Un mois d'octobre très doux, des fourmis dans les jambes, la corse à deux pas de bateau. J'y vais.

il y a deux ans j'avais testé un équipement de portage de la brouette sur une partie du GR 20 avant de partir pour LA REUNION.

Cette fois j'y retourne pour faire une boucle en partant de CORTE pour finir à VIZZAVONO en passant par EVISA.

lundi 14 octobre

A cette période le bateau est loin d'être plein. En gros nous sommes 3: une escouade de militaire maître chien qui partent en exercice, un groupe du 3ème âge de la région du nord, et moi (et quelques autres...)

DSCF9170

le soir, cinéma il paraît que c'est un film qui se passe sur un bateau. j'espére que ce n'est pas le TITANIC. Ben non c'est mieux c'est "bienvenue à bord" et ça se passe sur un croisière COSTA. C'est assez rigolo mais avant d'aller dormir je vais faire un tour de reconnaissance du coté des chaloupes de sauvetage.

mardi 15 octobre

Arrivée  à BASTIA après une courte nuit. un petit dans un bistrot près du port. je retrouve le même qu'il y a 2 ans, mais changement de propriétaire. c'est fou comme on prend des habitudes.

trajet en micheline flambant neuve, grand confort. changement à PONTE LECCIA arrivée à CORTE vers 11h. ce petit chemin de fer est un vrai régal. il faudrait le proposer au patrimoine de l'UNESCO (avec les contrôleurs)

je démarre la rando par le GR qui part derrière la ville. Bien entendu je commence par me tromper, après 20 mn je me retrouve au bord du torrent alors que devrais être sur la crête. Demi tour et rectification d'itinéraire.

le chemin est très facile plutôt reposant, c'est agréable bien qu'il ne fasse pas beau.

DSCF9189

le chemin serpente dans la gorge de la RESTONICA entre des falaises spectaculaires qui font penser à des chateaux forts ou à des cathédrales.

DSCF9193

le chemin est parfaitement entretenu, il y a eu des aménagements considérables, c'est très étonnant. Il paraît qu'il y avait une scierie au fond de cette vallée (là ou se trouve le refuge maintenant) et que le chemin à été traçé pour permettre aux ânes de bât de transporter les planches. Si c'est bon pour un âne c'est bon pour moi. la preuve! sauf que je commence à sentir la fatigue, il commence à pleuvioter il est 5h je trouve un super coin à bivouac. je plante. En chemin j'ai ramassé des châtaigne et je m'en fait une poïlée et je fais une petite sieste. je me reveille à 22h30, ça c'est une belle sieste. je me fais une soupe et me rendors pour me réveiller le lendemain à 8h. j'étais bien fatigué. Sans doute la courte nuit sur le bateau.

DSCF9206

 

mercredi 16 octobre

il à plu toutes la nuit par intervalles, j'entendais des rafales de vent sur les sommets qui faisaient penser au passage d'une escadrille d'avions de chasse. bizarrement pas un poil d'air sur la tente.

ce matin le ciel est plombé. En prenant mon petit déj. je regarde  un arc en ciel traverse l'horizon est-ce un bon signe?

DSCF9211

le continue le chemin toujours aussi bon jusqu'au refuge SEGA qui n'était pas loin. il n'y a que le gardien qui doit fermer dans quelques jours.

j'attaque la montée qui doit me faire passer dans l'autre vallée. le chemin est assez mal tracé dans la forêt, en gros tant que ça grimpe c'est bon. dès la sortie de la forêt le chemin redevient bon. je croise des cochons totalement indifférents à ma présence, puis un groupe de randonneurs circulant dans l'autre sens qui eux sont très intéressés par ma brouette. on discute, ils habitent à AJACCIO et vont passer la journée et la nuit au refuge. Le ciel s'est dégagé, il fait maintenant grand beau et chaud. juste avant le sommet se trouve une bergerie. De loin je vois que je suis observé à la jumelle par deux bergers. Ils me font signe de venir, intrigués eux aussi par mon engin. ils m'offrent du café, un verre de vin et des figues. on discute à bâtons rompus sur les conditions de vie à la montagne. l'un des bergers est un gendarme en retraite l'autre est berger depuis son enfance. il me dit qu'a refaire il aurait été gendarme et il serait maintenant en retraite. "j'ai pas réfléchi" me dit-il. Je lui fait remarquer qu'il à passé sa vie dans un endroit magnifique. "hé quoi, moi je ne vois que des montagnes, et ça ne me fait rien". il à l'air blasé et fatigué, en fait il est moins vieux que moi. je veux lui acheter un fromage de chèvre, il me le donne en me disant "bah ma fortune est faite" sympa.

DSCF9235

je continue en direction de la vallée de CALACUCCIA.  Arrivé au sommet je trouve au détour d'un virage une fille nue allongée sur une roche plate, et son copain à quatre pattes entre ses genoux s’apprêtant à lui faire je ne sais quoi..(si quelqu'un à une idée, qu'il me laisse un message) Je passe sans m'arrêter en disant "faites comme si je n'étais pas là. je n'ai rien vu". Ils sont restés pétrifiés. Combien de temps? je ne sais pas, je ne me suis pas retourné. Zut, j'ai pas fait de photo!

très belle vue aussi sur la vallée avec le barrage EDF, descente pierreuse.

DSCF9241

 

la fin du chemin passe par la décharge municipale, puis continue par la route en longeant des élevages de cochons cloturés par des palettes de chantier des tôles et des vieux sommiers, le tout très parfumé pur porc et enfin traverse le pont du barrage d'ou l'on voit un vieux pont

DSCF9247

en traversant le village je passe devant le bar tabac et me rappelle que le berger y vient très souvent. je rentre. au fond de la salle 4 joueurs de cartes.

"qu'est ce que c'est ?" me dit une grosse voix d'un air dérangé. "vous connaissez le berger qui se trouve là haut?" que je répond en montrant la montagne.

"oui! qu'est-ce qu'il a fait?" "je voudrais lui acheter des cigarettes" "ah bon! il a été gentil avec vous alors" le patron consent à se déplacer. je lui paie quelques paquets de cigarette qu'il met de côté pour donner au berger quand il viendra. Je ne sais pas si j'ai bien fait, mais ça m'ennuyait de n'avoir rien donné en échange du fromage. Je réalise que c'est la première fois de ma vie que j'achète des cigarettes. et sans doute la dernière.

Je vois sur ma carte que je peux éviter de marcher sur la route en passant par un village au nom très musical: SIDOSSI j'ai un peu de mal à trouver le chemin, il n'est pas indiqué. pas entretenu non plus, il faut se battre avec les ronces. je longe un peu le lac puis après SIDOSSI le chemin se sous divise en traversant des élevages de cochons aussi coquets que les précédents et finalement je le perds. je me retrouve sur une route que je n'arrive pas à identifier sur ma carte. Après bien des errances je vois un papy qui me remet sur le chemin que je retrouve près d'ALBERTACCE. La nuit commence à tomber lorsque j'arrive au pont de Muricciolu ou je fais un bivouac de rêve. Je me fais une poilée de châtaignes que j'ai ramassé près du pont. ça cale.

DSCF9261

jeudi 17 octobre

  belle nuit illuminée par la pleine lune. J'ai une belle salle de bain avec de l'eau un peu fraîche mais limpide. ça réveille bien.

DSCF9262

après la toilette je plie et démarre la journée. je traverse ce joli petit pont de muricciolu et attaque la colline au milieu des châtaigneraies.

DSCF9267
après une bonne grimpette, c'est un plateau dans les pins avec un chemin très confortable ou je circule en poussant la brouette. on se croirait sur une allée du bois de boulogne. J'arrive à un embranchement où une vielle pancarte délabrée sur le sol indique GR20. je suis l'indication. petit à petit le repérage se fait de plus en plus aléatoire, les traces au sol se confondent avec les pistes faites par le bétail. je perds très souvent le chemin, ne reconnais rien de ce qui est indiqué sur ma carte, me fais aggriper par les ronces. bref la galère. j’espère ne pas finir comme ce passant:
DSCF9281

après un dur combat avec la nature je finis par émerger au pied d'un petit village dont l'unique habitant que j'y rencontre me dit se nommer CALASIMA.

Ce n'est pas sur ma carte. il faut dire que j'ai cru malin de scanner uniquement le parcours que j'avais prévu de faire. Du coup je ne sais pas ou je suis.

mon villageois me dit que le GR se trouve dans le fond de la vallée et que je pourrais peut-être attendre la bergerie de BALLONE mais que pour le reste ce serait difficile. Je ne comprends pas ce qu'il veut dire. Je démarre d'un bon train sur la piste et croise deux jeunes randonneurs en mauvais état, dont l'un boite lourdement. un peu plus tard un autre groupe dont certains ont l'air au bord de l'épuisement. ça promet. petit à petit j'approche de la montagne et me demande vraiment si un GR peut passer la dedans.

DSCF9283

la piste c'est fini, maintenant ascension dans les pierriers. Enfin la bergerie est en vue, mais de l'autre coté du torrent et pas de pont ni gué. Je finis par trouver un arbre mort en travers du torrent qui fait office de pont. Je trouve le GR je laisse le matos sur place et fais un petite excursion dans la vallée de droite. j'aperçois au fond une bergerie accrochée à la falaise et montée sur pilotis. un vrai nid d'aigle. on la voit à peine sur la photo.

DSCF9292

arrive deux jeunes randonneurs. le les reconnais ils étaient dans le train avec moi et allaient à CALVI. je leur demande de voir leur carte. en fait la bergerie c'est le refuge TIGUIETTU et derrière le col, le fameux cirque de la solitude. Ils me disent qu'ils doivent aller ce soir au refuge CIUTULLU DI I MORI une bonne petite trotte. Je décide de bivouaquer sur place et de réfléchir à la situation en préparant mon dîner. (poêlée de châtaignes, ça cale)

 

DSCF9298

 

jeudi 18 octobre

cette nuit le clair de lune sur la vallée lui donnait un aspect fantasmagorique.  je suis surpris de la douceur de l'air. Je suis à 1500m et cette nuit j'ai eu presque trop chaud. Bon j'ai réfléchi je continue. j'ai déjà testé le GR 20 sur une portion réputée difficile et je suis passé. j'y vais et on verra bien. En prévision des prochaines difficultés je répartis mon chargement en deux. un tiers pour mon sac à dos et 2 tiers pour la brouette. et c'est parti. pas trop de difficulté pendant un bon moment. Puis j'arrive au pied d'une falaise, ce n'est plus du sentier, et pas vraiment de l'escalade, mais il faut quand même y mettre les mains par moments et assez souvent. je charge le tout sur mon dos avec les sangles que j'avais bricolé il y à 2 ans. et je grimpe. pendant 10 minutes et j'arrête, épuisé. trop lourd ou je ne suis pas assez costaud. allez on va dire trop lourd. bon, je vais passer en deux fois. je répartis la charge moitié moitié et fais la grimpette avec la première moitié avec le sac à dos. il y a bien 150m de dénivelé  je redescend chercher le reste, et voilà. finalement j'arrive au col sans trop de mal.

Avec de la patience et un zeste d’obstination on arrive à tout.

DSCF9300

c'est l'heure d'une petite pause casse croûte. la vue est splendide et il fait toujours grand beau.Il y a un haut plateau et derrière la bosse je trouverai le refuge dont parlaient les deux jeunes hier soir. il n'ont pas dû arriver de bonne heure heureusement c'est pleine lune.

j'aperçois la mer. probablement la baie de CARGESE. le chemin redescend ensuite vers la vallée que j'aurais dû prendre hier. le torrent a creusé de grandes baignoires. ça doit être bien l'été quand l'eau est chaude. je découvre une très belle cascade.

DSCF9305

finalement je me retrouve à l'endroit où j'aurais dû être il y a 24 heures. là maintenant c'est sur ma carte. je fais le chemin à l'envers de ce que j'avais prévu et je crois que ce soir je bivouaquerai encore au petit pont de MURICCIOLU. C'est dommage que je ne m'y connaisse pas en champignons, il y en a partout. j'ai l'impression que ceux là sont des bolets.

DSCF9312

le sentier est un ancien chemin de transhumance, il est plutôt facile. après une longue marche je retrouve le bivouac à la nuit tombante, comme l'autre fois. l'inconvénient de la rando en octobre c'est que les jours sont courts. ce soir poilée de châtaignes (ça cale).  J'examine plus attentivement la carte pour comprendre mon erreur d'hier. le chemin que j'ai pris hier n'est plus cartographié donc tombé en désuétude. ce qui explique son état. Si j'avais mieux regardé j'aurais vu que les courbes de niveau n'étaient pas du bon côté. La flemme de sortir les lunettes. ça m'apprendra. Sur ce, dodo.

samedi 19 octobre

La nuit porte conseil dit-on. Après avoir hésité entre retourner à CORTE pour prendre le train et rentrer ou faire la boucle prévue, je choisi la boucle. donc je reprend le sentier de transhumance et la cascade ou je ferais une pose toilette déjeuner. cette fois je coupe le GR20 et monte a l’assaut du col de VERGIO. le chemin est assez facile. Au col passe une route. il y a une très grande statue de pierre posée sur une sorte de moitié de ballon de foot. l'esthétique est assez discutable. je descend en direction de EVISA par un horrible pierrier qu'il vaudrait mieux ne pas prendre un jour de pluie. ensuite le chemin est assez facile et plutôt monotone. de la forêt de la forêt et encore de la foret et pas d'horizon. par ici les arbres commencent à prendre des couleurs d'automne.

DSCF9314

je ne traîne pas et arrive a EVISA à 17h. je balade un peu dans le village, achète une grappe de raisin. Je prend un canon au bistrot (un peu marre de l'eau) et file vers un village abandonné: TASSU. Mais la nuit me prend en cours de route et je monte la tente à la frontale. je regarde la carte et suis impressionné par le trajet d'aujourd'hui. je crois que je vais bien dormir.

dimanche 20 octobre

en effet, bonne nuit; je démarre par un sentier bien glissant et me retrouve 200m plus loin au vieux village en effet bien abandonné. a part l'église qui parait entretenue, les quelques maisons ruinées disparaissent sous le lierre. je continue et traverse MARIGNANA ou je prend un thé au troquet du village. j'aurais bien pris des croissants mais il n'y avait rien. pas même un croûton de pain. Je ne traîne pas et continue mon chemin jusqu’à un croisement: à droite CARGESE à gauche VIZZAVONE. je prend à gauche pour faire ma boucle puisque j'ai les cartes. Là le sentier est nettement moins bien tracé. après une bonne descente et un passage de torrent ça grimpe dans la foret et le repérage commence à faire défaut. ça me drapelle quelque chose. je risque de galérer comme l'autre jour. de plus le temps devrait changer lundi. je risque aussi de me retrouver dans un endroit difficile du GR 20 du côté du MONTE D'ORO avec en plus des rochers glissants s'il pleut. pas prudent. de plus deux gros sangliers m'observent depuis un moment en soufflant très fort par leurs narines. d'habitude ils s'enfuient à mon approche et ceux là n'ont pas l'air impressionnables. je ne vais pas faire le malin, demi tour je vais à CARGESE. pour ce trajet je n'ai pas de carte.

Le chemin est assez facile et traverse une région absolument désertique, très belle. pas même une bergerie. les sources sont taries. je trouve un filet d'eau dans un torrent que je traite au micropur.

DSCF9316

 

après avoir joué les montagnes russes entre 800 et 1000m j'arrive à  un refuge fermé et  sans nom près du hameau de REVINDA  J'y trouve trois jeunes allemands qui ont fait le même trajet que moi. ils sont épuisés et ne marcheraient pas une demi heure de plus. je prends de l'eau et continue un petit moment pour profiter du jour. je trouve un superbe endroit à bivouac avec la vue sur la baie de CARGESE.

DSCF9323

la photo n'est pas très bonne il commence à faire nuit.

j'ai l'impression d'avoir encore fait un beau trajet aujourd'hui.

LUNDI 7 OCTOBRE

Réveil à 7 h mais j'attends 8h pour démarrer au jour. d'abords un plateau puis descente raide dans des pierres qui roulent sous la semelle.au moins 600m de dénivelé  l'enfer. ensuite piste confortable à 150m d'altitude, ça sent la fin, je relâche la pression et  commence à penser au bon bain que je vais prendre à CARGESE et profiter du beau temps qui à l'air de se maintenir.

et puis d'un coup le chemin quitte la piste et escalade la montagne, 150m de dénivelé féroce. Il faut remettre la pression, le moral en prend un coup. dur, dur.  enfin au sommet j'aperçois la mer tout près. ce coup çi c'est la fin, par une descente enfin tranquille.

DSCF9327

en fait ce que je vois n'est pas CARGESE mais la plage qui est à côté. celle ou j'irai prendre mon bain tout à l'heure. CARGESE est à gauche.

j'arrive à 11h30 je me renseigne, il y a un bus à 15h pour AJACCIO j'ai le temps d'aller me baigner. d'ailleurs des groupies m'attendent

DSCF9330

14h je remonte à CARGESE pour attendre le bus. En chemin je croise mes 3 allemands d'hier soir. Eux aussi vont se baigner.  3h un mini bus de 13 places arrive, pas superstitieux les corses. en fait je suis le seul passager jusqu’à AJACCIO. pendant le trajet le ciel se couvre, la fin du beau temps? arrivée au port d'AJACCIO à 16h15. je prends mon billet (salon fauteuil) et vais faire un tour en ville ou je m’achète un pantalon. celui que je porte a un peu souffert. le bateau démarre à 20h et la première chose que je fais est d'aller prendre une bonne douche, la seconde de filer au restau manger un steak frites et la troisième d'aller dormir. nous sommes deux dans un salon de 150 places. je dors sur la moquette comme un bienheureux.