CORSE Le GR 20

Dans les passages difficiles il est nécessaire  de porter la brouette ça m’est arrivé quelques fois en Nouvelle Zélande. Je n’avais pas à ce moment de système de portage bien adapté.

Après quelques essais j’ai trouvé la solution, avec deux sangles d’épaule et en portant la brouette à l’envers, on peut même tenir les poignées pour stabiliser la charge.

P1030943_640x480

Pour valider la solution, j’ai décidé de partir en corse sur la GR20 pour rencontrer de véritables problèmes de portage.

Lundi soir 19 septembre 2011

J’embarque sur le Danielle Casanova pour une traversée de nuit.

P1030817_800x600

 

Mardi

arrivée à Bastia à 8h,

P1030823_800x600

petit déjeuner en ville, je ne sais pas pourquoi, mais tout le monde à l'air joyeux!

P1030827_800x600

et embarquement à 10h dans la micheline vers Calvi. 

P1030829_800x600

Arrivée vers 1h, j’ai demandé à descendre à Dolce Vita qui est à 8 km de Calenzana, départ du GR20. 

Un petit arrêt restau et j’arrive à Calenzana vers 3 h, je fais provision d’eau et démarre le chemin vers 15h30. C’est un peu tard pour attaquer, je bivouaquerai en route.

Le chemin est très pierreux, mais la brouette passe bien.

P1030834_800x600 P1030836_800x600

Vers 19h je trouve un bivouac satisfaisant avec la vue sur Calvi

P1030838_800x600 P1030842_800x600

Mercredi :

Démarrage vers 8h, je continue l’ascension jusqu'à un premier col à 1350m, en compagnie de quelques vaches.

P1030845_800x600

Ensuite le GR longe la montagne, puis je rencontre la première difficulté. Des blocs de pierre qu’il faut escalader, presque à la verticale. Je m’équipe pour le passage avec la brouette sur le dos.

P1030848_800x600

C’est ma première rencontre avec la difficulté, je suis un peu inquiet, car j’ai 23kgs. Finalement ça se passe plutôt bien, la brouette est assez stable, je ne suis pas gêné par les poignées, j’ai les mains libres et l’escalade se fait normalement, sauf que ça dure une heure.

P1030853_800x600

 Après ça le chemin redevient roulant jusqu’au refuge Ortu di u piobbu, ou j’arrive vers 15h. Je suis un peu vanné et je préfère bivouaquer, il y a des emplacements assez loin du refuge et bien isolé. Ça me convient, je plante et vais prendre une douche (froide) après ½ heure de queue.

P1030858_800x600 P1030859_800x600

J’ai toujours la vue sur la baie de Calvi. Je prépare mon diner assis bien confortablement dans ma tente tout en observant le coucher de soleil.

P1030861_800x600

je mijote mon diner en regardant la télé. euh pardon! le coucher de soleil

P1030864_800x600

Je réfléchis au portage, il avait un peu tendance à tanguer, et je comprends pourquoi : en position normale la partie la plus lourde du sac est vers la roue. En position portage, elle se retrouve en haut. Il faut donc inverser la position du sac sur la brouette.

 

Jeudi

Démarrage à 9h, tout le monde est parti, ou presque. Au début le chemin est « roulable » pendant une petite heure.

P1030872_800x600

Ensuite portage et escalade sur 600m de dénivelé dans des rochers, plus dur qu’hier. A chaque arrêt je trouve un rocher qui me sert pour le déchargement, puis le rechargement de la brouette, le petit sac à dos me sert de protection, j’y ai mis le duvet et l’eau.

P1030877_800x600 P1030883_800x600 P1030878_800x600 P1030894_800x600

J’arrive à un premier col à 1900m et je suis assez épuisé. Je pense aux sherpas que j’ai vu au Népal dont certains portaient des charges de 100 kgs, inhumain !

Il y a un espace de bivouac, il est 13h30, je casse la croûte, je sors le matelas et m’endors. Je me réveille 2h après, je devais être fatigué. Je ne pense pas prudent de continuer jusqu’au prochain refuge si le chemin continue comme ça. Je vais donc passer la nuit ici, la vue est superbe. Je n’ai pas d’eau, mais je suis passé devant une source 250 mètres plus bas (en dénivelé). Le prends les gourdes dans le petit sac à dos et redescend. J’ai l’impression de voler.

P1030901_800x600

Je fais l’aller et retour très rapidement car mon baromètre fait du yoyo, des nuages noirs arrivent de la mer.

P1030906_800x600 

De retour au bivouac, je constate que les nuages se sont arrêtés dans la vallée.

P1030913_800x600

Comme il n’est pas tard je décide de pousser une reconnaissance sur le chemin à faire demain.

Ça commence par une belle grimpette acrobatique pour arriver à 2000m, puis le chemin devient roulable par moments et descend dans la vallée, il à l’air praticable pour la brouette.

P1030929_800x600

Me voilà rassuré pour demain et je reviens tranquillement vers le bivouac en observant le coucher de soleil.

Bon ce doit être un feuilleton, c'est la suite d'hier. Je n'ai qu'une chaîne (de montagne).

P1030931_800x600

Nuit dans un silence total. Réveillé à 4h du matin par deux randonneurs qui font le GR à la frontale. Ils ne risquent pas les coups de soleil !

Vendredi :

P1030935_800x600

Démarrage à 9h brouette sur le dos, je suis reposé, ça passe bien. Je roule là ou c’est possible et arrive dans le bas du chemin que j’ai vu hier soir. Au lieu de continuer dans la vallée, comme je l’avais cru, il remonte raide dans la montagne. A nouveau portage et escalade jusqu’à 2000m.

P1030937_800x600

En haut il y a un guide avec un groupe de randonneur, je le sens dubitatif, il a bien raison.

P1030941_640x480 P1030944_800x600

La descente est moins difficile que la montée je peux même descendre à la brouette sur un dénivelé de 600m. Un peu acrobatique quand même car très raide et caillouteux.

J’aperçois le refuge Carruzo 200m en bas et en même temps une aire de bivouac très confortable.

P1030949_800x600

J’opte pour ce dernier car j’ai entendu dire que l’aire de bivouac du Carruzo n’était pas formidable et que, de plus, le refuge était infesté de punaises. Pendant que je m’installe j’entends le bruit d’une cascade en contrebas. Je prends mes affaires de toilette et bagarre dans le maquis pour descendre au torrent (pas de chemin). Je trouve une petite cascade qui tombe dans une cuvette grande comme une baignoire le tout en plein soleil. Le grand luxe, mieux que la douche et pas la queue. Toutefois je ne me prélasse pas trop longtemps dans la baignoire, elle est à 12°, mais ça donne du tonus !

P1030950_800x600

Je descends chercher de l’eau au refuge. J’ai bien fait de m’arrêter avant, il n’y à pas de place bivouac sympa.

Je regarde sur ma chaîne (non cablée) la suite d'hier. Très beau coucher de soleil, vu de ma tente, royal !

P1030955_800x600 P1030959_800x600

Samedi

J’ai décidé de laisser l’essentiel du matériel au refuge et d’aller au prochain (Asco) équipé léger.

Petit sac à dos, le duvet une polaire le coupe vent gore tex du raisin sec des bananes séches des biscuits aux céréales, un petit nécessaire de toilette et en avant. Je vole.

Il y a des passages équipé de chaines pour les jours de pluie, les dalles sont glissantes.

P1030961_800x600 P1030962_800x600

Le GR n’est pas plus dur qu’hier, j’arrive  à Asco en 3h30, je n’ai pas forcé.

Je me demande si je peux aller au prochain refuge en passant parle cirque de la solitude, j’ai le temps.

J’attaque la montée vers le col mais presque arrivé au cirque de la solitude le ciel se couvre de nuages menaçants. Je préfère faire demi-tour, je dormirai au gite d’Asco.

Il y a très peu de randonneur, je suis seul dans une chambre de 4. Luxe suprême, il y a des douches chaudes. La gardienne du gîte Martine est vraiment très sympa.

Je prends mon diner au restau du coin. Asco est une ancienne station de ski dont les installations ont été détruites (il y a quelques décénies) par une tornade inexpliquée. Elle n’a pas été remise en état, par contre l’hotel et le restau continuent de fonctionner. je me retrouve à table avec un couple très sympa que j'ai rencontrè dans la journée. Lui c'est un passionné des courses inhumaines, il me dit que le record qu GR20 est tenu par un jeune espagnol de 21 ans qui à fait le GR en 33heures, incroyable. le randonneur ordinaire le fait en 2 semaines....

 

 

Dimanche

Je prends le petit déj au restau d’hier soir, le ciel est gris il pleuviote. Retour au gîte où Martine est en train de dissuader deux petits jeunes de ne pas partir vers le cirque de la solitude sous la pluie. Les pauvres ont un équipement assez misérable. Elle leur raconte l’histoire des 6 randonneurs morts de froid la même nuit juste au dessus du refuge.  Ils restent, j’allume la cheminée, on papote.

P1030968_800x600

Vers 11h le temps se découvre, je part, je sais que je n’en ai pas pour longtemps pour retourner au refuge Carruzo. En fait j’y suis 3h30 après.

P1030972_800x600 P1030974_800x600

Je décide de retourner vers Calvi, j’ai réalisé mon test. Le GR20 sera pour une autre fois avec du matériel léger.

Je récupère la brouette est descend en roulant la brouette vers Bonifatu. Avant d’y arriver je repère un bivouac assez étrange dans une clairière d’arbres moussus. On se croirait en Nouvelle Zélande.

P1030975_800x600

 

Il y a un torrent pour la toilette.

Lundi

La nuit a été bizarrement silencieuse, d’habitude en forêt on entend des insectes, des rongeurs, ou des bestioles plus grosses, le matin les oiseaux. Ici rien. Comme si c’était mort.

J’arrive à Bonifatu c’est un lieu dit, il y a une auberge et pas mal de gens qui viennent faire une ballade de la journée.

J’examine les randos et choisi de faire celle de 4 h en équipement léger. Rien d’extraordinaire par rapport au GR. J’ai dû marcher un peu vite car je suis de retour après 1h45.

Départ direction Calvi, a partir de là c’est du bitume, ça roule comme sur un billard sans effort.

P1030981_800x600

En fait je décide de repasser par calenza par une petite route qui passe sur un torrent. Peu de voiture, c’est agréable. Le torrent m’attend pour le bain, l’eau n’est pas froide.

P1030982_800x600

J’arrive à Bonifatu, fais le plein de fruits, ça m’a manqué.

P1030986_800x600

Puis je descend vers la station de train dolce vita . comme à l’aller beaucoup de circulation sur cette route de 8 km, presque droite. Plutôt désagréable.

J’arrive à la station, je pensais pouvoir dormir sur la plage en attendant le train de demain matin. Impossible, terrain militaire défense d’entrer. Tant pis je vais à Calvi 6 km.

J’arrive sur la plage assez tard, il fait nuit. Je m’installe à la belle étoile et me prépare une soupe chinoise. J’ai devant moi toute la baie de Calvi illuminée.

P1030993_800x600

 Je pense avoir marché aujourd’hui 8 ou 9 heures dont 7 heures de « brouette avec 22kgs, je suis fatigué bien sur, mais pas épuisé. Je vais bien dormir.

Je suis réveillé à 2h par la sonnerie de mon téléphone que j’avais mal réglé puis à 4 h par l’engin de nettoyage de plage, je me déplace sous peine de finir à la poubelle.

Je me rendors un peu,   et suis réveillé peu de temps après par un gros bruit de chaine. C’est un paquebot qui jette l’ancre devant la plage. Pas si tranquille que ça la nuit à la belle étoile.

Mardi

Je ne suis pas loin de la gare, je demande à un papy où elle se trouve : « y qu’a suivre les rails » qu’il me dit. Ce que je fais, et je trouve. Génial.

P1030995_800x600

Ce petit train longe la côte jusqu'à ile rousse, c’est un régal.

P1040004_800x600 P1040014_800x600

Puis il coupe la Balagne pour aller à Bastia. Il y a un col à passer vers 500m et c’est dur, on roule à 30 à l’heure, ça laisse le temps pour admirer le paysage.

P1040019_800x600

Arrivée à Bastia vers midi, je réserve mon billet pour le départ du soir pour Marseille, encore le Danielle Casanova. Puis je vais passer l’après midi sur une plage de galet pas loin du port.

P1040028_800x600

Embarquement à 8h très peu de monde. Nous somme un dizaine dans le salon fauteuil qui peut tenir peut-être 300 passagers. Je dors sur mon matelas comme un bébé.

P1040029_800x600

 MERCREDI

Marseille, je dédaigne le métro et vais à la gare st charles en passant par la porte d'Aix.

P1040033_800x600

ensuite le bus pour AIX et un autre pour le Puy Ste réparade

Conclusion

Mon intention était de tester la brouette en condition de portage, c’est fait, la réponse est positive.

Quand à faire le GR20 avec la brouette, je le déconseille fortement. Le bénéfice apporté par les quelques portions « roulables » disparait avec les longues et pénibles heures de portage. de plus le bivouac est interdit en dehors des aires de refuge, ce qui limite pour moi l'intèrêt de la rando telle que je la pratique. Je ne sais pas ce que vous en pensez?

Ceci dit le GR20 est un chemin extraordinaire, je le referai peut-être, avec un matériel léger en dormant dans les refuges (s'il n'y a plus de punaises).