvoir dormir sur la plage en attendant le train de demain matin. Impossible, terrain militaire défense d’entrer. Tant pis je vais à Calvi 6 km.

J’arrive sur la plage assez tard, il fait nuit. Je m’installe à la belle étoile et me prépare une soupe chinoise. J’ai devant moi toute la baie de Calvi illuminée.

P1030993_800x600

 Je pense avoir marché aujourd’hui 8 ou 9 heures dont 7 heures de « brouette avec 22kgs, je suis fatigué bien sur, mais pas épuisé. Je vais bien dormir.

Je suis réveillé à 2h par la sonnerie de mon téléphone que j’avais mal réglé puis à 4 h par l’engin de nettoyage de plage, je me déplace sous peine de finir à la poubelle.

Je me rendors un peu,   et suis réveillé peu de temps après par un gros bruit de chaine. C’est un paquebot qui jette l’ancre devant la plage. Pas si tranquille que ça la nuit à la belle étoile.

Mardi

Je ne suis pas loin de la gare, je demande à un papy où elle se trouve : « y qu’a suivre les rails » qu’il me dit. Ce que je fais, et je trouve. Génial.

P1030995_800x600

Ce petit train longe la côte jusqu'à ile rousse, c’est un régal.

P1040004_800x600 P1040014_800x600

Puis il coupe la Balagne pour aller à Bastia. Il y a un col à passer vers 500m et c’est dur, on roule à 30 à l’heure, ça laisse le temps pour admirer le paysage.

P1040019_800x600

Arrivée à Bastia vers midi, je réserve mon billet pour le départ du soir pour Marseille, encore le Danielle Casanova. Puis je vais passer l’après midi sur une plage de galet pas loin du port.

P1040028_800x600

Embarquement à 8h très peu de monde. Nous somme un dizaine dans le salon fauteuil qui peut tenir peut-être 300 passagers. Je dors sur mon matelas comme un bébé.

P1040029_800x600

 MERCREDI

Marseille, je dédaigne le métro et vais à la gare st charles en passant par la porte d'Aix.

P1040033_800x600

ensuite le bus pour AIX et un autre pour le Puy Ste réparade

Conclusion

Mon intention était de tester la brouette en condition de portage, c’est fait, la réponse est positive.

Quand à faire le GR20 avec la brouette, je le déconseille fortement. Le bénéfice apporté par les quelques portions « roulables » disparait avec les longues et pénibles heures de portage. de plus le bivouac est interdit en dehors des aires de refuge, ce qui limite pour moi l'intèrêt de la rando telle que je la pratique. Je ne sais pas ce que vous en pensez?

Ceci dit le GR20 est un chemin extraordinaire, je le referai peut-être, avec un matériel léger en dormant dans les refuges (s'il n'y a plus de punaises).

 

Posté par JPTX1 à 23:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 décembre 2008

NEPAL

Deux mois au Népal, deux fois 3 semaines de randonnée. trois semaines sur les treks de Langtang et Hélambu et trois autres autour des Annapurna. Vous pouvez lire le récit de ces ballades à l'adresse  http://nepaljptx.canalblog.com

Posté par JPTX1 à 17:15 - Commentaires [6] - Permalien [#]

10 février 2008

NOUVELLE ZELANDE

Récit d'un voyage de 6 semaines en Nouvelle Zélande http://sherpatrek3.canalblog.com

Posté par JPTX1 à 20:58 - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 octobre 2007

RANDO LES BOULES

une randos entre amis http://sherpatrek2.canalblog.com

Posté par JPTX1 à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]